Espace membre :
flechePublicité

// Nikon Coolpix S9500 : la simplicité avant tout

Partager ce dossier

Publié par Aurélien Audy le Vendredi 28 Juin 2013

Nikon Coolpix S9500

Le S9300 testé l'année dernière ne nous avait pas plus convaincus que cela, la faute à une imagerie poussive et des lenteurs de fonctionnement pénalisantes. Et surtout, Nikon n'avait pas marqué de progrès assez significatifs depuis le S9100. Avec cette itération de son compact à zoom puissant, le S9500, le constructeur nippon va-t-il faire mouche, ou un flop ?

Nikon S9500


Prise en main et ergonomie du S9500


Il y a à peu près autant d'écart entre le S9500 et le S9300, qu'entre les Fujifilm F900 EXR et F770. Le S9500 perd son excroissance au-dessus du boîtier, mais pas son GPS, que Nikon a donc réussi à enfouir plus habillement. Pour le reste, la formule demeure inchangée : gabarit, finition, barre de grip en façade, agencement des commandes. Le grip de pouce voit sa forme modifiée, d'une bande oblique (pourtant pratique) à une sorte de carré plus conventionnel (mais en caoutchouc très aggripant). Sur le sélecteur de modes, l'entrée rafale a cédé sa place au portrait de nuit. Dans un registre plus significatif, signalons le remplacement de l'écran LCD 3 pouces en 921 000 pixels par une dalle OLED de même taille mais en 614 000 pixels. A nos yeux, ce changement est plutôt négatif. Les angles de vision sont bons, pas les couleurs, et la définition se dégrade. Le seul bénéfice réel, c'est le gain de consommation électrique, autorisant une trentaine de vues supplémentaires (230) par charge (avec la même batterie).

Nikon S9500 2
Nikon S9500 5
Nikon S9500 7


Nikon axait son S9300 pour le grand public, c'est encore le cas ici. Les manipulations sont enfantines, les réglages réduits à l'essentiels (et un peu plus). Ne cherchez donc pas les modes A, S, M. Mais le S9500 donne tout de même accès à la mesure d'exposition, au choix des zones AF, à la balance des blancs sur mesure et au paramétrage indépendant de la saturation et de la teinte. Priorité reste donnée aux automatismes (portrait optimisé, paysage de nuit avec ou sans trépied, contre jour avec ou sans HDR, etc.) et aux effets (sépia, noir et blanc, flou artistique, couleurs sélectives, etc..). Des fonctions simples, des menus dépouillés (et un peu ternes), une interface rapide : le néophyte se sentira à l'aise. Un petit couac toutefois : la fixation trépied est comme sur le ZR700 de Casio très excentrée.

Nikon S9500 9
Nikon S9500 6
Nikon S9500 10


Performances du S9500


Le S9500 fait mieux que son prédécesseur, ce qui entre nous n'était pas très compliqué. L'appareil s'anime en 1,5 s, c'est assez rapide, et il enchaîne deux vues en 1,4 s. L'autofocus aussi s'est vivifié, en dépit d'une latence au déclenchement toujours aussi banale (0,15 s) : entre 0,35 et 0,4 s au grand angle, et 0,4 à 0,55 s au téléobjectif. En revanche, la rafale stagne, après avoir décliné entre le S9100 et le S9300 : on atteint au maximum 7,5 im/s mais sur 5 vues seulement et avec 5 s d'immobilisation. En rafale normale, où le rythme de 1,9 im/s est assuré sur 31 clichés, l'encombrement du buffer devient abominable : avec une séquence de 20 images, l'appareil met 41 s pour s'en remettre ! Un peu de mal à digérer le nouveau capteur de 18,1 MPix ?

Nikon S9500 timings
Mesures exprimées en secondes : la plus petite est la meilleure


Nikon S9500 4
Nikon a décidé d'allonger son zoom de 18X à 22X, sans trop toucher aux ouvertures maximum (f:3,4-6,3 contre f:3,5-5,8). La lentille ED à faible dispersion reste de la partie, tout comme la stabilisation optique, qui se voit seconder par une dose d'électronique (capteurs de mouvements). Etait-ce indispensable ? Pas vraiment. Si le piqué est toujours correct au centre de l'image, l'homogénéité laisse elle à désirer. Et les aberrations chromatiques que contenait bien le zoom 18X sont sur ce 22X légion. Pour couronner le tout, la stabilisation hybride de notre modèle de test opère des sortes de glissement de cadrage à chaque déclenchement au téléobjectif. Dit autrement : on verrouille sa mise au point, on ne bouge plus et la photo capturée est décalée, généralement sur la droite ou la gauche. Fâcheux…

Nikon S9500 aberrations


Qualité d'image et hautes sensibilités


Voir ce Nikon se présenter à nous avec un capteur encore plus gros, 18,1 MPix, nous inquiète. Puisque le passage de flambeau précédent du 12,1 au 16,1 MPix ne s'était pas franchement bien déroulé. Le S9500 apporte cette fois un mieux, mais de peu. A 125 et 200 ISO, on préfère le rendu du S9300. Pourquoi ? Sur le S9500, on sent qu'il lisse déjà davantage, impression renforcée par l'accentuation nette des micro-contrastes. Le tout donne un effet aquarelle, peu seyant de près. En revanche dès 400 ISO, alors que le S9300 laissait filtrer un important bruit chromatique, doublé d'un grain peu esthétique, le S9500 se contente d'un voile granuleux. Déjà beaucoup de détails perdus, mais la colorimétrie reste fidèle. A 800 ISO, les rendus deviennent brouillon dans les deux cas, mais avec encore une meilleure gestion du bruit chromatique sur le S9500. A 1600 et 3200 ISO, le S9500 cisaille moins que le S9300, le grain de luminance est mieux dissipé. Là Nikon revient dans la course avec ses concurrents les plus rudes, puisqu'en même temps, tous s'effondrent plus ou moins à ces niveaux de sensibilité. En somme, le S9500 fait un peu mieux mais n'est jamais ce qu'il y a de mieux. Nikon aurait mieux fait de progresser sur le capteur précédent.

Image: 1/12 | Lancer le diaporama
 
 
 


La colorimétrie de Nikon est parfaitement juste, la mesure d'exposition tend légèrement vers la surexposition. Bref, nous nous répétons. Sauf que Nikon a amélioré son mode photo de nuit, qui délivre désormais des résultats tout à fait intéressants car peu bruités mais sans être flou pour autant.

Nikon S9500 mode nuit
A gauche une photo à 3 200 ISO, à droite le mode nuit (qui est monté à 1600 ISO)


Fonctionnalités et vidéo


Rien de nouveau sur ce S9500, on retrouve HDR, panoramique à mains levées, ou encore photo 3D, dispersés dans différents modes scènes. Le GPS figure également dans les caractéristiques de l'appareil. Reste un inédit à noter, c'est l'introduction du Wi-Fi. On l'active dans les menus du S9500, on se connecte au réseau de l'appareil depuis le smartphone et on lance l'application Wireless Mobile Utility de Nikon (iOS ou Android). Il est alors possible de piloter l'appareil photo à distance ou d'envoyer ses photos vers le smartphone, en vue d'un ultérieur partage.

Nikon app (2)
Nikon app (1)


Nikon s'en est malheureusement tenu là pour les changements. En effet, la capture vidéo demeure identique, au S9300 et au S9100 ! Les flux vidéo 1080p à 30 im/s sont encodés en H.264/AVC, selon un débit de 15 Mbps. Insuffisant de nos jours, d'autant que l'AF-F reste toujours aussi mou et peu fiable, notamment sur les phases de zooming. Dommage, parce que le piqué d'image est plutôt consistant.




Notre avis

Avec ce S9500, l'histoire se répète étrangement. Les évolutions, un peu plus positives cette fois, restent tout de même timides. Le changement de capteur n'apporte pas grand-chose (mais ne dégrade rien, c'est déjà ça), pas plus que l'allongement du zoom (de moins bonne qualité pour le coup). On regrette aussi le remplacement de l'écran LCD 921 000 pixels par une dalle OLED de 614 000 pixels. En revanche, le gain de réactivité est un progrès manifeste (même si la concurrence a aussi évolué, maintenant ainsi l'écart), tandis que l'appareil continue toujours de proposer une ergonomie simple et des fonctionnalités efficaces. Les plus néophytes pourront toujours se laisser séduire, d'autant que le prix reste des plus attractifs. Mais ceux qui veulent un temps soit peu prendre la main sur les paramètres trouveront mieux ailleurs.

Les plus

  • Gain réactivité (vs S9300)
  • Ergonomie simple
  • Fonctionnalités efficaces
  • Wi-Fi et GPS / Prix

Les moins

  • Apport négligeable du capteur
  • Optique 22X en régression
  • Choix de l'OLED / manque de réglages
  • Vidéo inchangée depuis S9100

Nikon Coolpix S9500

Compact à zoom puissant

Assez bon

  • Qualité d'image
  • Réactivité
  • Ergonomie
  • Fonctionnalités

Vous aimerez aussi

Article du Vendredi 28 Juin 2013 par Aurélien Audy

Envoyer par mail Envoyer par mail
à partir de
329,00 €
à partir de
329,90 €
à partir de
359,90 €
à partir de
349,00 €
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

flechePublicité

Les bons plans !

Partenaire Clubic.com

Les offres d'emploi

Top logiciels Cartographie & astronomie

3D World Map
Le monde en 3D.
Microsoft WorldWide Telescope
Prenez un billet gratuit pour un voyage infini à travers les constellations, planètes, étoiles et galaxies !
IRIS
Logiciel de traitement d'images astronomiques
Suite Portable Histoire Géographie
Une compilation USB destinée aux professeurs d'Histoire-Géo
Skylab GPS Simulator
Simulez un GPS sur votre ordinateur !
Moonphase
Pour contrpoler et connaitre les phases lunaires
flechePublicité

BE GEEK ! Avec Clubic Logo

flechePublicité