le jeudi 11 février 2016

Des ondes gravitationnelles ont bien été détectées

Cent ans après les calculs d'Einstein, des chercheurs sont enfin parvenus à établir, de manière expérimentale, l'existence des ondes gravitationnelles. De nouvelles perspectives s'ouvrent pour la cosmologie et la physique théorique.

La rumeur était donc bien fondée. Comme nous l'annoncions lundi (voir Détection d'ondes gravitationnelles : une annonce jeudi ?), les équipes du LIGO américain, en association avec celles du Virgo, en Italie, et du GEO600 allemand ont annoncé avoir, pour la première fois, détecté des ondes gravitationnelles.

Il faut rappeler que les ondes gravitationnelles peuvent être assimilées à la propagation d'une déformation de la structure de l'espace-temps, déformation due à des phénomènes extrêmement énergétiques comme l'effondrement d'un système binaire (étoile dans un trou noir, deux étoiles à neutrons qui se percutent, deux trous noirs qui fusionnent...) ou l'explosion d'une supernova.

LIGO

Comment les scientifiques ont-ils détecté ces ondes ? Grâce au dispositif particulier du LIGO. Deux faisceaux laser synchronisés entre eux parcourent deux tunnels perpendiculaires de quatre kilomètres de long chacun. La synchronisation des deux faisceaux est vérifiée périodiquement. Si une onde gravitationnelle se propage au sein de ce dispositif, elle désynchronise les deux rayons.

Et c'est bel et bien ce qu'ont observé les chercheurs le 14 septembre 2015 dernier sur les deux sites américains du LIGO, distants de 3 000 kilomètres de distance, avec un décalage de 7 millisecondes conforme à ce que prévoit la théorie.

L'étude des ondes gravitationnelles donne aux scientifiques un nouvel outil pour étudier à distance des phénomènes extraordinaires, avec en ligne de mire les traces de l'événement qui génère le plus de fantasmes, à savoir le Big Bang.
Modifié le 11/02/2016 à 17h46
Commentaires