le samedi 30 janvier 2016

De nouveaux détails sur la création de notre Lune

Si nous connaissons bien la Lune, du fait de sa proximité, nous avons encore quelques doutes sur les mécanismes à l'origine de sa création. Des scientifiques ont toutefois découvert un nouvel indice, qui permet d'affiner la théorie de « l'impact géant ».

Dans un article publié dans le journal Science, une équipe de chercheurs démontre à quel point les compositions de roches lunaires et terrestres sont semblables.

Ils ont analysé sept échantillons du manteau lunaire que les missions Apollo 12, 15 et 17 avaient ramenés dans leurs valises, et les ont comparés avec six roches volcaniques (et provenant donc des profondeurs de notre planète) récoltées à Hawaii et en Arizona. Plus précisément, ils se sont concentrés sur les quantités d'isotope 17 de l'atome d'oxygène et se sont aperçus qu'elles étaient tout à fait similaires quelle que soit l'origine de la roche en question.

Cette approche géochimique permet de consolider notre vision de la création de la Lune. L'hypothèse communément admise, dite théorie de l'impact géant, est la suivante : il y a un peu moins de 4,5 milliards d'années, dans la toute jeunesse de notre Terre, un astre de la taille de Mars (d'environ 6 500 kilomètres de diamètre), nommé Théia, aurait frappé notre planète à très grande vitesse (40 000 km/h), produisant une éjection de matière qui, en s'agglomérant autour de la Terre, aurait formé notre satellite.

Lune

Des interrogations demeurent sur l'angle de l'impact, ainsi que sur la taille et la vitesse de Théia lors de sa « rencontre » avec la Terre. Ces paramètres définissent le mélange de matière qui s'est opéré par la suite entre les deux corps, et donc la composition de la Lune. L'étude présentée aujourd'hui permet d'affirmer que ce mélange fut très important, indiquant de fait un impact particulièrement violent. Ce qui laisse à penser que la vitesse de Theia au moment de l'impact a peut-être été sous-évaluée, à moins que ce ne soit sa taille, ou que l'angle d'attaque ait été moins oblique que déterminé précédemment.

Des mesures sur d'autres échantillons sont prévues à l'avenir, afin d'en savoir un peu plus sur l'impact gigantesque qui a donné naissance à notre Lune.
Modifié le 01/02/2016 à 12h03
Commentaires