Steam abandonne le Bitcoin comme moyen de paiement

Les montagnes russes du cours de la plus célèbre des cryptomonnaies poussent la plateforme de distribution de Valve à retirer le Bitcoin des modes de paiement acceptés. Sa volatilité engendrait une trop grande complexité de gestion des frais de transaction.

Steam se réserve toutefois la possibilité de réintroduire le Bitcoin comme moyen de paiement, si son cours se stabilise à l'avenir.

Les hauts et les bas du bitcoin


Toujours plus haut, le bitcoin : alors qu'il franchissait brièvement le plafond des 14.000 dollars l'unité mercredi 6 décembre, avant de se stabiliser juste sous ce niveau ahurissant, Steam décidait d'arrêter les frais : les violentes embardées du cours de la cryptomonnaie la rendent trop complexe à gérer. Steam n'acceptera donc plus, du moins dans l'immédiat, les paiements en Bitcoin.

Steam l'avait introduit comme mode de paiement en avril 2016. A l'époque, le Bitcoin cotait 450 dollars. Mais depuis, sa valeur a explosé : 1.000 dollars il y a un an, 5.000 dollars il y a deux mois, et donc 14.000 début décembre. Une ascension ponctuée par de violentes variations de cours, comme ce krach éclair mi-novembre, où en deux séances de bourse, il perdait 2.000 dollars avant d'en regagner 1.000.

Steam


La faute à la blockchain


Une volatilité devenue proprement ingérable selon Steam pour qui le Bitcoin, dont on ignore d'ailleurs quelle part il représentait dans son chiffre d'affaires, était devenu une usine à gaz : alors que pour un acheteur réglant en Bitcoin, les frais de transaction n'excédaient pas 20 centimes l'an dernier, ils atteignaient en moyenne en octobre et novembre selon Steam... 20 dollars ! Des frais liés à la conversion en dollar ou en euro, sur lesquels Steam n'a d'ailleurs pas de prise, car ils sont fixés par le réseau Bitcoin lui-même.

Comme le Bitcoin, ces frais de transaction ne cessent de varier en temps réel, au gré de l'évolution du cours de la cryptomonnaie. Et comme un paiement en Bitcoin prend parfois plusieurs minutes, voire plusieurs heures (il doit être validé par l'ensemble de la blockchain pour être acté), les frais connaissaient d'importantes variations par moments, contraignant Steam à une gymnastique comptable faite de remboursements de trop-perçu auprès de ses clients, ou au contraire de commandement de payer.

Modifié le 07/12/2017 à 15h07
Commentaires