le mercredi 16 mars 2016

Facebook reçoit 1 million de rapports offensifs par jour

A l'occasion d'un sommet dédié aux solutions face au harcèlement en ligne, Facebook a discuté de l'ampleur du phénomène sur son réseau communautaire.

Lors du festival SXSW, Monika Bickert, responsable de la politique du réseau Facebook a soulevé l'épineux problème visant à déterminer la frontière entre la liberté d'expression et le discours porteur de haine sur la Toile.

« Vous pouvez critiquer les institutions, les religions et prendre part à des conversation politiques houleuses. Mais ce que vous ne pouvez pas faire c'est franchir la limite et attaquer une personne ou un groupe de personnes pour une caractéristique spécifique », explique Mme Bickert.


Pour Facebook, la situation est d'autant plus problématique que 80% des utilisateurs (soit 1,28 milliard de personnes) sont localisées en dehors des Etats-Unis, dans des régions où la position sur le degré d'offense vis-à-vis de tel ou tel contenu peut varier.

Chaque jour, Facebook reçoit 1 million de rapports offensifs et la société traite en priorité les menaces d'atteintes physiques à une personne.

Facebook  hq ban


Il a été suggéré que les entreprises high-tech américaines adoptent une approche européenne du problème en censurant tous les contenus portant atteinte à la dignité d'une personne. Toutefois, certains craignent que les demandes de suppression de contenus n'émanent pas simplement des utilisateurs mais également du gouvernement, par exemple dans le cas d'une caricature satirique.

« C'est compliqué. En tant que société, nous devons décider ce qui nous est le plus important, la vie privée, la dignité ou la liberté d'expression » conclut Jeffrey Rosen, du National Constitution Center
Modifié le 16/03/2016 à 15h53
Commentaires