WannaCry : un expert revient sur l'attaque "la plus importante de l'histoire"

11 jours après que le ransomware WannaCry a frappé la planète, Jérôme Segura, analyste chez Malwarebytes, revient sur cette attaque informatique de grande envergure, déjà qualifiée comme la plus importante de l'histoire. Nous lui avons demandé des précisions sur ce sujet

WannaCry a fait 300 000 victimes en quelques jours


Si vous avez manqué cette actualité, sachez que WannaCry est un ransomware, à savoir un type de malware (logiciel malveillant) qui a pour but de « chiffrer les données personnelles des victimes, ce qui rend documents, photos, bases de données et autres, illisibles », explique Jérôme Segura. La seule façon de les déverrouiller, c'est d'utiliser une clef de déchiffrement, que les criminels promettent d'envoyer contre paiement en bitcoin, une monnaie numérique.

La propagation de WannaCry a pu être arrêtée grâce à un informaticien souhaitant rester anonyme. Celui-ci a analysé le code de ce ransomware et s'est aperçu que ses agissements étaient soumis à une condition : qu'un nom de domaine très précis soit inaccessible. Pour une dizaine d'euros, il a alors tout de suite acheté ledit domaine, arrêtant l'épidémie.

Sauf qu'entre-temps, WannaCry a déjà infecté 300 000 ordinateurs à travers le monde.

antivirus mauvais ordinateur


Clubic : Que sait-on de WannaCry à l'heure actuelle ? D'où vient l'attaque, combien d'ordinateurs ont été touchés ?

Jérôme Ségura : WannaCry est un ransomware qui s'est propagé globalement en l'espace de quelques heures en utilisant une vulnérabilité dans un protocole de transmission de données utilisé par Windows (et non pas par mail comme il a été parfois avancé). On estime à environ 300 000 le nombre de machines qui ont été infectées, surtout en Europe et en particulier en Russie. L'identité des créateurs de WannaCry reste encore un débat ouvert, malgré certaines pistes qui pointeraient vers la Corée du Nord.

D'ailleurs, qu'est-ce qu'un ransomware ?

Un ransomware est un type de malware qui a pour but de chiffrer les données personnelles des victimes, ce qui rend documents, photos, bases de données, et autres illisibles. La seule façon de les déverrouiller, c'est d'utiliser d'une clef de déchiffrement que les criminels échangent contre paiement en « Bitcoin », une monnaie numérique.

Combien de virus de ce type parcourent la planète ? Sont-ils virulents ?

Le ransomware a subi un essor considérable durant ces deux dernières années car c'est un modèle qui marche très bien. Par conséquent, nous observons de nombreuses variantes qui ont toutes plus ou moins le même comportement, même si la rançon exigée varie. La spécificité de WannaCry, c'est que le ransomware était accompagné d'un vers informatique qui essaye de propager l'infection à l'intérieur des réseaux mais aussi sur l'internet, de façon aléatoire, à la recherche d'ordinateurs vulnérables.

Peut-on se protéger contre de telles menaces ?

Il y a différentes façons de se protéger contre le ransomware et en particulier contre WannaCry. Tout d'abord, il faut mettre à jour tous les postes informatiques et vérifier que le pare-feu bloque les attaques externes. Par ailleurs, les sauvegardes sont un élément crucial contre le ransomware car en cas d'infection, il est possible de restaurer les données sans avoir à payer la rançon. Finalement, il est nécessaire de disposer d'un logiciel de protection efficace contre cette menace, c'est-à-dire qui est capable de détecter le ransomware par son comportement et non pas seulement par certaines signatures.

Et si l'on est touché, que faut-il faire ? Doit-on payer ? Quels sont les risques à le faire - ou ne pas le faire ?

En cas d'infection, il faut absolument éviter de paniquer et conserver à l'esprit certaines règles simples. En premier lieu, il s'agit de s'informer sur le cas qui nous touche : quel est ce ransomware ? Existe-t-il des outils en mesure de recouvrir les fichiers sans payer ?

Le paiement de la rançon devrait être le dernier recours pour plusieurs raisons :

- Parfois, même après avoir payé, certaines victimes ne sont pas forcément garanties d'obtenir leurs fichiers.
- Cela finance ce modèle criminel et encourage ces individus à continuer.

Dans tous les cas, il est bon de faire une sauvegarde du disque dur avant de le formater, même dans l'état où il est, car il est possible que les clefs de déchiffrement soient publiées dans le futur.


Voir aussi :
Modifié le 23/05/2017 à 12h51
Commentaires