Par
le jeudi 27 janvier 2005

ADSL : les FAI jouent sur les débits IP et ATM

{PUB}Une nouvelle astuce "marketing" est en train de se généraliser chez les fournisseurs d'accès Internet haut débit en France. Elle consiste à employer deux techniques de calculs différentes pour annoncer tel ou tel débit. Ainsi, on distingue les débits ATM qui sont mesuré sur le réseau après le DSLAM (équipement qui permet d'accéder au réseau mondial) et le débit IP qui est mesuré directement entre l'abonné et les équipements DSLAM du fournisseur d'accès. En règle générale, un débit ATM est 25% plus élevé qu'un débit IP. Seul problème, le débit ATM reste un débit très théorique et en pratique il n'est pour ainsi dire jamais atteint, au contraire du débit IP qui est plus réaliste.

Depuis quelques temps, des fournisseurs d'accès annoncent dans leurs offres des débits IP et des ATM. Il devient donc difficile de comparer les offres entres elles. Free, par exemple, annonce un débit de 20 Mbits qui est mesuré sur ATM (ce qui nous donne donc 16 Mbits en débit IP). Autre exemple, Club-Internet annonce un débit ATM de 8 Mbit pour son ADSL Max, alors que toutes ses autres offres sont exprimées par défaut en débit IP...

Au final, c'est donc le consommateur qui se retrouve lésé. En effet, bien peu d'internautes connaissent la différence entre un débit IP et un débit ATM. De plus, il est très rare que les publicités indiquent clairement la méthode utilisée pour annoncer tel ou tel débit ... Face à cela, des associations de consommateur ont décidé d'attaquer certains fournisseurs d'accès. C'est notamment le cas de la ligue Odebi qui souhaite interpeller le gouvernement et l'ART sur la nature des publicités du FAI Free. On peut également regretter à ce sujet que les publicités ne communiquent principalement que sur les débits en voie descendante alors que les débits en voie montante sont tout aussi importants ...
Modifié le 13/12/2010 à 16h47
Commentaires