le mercredi 02 janvier 2013

Free Mobile et 900 MHz : vers une couverture améliorée dans 8 grandes villes

Depuis le 1er janvier, Free Mobile peut exploiter une nouvelle bande de fréquences en 3G dans les grandes villes. Celle-ci lui permet d'améliorer rapidement sa couverture sans déployer de nouvelles antennes.

Logo RH

Le 1er janvier 2013 est en fait la dernière échéance de la licence que l'Arcep a attribuée à Free Mobile le 12 janvier 2010. Le quatrième opérateur a pu exploiter la bande des 2100 MHz (2,1 GHz) aussitôt, mais la bande des 900 MHz ne lui a été rendue accessible que dans un deuxième puis troisième temps. Comme prévu, il ne peut l'utiliser en zone très dense que depuis le nouvel an, après avoir pu l'utiliser sur tout le reste du territoire au bout de 18 mois.

Free dispose donc d'une bande de 5 MHz, à la fois en montant et en descendant (soit un total de 10 MHz), qu'il peut désormais utiliser dans huit villes, et dans certains cas dans leurs environs :
  • Bayonne
  • Lille
  • Lyon
  • Marseille
  • Nice
  • Paris
  • Strasbourg
  • Toulouse
Les trois opérateurs historiques avaient jusqu'au 31 décembre 2012 pour libérer les fréquences concernées. Orange et SFR ont restitué 2,4 MHz chacun, et Bouygues Telecom 4,8 MHz, qu'ils utilisaient exclusivement en 2G, c'est-à-dire la voix, les SMS et l'Internet à bas débit.

Améliorer la couverture à moindre frais


La bande des 900 MHz présente l'intérêt de porter plus loin, et de traverser plus facilement les murs. On parle d'un facteur de trois ou quatre. C'est d'autant plus intéressant en milieu urbain, où les obstacles sont nombreux et où la pose d'antennes se heurte aux réticences des collectivités et des résidents, tant pour des raisons sanitaires qu'esthétiques.

En exploitant cette nouvelle bande, Free va donc pouvoir augmenter sensiblement sa couverture de la population, en adaptant seulement ses antennes existantes.
Commentaires
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )