Espace membre :
flechePublicité

// Test Panasonic GX1 : l'hybride expert actualisé

Partager ce dossier

Publié par Aurélien Audy le Mercredi 25 Janvier 2012

Panasonic Lumix GX1


Voilà maintenant plus de deux ans que Panasonic s'était écarté de la voie des hybrides avancés, ouverte à l'époque par le GF1. Certes les GF2 et GF3 lui ont emboîté le pas, mais avec une approche résolument plus anglée pour l'utilisateur amateur (GF2) voire le débutant (GF3). Il était donc temps de revenir aux fondamentaux de la photo, et c'est avec cette nouvelle gamme GX que Panasonic sonne la charge. Nous retrouvons ici l'ergonomie « boutonneuse » du GF1 mais aussi quelques subtilités tactiles des deux autres GF. Que donne le GX1 face à une concurrence désormais rude ?

Panasonic GX1 1
Panasonic GX1 2

Le GX1 avec l'objectif Lumix G X 14-42 mm


  Panasonic Lumix DMC-GX1 X
Caractéristiques générales
Boîtier Métal
Pixels / Résolution max 16,6 Mpix - 16 effectifs
4 592 x 3 448 pixels
Capteur - taille Live MOS
Format Micro 4/3 17,3 x 13 mm
Densité de pixels 7,4 Mpix / cm²
Anti-poussière Filtre supersonique
Monture Micro 4/3
Objectifs du pack Zoom 14-42 mm f:3,5-5,6 (équiv. 28-84 mm)
Stabilisation Optique
Ecran 3'' tactile de 460 000 pixels
EVF Module LVF2 optionnel
Sensibilités ISO 160 à 12 800 ISO
Obturateur 60 s à 1/4 000 s + pose B
AF 23 collimateurs
Détection de contraste
Mesure expo TTL 144 segments
Balance des blancs Auto + 5 prédéfinis + manuel (2500 à 10 000 K avec filtre ambre/bleu - vert/magenta) + 2 modes perso
Formats de fichiers Jpeg, RAW, RAW + Jpeg
Rafale Jusqu'à 4,2 im/s (sans affichage écran)
(3 im/s en mode normal)
Flash intégré Nombre Guide 7,6 (à 160 ISO)
Fonctions spéciales Effets créatifs
Stockage Cartes SD/SDHC/SDXC
Connectique mini USB 2.0 (A) + mini HDMI + prise télécommande
Câbles fournis USB, chargeur
Autonomie annoncée N.C.
Dimensions 116 x 70 x 39 (60 avec objectif) mm
Poids nu
Poids avec 18-55 mm
320 g
418 g
Alimentation Batterie Li-Ion 1 010 mAh
Logiciels PHOTOfunSTUDIO 7.0 HD, Silkypix Developer Studio 3.1 SE, LoiLoScope (essai)
Caractéristiques vidéo
Qualité maximum 1 080i à 50 im/s (AVCHD - 17 Mbps)
1 080p à 25 im/s (MP4 - 17 Mbps)
Conteneur - codec MTS - AVCHD (ou MP4 - H.264/AVC)
Son Stéréo
Zoom pendant vidéo Oui (avec 14-42 m)
Vidéo stabilisée Oui (avec 14-42 mm)
Prix A partir de 599,00 €


Quoi de neuf ? retour au sommaire


Par rapport au GF1, le GX1 a forcément changé. Assez peu physiquement (nous détaillons cet aspect dans la partie sur la prise en mains) mais bien dépoussiéré de l'intérieur. Le Live MOS de 12,1 MPix a cédé sa place au dernier capteur de 16 MPix du fabricant, après presque trois ans de bons et loyaux services. Toujours au format Micro 4/3, la puce de 17,3 x 13 mm dispose d'une densité de pixels de 7,4 MPix / cm², contre 5,8 précédemment. C'est le même capteur que sur le Lumix G3 au passage… La plage de sensibilité a été portée à 160 — 12 800 ISO, une belle progression depuis les 3 200 ISO maximum du GF1 ! La vidéo passe également du 720p au 1080i à 50 im/s, avec prise de son stéréo. Enfin Panasonic a intégré un niveau électronique dans son appareil.

Panasonic GX1 3
Panasonic GX1 11

Le capteur 16 MPix et le niveau électronique intégré à l'appareil


Panasonic GX1 5
Le kit est compact
Notez que le kit comprenant le boîtier et l'objectif Lumix G 14-42 mm de la nouvelle lignée rétractable X s'appelle à juste titre GX1X. C'est celui que nous avons en test et que le constructeur va mettre en avant, pour des raisons évidentes de compacité. Mais Panasonic propose également le GX1K, avec la génération précédente du 14-42 mm (non rétractable) et le GX1EF-K nu. L'arrivée du GX1 s'accompagne par ailleurs de la sortie d'un nouveau viseur électronique optionnel, le DMW-LVF2 (1 440 000 pixels, orientable à 90°, non compatible avec les autres boîtiers GF car nouveau connecteur).

Panasonic GX1 connecteur
Panasonic LVF2

Le nouveau connecteur et l'EVF optionnel qui va avec


Prise en mains et ergonomie retour au sommaire


Panasonic GX1 8
La tenue du boîtier s'est améliorée, notamment à une main, grâce à l'ajout d'une poignée aussi grippée que généreuse. On retrouve plus ou moins la disposition des commandes du GF1, avec quelques optimisations bienvenues, comme l'ajout d'une deuxième touche de raccourci Fn. Cette dernière, personnalisable, vient compléter la touche Fn primaire. Attention toutefois, elle partage son rôle avec la commande AE/AF Lock : il faudra donc choisir. Rien de très cornélien, puisque le GX1 emprunte également l'interface tactile des GF2 / GF3, et propose ainsi deux autres touches Fn auxquelles on accède en touchant l'onglet sur le côté de l'écran. Bien vu !

Panasonic GX1 12
Panasonic GX1 interface7
Panasonic GX1 interface1

Les deux touches Fn physiques et le paramétrage des quatre touches au total, avec les deux autres virtuelles qui apparaissent dans le bandeau tactile à l'écran


Le GX1 dispose par ailleurs de l'habituel Q.MENU (menu rapide) Panasonic. Il est possible de l'arpenter au pavé multidirectionnel mais aussi de façon tactile. Et comme sur les GF2 et GF3, le Q.MENU est largement personnalisable : 15 entrées en tout, qu'on détermine librement par simple glisser / déposer !

Panasonic GX1 interface2
Panasonic GX1 interface3
Panasonic GX1 interface4

Le menu rapide Q.MENU, avec 15 entrées personnalisables par simple glisser / déposer d'icônes dans les cases voulues


Bon point : Panasonic a pensé à déplacer sa lampe d'assistance de l'autofocus de l'autre côté de l'objectif (pas du côté de la poignée donc), évitant ainsi toute obstruction avec la main droite. Nous avons toutefois deux bémols à apporter. D'une, la molette de pouce n'est vraiment pas agréable à utiliser : manque de fluidité, trop renfoncée, pas bien finie. Et la touche iA déjà présente sur le GF2 (mais absente du GF1) apporte essentiellement des risques de fausse manipulation, car trop proche du déclencheur vidéo. Une position supplémentaire sur le sélecteur de modes aurait remplit la même fonction sans perturbation possible.

Panasonic GX1 6
Panasonic GX1 13

Le dessus de l'appareil et la touche iA


Pour le reste, c'est blanc bonnet et bonnet blanc. L'écran de 3 pouces en 460 000 pixels est inchangé (hormis la couche tactile et le réglage des teintes rouge, vert, bleu, jaune) : la concurrence, notamment du Sony NEX-5N mais aussi du Nikon 1 J1, fait mieux. Là le rendu plus vidéo que photo n'est ni réaliste ni flatteur. Le GX1 propose toujours la même connectique (mini HDMI, mini USB et télécommande) et le même flash. Le nombre guide est donné à 7,6 contre 6 mais pas aux mêmes valeurs de sensibilité… Et 7,6 à 160 ISO revient au même que 6 à 100 ISO. Panasonic ne donne pas d'information sur l'autonomie de son GX1, mais intègre une batterie plus faible que sur le GF1 : 1 010 mAh contre 1 250 mAh. De quoi obtenir entre 300 et 400 vues, selon l'utilisation.

Panasonic GX1 7
Panasonic GX1 10
Panasonic GX1 9

La flash pop-up, la batterie et la connectique


Quid de l'ergonomie des menus ?


Rien de nouveau ici, on retrouve l'habituelle interface Panasonic vue sur les GF2 et GF3 mais ici en noir. Pas très jolie ni très limpide pour qui ne connait pas, elle se montre en revanche bien complète et assez efficace une fois que les emplacements des différents réglages ont bien été mémorisés.

Image: 1/5 | Lancer le diaporama
 
 
 

Premier onglet du menu avec les réglages de prise de vue

Premier onglet du menu avec les réglages de prise de vue, ici du flash

Deuxième onglet du menu avec les réglages de capture de vidéo

Troisième onglet du menu avec les réglages de l'appareil et notamment la personnalisation des commandes

Tous les réglages de prise de vue comme ici la sensibilité ISO apparaissent ainsi à l'écran






Performances : réactivité et objectif retour au sommaire


Dans le haut du pavé… globalement

Dans l'ensemble, le GX1 est rapide, autant que ses principaux rivaux. En dehors des deux terrains où il se montre moyen, à savoir le démarrage en 1,4 s et le temps de recyclage du flash qui peut atteindre 5,6 s, et des accès carte mémoire parfois longs, l'appareil affiche une grille de chronomètres très favorable. Que 0,45 s entre deux images, un autofocus qui ne met jamais plus de 0,3 s pour faire le point (sauf conditions lumineuses particulières), et une latence d'un petit dixième de seconde. En somme l'appareil se montre réactif… sauf pour les amateurs de rafale.

En effet, il ne faudra pas espérer une cadence supérieure à 4,2 im/s pendant environ 40 déclenchements, et encore sans Live View (c'est-à-dire sans prévisualisation du cadre). Avec Live View, la rafale plafonne à 3 im/s sur 40 vues Jpeg (10 Jpeg + RAW environ) ou 2 im/s en illimité. Il reste sinon la possibilité de se mettre en résolution 4 MPix pour accéder à une cadence de 20 im/s. On est loin des performances proposées par Sony et Nikon dans ce domaine !

Panasonic GX1 timings
Mesures exprimées en secondes : la plus petite est la meilleure


Panasonic GX1 4
Venons à l'objectif. Annoncé en août 2011, disponible depuis octobre, ce zoom de la nouvelle ligne d'optique Lumix G X présente cette caractéristique majeure qu'il est rétractable. Autrement dit, c'est un 14-42 mm à peine plus encombrant qu'une focale fixe de type pancake ! L'objectif stabilisé est motorisé et dispose pour se mouvoir de commandes électroniques : une pour le choix de focale, l'autre pour la mise au point manuelle. Si le troc d'une vraie bague contre ces manettes a de quoi perturber en photo, il est en revanche très utile en vidéo. En effet les deux commandes permettent un déplacement très fluide des éléments optiques. Mais la grande question reste de savoir si oui ou non Panasonic a pu conserver les qualités optiques de son 14-42 mm dans cette formule X plus compacte ? Et la réponse est clairement non.

Image: 1/36 | Lancer le diaporama
 
 
 


Sur les deux premiers tiers de la plage de focales, rien de dramatique. Le piqué n'est jamais transcendant mais les images révèlent une netteté relativement homogène entre le centre et les bords. Ce, surtout entre f5,6 et f8. Au-delà de f11, le piqué chute à cause du phénomène de diffraction, le schéma habituel en somme ! Là où les résultats surprennent, c'est à la longue focale de 42 mm. Pourquoi ? Parce que l'optique présente un défaut pour le moins étrange que Panasonic Japon reconnait mais n'explique pas encore, malgré nos demandes. En effet, le piqué s'effondre entre les vitesses d'obturation allant de 1/80e s à 1/200e s, avec un pic de mollesse à 1/160e s rendant la photo quasiment floue (malgré le trépied). Si si, vous avez bien lu, le piqué varie avec la vitesse d'obturation !!! Incompréhensible…

Image: 1/10 | Lancer le diaporama
 
 
 

Extrait à 100 % du centre de l'image à 42 mm, sur trépied, à 1/4 s

Extrait à 100 % du centre de l'image à 42 mm, sur trépied, à 1/40 s

Extrait à 100 % du centre de l'image à 42 mm, sur trépied, à 1/80 s

Extrait à 100 % du centre de l'image à 42 mm, sur trépied, à 1/100 s

Extrait à 100 % du centre de l'image à 42 mm, sur trépied, à 1/125 s

Extrait à 100 % du centre de l'image à 42 mm, sur trépied, à 1/160 s à f:6,3

Extrait à 100 % du centre de l'image à 42 mm, sur trépied, à 1/160 s à f:8

Extrait à 100 % du centre de l'image à 42 mm, sur trépied, à 1/250 s

Extrait à 100 % du centre de l'image à 42 mm, sur trépied, à 1/320 s

Extrait à 100 % du centre de l'image à 42 mm, sur trépied, à 1/640 s



Selon les dires de Panasonic, des ingénieurs sont en train de plancher à la résolution du problème, qui devrait se matérialiser sous la forme d'une mise à jour de firmware. En attendant, nous vous conseillons donc de privilégier l'ancienne version du 14-42 mm, plus encombrant mais clairement plus qualitatif !

Quid de la distorsion ? Rien de particulier à déplorer ici, le 14-42 mm X se comporte classiquement : de la déformation en barillet à 14 mm, des résultats assez neutre à 25 mm et un peu de coussinet à 42 mm. Notez que Panasonic a intégré un algorithme de suppression du vignettage, qui fonctionne pas trop mal à la focale 25 mm (mais un peu timide sinon). Et en matière d'aberrations chromatiques, le zoom montre une bonne résistance, sauf conditions extrêmes au 14 mm à la grande ouverture où des franges colorées peuvent apparaître.

Panasonic GX1 disto 14mm avec red vignettage
Panasonic GX1 disto 25mm avec red vignettage
Panasonic GX1 disto 42mm

De gauche à droite, la distorsion au 14 mm, puis au 25 mm et enfin au 42 mm


Qualité d'image et hautes sensibilités retour au sommaire


Les progrès accomplis par ce capteur de 16 MPix par rapport au Live MOS de 12,1 MPix des GF1 et GF2 sont considérables. Il faut dire que l'ancien capteur commençait à se faire vieux… Mais si faire mieux que du dépassé était bien la moindre des choses, il faut avouer que Panasonic comble également son retard sur la concurrence. Oui, les résultats du GX1 sont comparables à ceux obtenus avec un NEX-5N par exemple (jusqu'à 3 200 ISO) !

De 100 à 400 ISO, aucun problème à signaler. De très nombreux détails sont capturés. Toutefois le rendu est un peu doux par défaut. Aussi une légère augmentation de netteté dans les paramètres d'image peut renforcer la photo. Ou mieux encore, l'usage du format brut RAW, qui lui seul permet de tirer tout le potentiel du capteur. On commence tout juste à percevoir un début de lissage ici et là à 800 ISO mais rien d'anormal. 1600 ISO reste une valeur de sensibilité totalement exploitable, puisque l'appareil contient très bien la montée en bruit sans trop avoir à lisser les détails.

La bonne combinaison flou des textures / renforcement de netteté des contours semble devenir plus difficile à doser à 3 200 ISO. Le flou voile un peu l'image tandis que l'accentuation de netteté fait apparaître des points noirs et cisaille les contours. Une photo de nuit reste imprimable en A4 cependant. A 6 400 ISO, le rendu se gâte. Le lessivage devient important, ce qui pousse l'accentuation de netteté à former des paquets de bruit aux motifs aléatoires. Mais sur du 10 x 15 cm, ça peut encore passer. Quant aux 12 800 ISO, c'est comme bien souvent une valeur retranchement à laquelle qu'il faudra éviter de pousser le GX1…

Image: 1/16 | Lancer le diaporama
 
 
 


Tout ce qui vient d'être dit est d'autant plus valable quand on photographie en RAW. En effet, le rendu assez doux des jpeg de base (entre 160 et 800 ISO) et l'accentuation forcée de la netteté apparaissant au-delà de 1 600 ISO peuvent être manifestement améliorés via le traitement de fichiers RAW. Pas avec l'éditeur SilkyPix fourni (autant rester en Jpeg…) mais plutôt avec un logiciel de référence comme Adobe Camera RAW, DxO Optics Pro ou PhaseOne Capture One.

Panasonic GX1 extrait 2 400ISO
Panasonic GX1 extrait 2 400ISO from raw

A gauche, l'extrait 2 à 400 ISO en jepg, à droite le même extrait converti depuis un RAW via Camera RAW


Panasonic GX1 extrait 2 1600ISO
Panasonic GX1 extrait 2 1600ISO from raw

A gauche, l'extrait 2 à 1 600 ISO en jepg, à droite le même extrait converti depuis un RAW via Camera RAW


Panasonic GX1 extrait 2 12800ISO
Panasonic GX1 extrait 2 12800ISO from raw

A gauche, l'extrait 2 à 12 800 ISO en jepg, à droite le même extrait converti depuis un RAW via Camera RAW


Une précision que n'offre pas la réduction du bruit intégrée à l'appareil, malgré les 5 niveaux d'intensité proposés.

Panasonic GX1 3200 ISO réduction bruit mini
Panasonic GX1 3200 ISO réduction bruit normale
Panasonic GX1 3200 ISO réduction bruit maxi

De gauche à droite, l'extrait 2 à 3 200 ISO en jepg avec la réduction du bruit intégrée au minimum, normale puis maximale


Il est par ailleurs dommage que Panasonic ne propose pas de mode type « Crépuscule sans trépied » réalisant un assemblage propre de plusieurs vues à main levée. Là, et sur les valeurs extrêmes de sensibilité (6 400 ISO et plus), le NEX-5N de Sony conserve l'avantage.

Panasonic GX1 photo de nuit 3 200 ISO
Photo de nuit réalisée sans trépied à 3 200 ISO, au 14 mm, f:3,5 et 1/20e s

Panasonic GX1 photo de nuit 3 200 ISO extrait jpeg
Panasonic GX1 photo de nuit 3 200 ISO extrait RAW

Extraits à 100 % sur le Jpeg de l'appareil puis sur le fichier RAW



Mais encore ?


Pas grand-chose à noter ici, le GX1 se comporte bien dans l'ensemble : balance des blancs fiable, reproduction des couleurs assez réaliste (même si les teintes de chair tirent toujours un peu vers le magenta), exposition constante (mais tend légèrement à la sous-exposer, ce qui est moins grave que l'inverse), flash relativement puissant (et dosable sur + ou — 2 EV). L'appareil propose plusieurs préréglages colorimétriques, appelés « Style Photo » (standard, éclatant, naturel…), avec à chaque fois la possibilité de régler le contraste, la netteté, la saturation et la réduction du bruit.

Panasonic GX1 flash
Les cinq réglages du flash intégré, du moins puissant au plus puissant


Fonctionnalités et vidéo retour au sommaire


Les fonctionnalités


Panasonic GX1 bracketing
Le bracketing
Le GX1 se cantonne aux fonctionnalités photo traditionnelles : retardateur, bracketing d'exposition (jusqu'à 7 vues sur + ou — 3 EV tout de même) et modes scènes. La seule « fantaisie » que s'est accordée Panasonic, c'est le mode Commande créative proposant huit effets : rétro, sépia, dynamique élevé, jouet ou encore miniature. Sympa mais nous restons un peu sur notre faim… Pas de panoramique à mains levées, pas de HDR, pas de 3D (sauf avec objectif 3D dédié), un traitement I.Dynamique quasi inopérant… Ca n'est pas parce que Panasonic souhaite cibler la même frange d'utilisateurs que celle conquise par le GF1 qu'il faut se limiter aux fonctionnalités de l'époque, il y a deux ans ! Dommage… Mais l'essentiel photographique est là, c'est après tout le principal.

Panasonic GX1 modes créatifs
Six des huit modes créatifs proposés


Et la vidéo ?


Resté pendant longtemps la référence en matière de vidéo, Panasonic est aujourd'hui devancé par Sony. Pourquoi ? Parce que le GX1 se « contente » de filmer en Full HD à 50 im/s entrelacées depuis une capture à 25 im/s réelles. Son concurrent direct à tarif équivalent, le NEX-5N, propose lui du 50 im/s en progressif : la différence en termes de fluidité est conséquente, notamment sur les sujets en mouvement et les travellings latéraux. Autre caractéristique : le GX1 plafonne au débit d'encodage de 17 Mbps là où le NEX-5N offre un généreux 28 Mbps. Au final, la qualité de capture reste bonne, comparable à ce que proposent la concurrence. Mais clairement inférieure à celle délivrée par le NEX-5N, qui verse lui dans l'excellence.

Panasonic se démarque en revanche sur la question des formats . En effet l'AVCHD en MTS comme l'H.264/AVC en MP4 offrent tous deux la même qualité de rendu, l'un en 1080i à 50 im/s, l'autre en 1080p à 25 im/s (Sony bride son MP4). Et le GX1 profite très favorablement de son optique X, avec des commandes de zoom électroniques bien plus fluides et précises qu'une bague manuelle. La stabilisation est comme d'habitude efficace, l'AF assez fiable malgré quelques tâtonnements. Impossible en revanche de vérifier si le problème de perte de piqué au 42 mm à l'obturation 1/160e s en photo se répercute également sur la vidéo, puisque l'appareil ne laisse aucun contrôle manuel sur la capture de film. La prise de son stéréo en AC-3 à 192 Kbps, avec un échantillonnage à 48 KHz sur 16 bits se montre assez qualitative. Dommage que l'appareil n'ait pas d'entrée micro mini jack…





Télécharger cette vidéo en taille originale




Télécharger cette vidéo en taille originale



Conclusion retour au sommaire

Panasonic GX1 2
Ceux qui étaient tombés amoureux du GF1 et attendaient impatiemment un remplaçant en restant fidèle à la marque seront servis. Le GX1 fait mieux que le GF1 en tous points ! Et notamment sur le plan de la qualité d'image, où le nouveau capteur Live MOS de 16 MPix surclasse largement l'ancien 12,1 MPix, devenu il est vrai poussif sur les GF2 et GF3. Ici, la gestion des hautes sensibilités est remarquable jusqu'à 1 600 ISO et encore utilisable à 3 200 ISO (surtout en RAW). L'ergonomie du boîtier apparaît toujours aussi efficace, mais elle passe bêtement à côté du sans faute à cause d'une molette de pouce trop peu précise, c'est dommage.

Mieux que le GF1, le GX1 l'est assurément. Mais comparé à la concurrence ? Sans affinité particulière pour Panasonic, quelqu'un qui souhaite acquérir un compact hybride performant ne pourra éviter la comparaison avec le Sony NEX-5N, au même prix. Et dans ce cas, il y a du pour en la faveur du GX1 mais aussi du contre… La compacité (avec cet objectif) et l'ergonomie plaident en la faveur du Panasonic, mais les fonctionnalités, l'écran et la vidéo restent à l'avantage du boîtier Sony.

Côté qualité d'image, le GX1 créé la surprise, en délivrant des photos fines mais pas plus bruitées jusqu'à 3 200 ISO. Au-delà ou via le mode crépuscule sans trépied de Sony, le NEX-5N s'en sort mieux. Mais il demeure cet étrange problème de piqué avec l'objectif 14-42 mm X, non résolu pour l'heure, qui fait un peu tâche. Pour de la photo pure et dure, le GX1 pourra l'emporter ; pour un appareil polyvalent le NEX-5N reste la référence.

Quid de la notation ? Le boîtier mérite un « très bon ». Mais avec cet objectif, tant que le problème ne sera pas résolu (et nous avons des doutes sur le fait qu'il soit soluble par mise à jour de firmware...), nous maintiendrons pour ce kit le verdict à « bon ».

Les plus

  • Qualité ISO jusqu'à 3 200 (en RAW)
  • Poignée / boutons Fn / couche tactile
  • Réactivité / AF performant / WB fiable
  • Finition / objectif X compact

Les moins

  • Jpeg assez doux / écran LCD améliorable
  • Bug de l'objectif X à 42 mm et 1/160e s
  • Molette de pouce pas précise
  • Vidéo décevante / peu de fonctionnalités

Panasonic Lumix GX1X

Compact à objectifs interchangeables

Bon

  • Qualité d'image
  • Réactivité
  • Ergonomie
  • Fonctionnalités


// Appareil photo : Tous les tests

// Appareil photo : Dossiers relatifs

Vous aimerez aussi

Article du Mercredi 25 Janvier 2012 par Aurélien Audy

Envoyer par mail Envoyer par mail
à partir de
1.690,00 €
à partir de
1.039,00 €
à partir de
314,95 €
à partir de
314,95 €
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

flechePublicité

Les bons plans !

Partenaire Clubic.com

Les offres d'emploi

Top logiciels Connexion

Hotspot Shield
Sécurisez par VPN vos connexions Wi-Fi à un point d'accès gratuit avec Hotspot Shield !
TeamViewer
TeamViewer 7 : Prendre le contrôle d'une machine à distance avec cet excellent gratuiciel !
RealSPEED
Optimisez votre connexion internet
IP Changer
Changer son IP à volonté
Proxifier
Utilisez toutes vos applications réseaux via un serveur proxy
Invisible Keylogger
Enregistrez discrètement les touches tapées
flechePublicité

BE GEEK ! Avec Clubic Logo

flechePublicité