le jeudi 21 septembre 2017

Test Dishonored : La Mort de l'Outsider, dans la peau de Billie Lurk

Après l'excellentissime Dishonored 2 l'an dernier, voilà que déboule La Mort de l'Outsider, une aventure annexe plus brève certes, mais toujours aussi jouissive.

Dishonored

Retour à Karnaca pour Billie Lurk

Initiée en 2012 sur nos bonnes vieilles PS3 et Xbox One (sans oublier le PC), la saga Dishonored a rapidement su rallier à sa cause une très large communauté de joueurs. Avec son gameplay très libre, sa réalisation singulière soutenue par un level design impeccable, et la possibilité de fouiller chaque recoin des différentes zones visitées, le jeu avait ce quelque chose de « différent » qui n'a (heureusement !) pas échappé aux gamers. En fin d'année dernière, on découvrait enfin le second opus, permettant d'incarner au choix Corvo ou Emily. Aujourd'hui, c'est un spin off que les studios lyonnais Arkane nous proposent, et qui souhaitent visiblement la mort de l'outsider.

Avant toute chose, entendons-nous bien : ce nouvel épisode est certes affilié à Dishonored 2 (entre autres) pour le scénario, mais le jeu est jouable de manière totalement indépendante. Ici, on n'incarne non pas Emily ou Corvo, mais la tueuse Billie Lurk déjà vue dans The Knife of Dunwall ou encore Dishonored 2. Cette dernière va revenir à Karnaca pour retrouver son mentor, Daud, qui va lui demander un ultime service, et pas des moindres : venir à bout de l'Outsider.

Dishonored


Pas de surprise pour les joueurs qui connaissent déjà (un peu) Dishonored, on retrouve immédiatement ses marques avec une ville ouverte qui invite le joueur à en observer chaque recoin. Chaque quartier visité dispose d'une architecture on ne peut plus complexe, avec toujours cette ferme volonté de la part du studio de laisser le joueur arriver à ses fins comme il l'entend. On pourra donc privilégier l'approche bourrine, se la jouer un peu plus furtif, décider de tuer ou paralyser ses ennemis, mais on pourra aussi prendre de la hauteur, visiter des appartements, attirer la confiance des civils, évoluer de balcons en balcons...

Des pouvoirs remaniés pour la Mort de l'Outsider


Dans cet opus, on pourra également profiter de divers objectifs secondaires au sein de chaque mission, les Contrats. Ces derniers demandent au joueurs d'accomplir diverses quêtes annexes pour récupérer un précieux butin. Cela peut être d'exécuter un personnage, d'abréger les souffrances d'un chien volé ou encore de kidnapper le barman du bistrot du coin, tout en trompant la vigilance des clients évidemment. Pour cela, Billie n'a pas accès à un large éventail de pouvoirs évolutifs, et il faudra se contenter ici de trois capacités à savoir le transfert, la possibilité de prendre le visage d'un autre personnage (oui, comme Aria Stark) et enfin l'observation des lieux, en faisant sortir son esprit de son corps. Il est possible (et même recommandé) de lier ces pouvoirs entre eux pour aboutir à quelques situations assez génialissimes...

Dishonored


Déjà présents dans les opus précédents, les Charmes d'Os sont toujours de la partie, et permettront de gonfler certaines capacités, mais cette légère refonte du gameplay permet d'apprécier Dishonored d'une autre manière. A ce sujet, une même mission pourra être accomplie de (très) nombreuses manières, et on prendra ainsi un malin plaisir à redémarrer une mission, et tenter une toute autre approche qui permettra de découvrir de nouvelles mécaniques de jeu, de nouveaux personnages, de nouveaux lieux... bluffant ! Bien sûr, Dishonored privilégie grandement l'infiltration et la discrétion, mais il faudra néanmoins parfois savoir faire parler sa lame.

Côté durée de vie, on reste un très net cran en deçà d'un « vrai » épisode, mais ce Mort de l'Outsider permet néanmoins de profiter d'environ 8 à 10 heures de plaisir, et même un peu plus si vous souhaitez venir à bout des différents contrats. L'univers est toujours aussi riche, toujours aussi passionnant, et certains passages forcent littéralement le respect, tant Arkane semble avoir pensé à toutes les actions possibles et réalisables dans le jeu.

Le verdict de Clubic


Pour peu que l'on apprécie la saga, difficile de faire l'impasse sur cet épisode Mort de l'Outsider, tant la formule est efficace une fois encore. Outre cet univers à la fois complexe, intriguant et passionnant, ce level design exceptionnel et cette ambiance unique, on apprécie l'arrivée des nouveaux Contrats, ainsi que du trio de pouvoirs qui offre certes moins de libertés que ceux de Emily et Corvo, mais qui impose en revanche une nouvelle manière d'évoluer.

Forcément, le contenu est un peu moins dense qu'un vrai épisode de la saga, mais ce « compendium de Dishonored » reste un vrai plaisir à jouer et à regarder, à condition bien sûr d'apprécier un tant soit peu la série et d'avoir parcouru (si possible) les opus précédents.

Modifié le 21/09/2017 à 17h54
Commentaires