le mardi 23 août 2016

Pokémon Go, sur le déclin mais loin d'être enterré

La fièvre Pokémon Go serait-elle en train de baisser ? Selon le cabinet Axiom Capital Management, le jeu mobile, qui tient en haleine des millions de joueurs à travers le monde depuis le mois de juillet dernier, verrait actuellement son nombre d'utilisateurs actifs baisser de jour en jour, de même que ses téléchargements.

Pokémon Go a été l'un des sujets de l'été, aussi bien pour les médias qui en ont massivement fait l'écho que pour les dizaines de millions de joueurs, qui se sont pris au jeu à travers le monde. Cette application mobile mélant géolocalisation et réalité augmentée, dont l'objectif est de capturer des Pokémons virtuels dans un environnement réel, reste encore aujourd'hui un véritable phénomène. Jamais un jeu mobile n'aura connu un sujet aussi fulgurant : lancé dans une poignée de pays début juillet, le jeu a vu sa communauté se développer, notamment grâce au partage de l'APK Android en dehors de Google Play. Des dizaines de millions de téléchargements ont ainsi été enregistrés durant les quelques jours qui ont suivi le lancement du jeu aux Etats-Unis.

pokemon go vision

Un pic de 50 millions de joueurs actifs


Mais la folie autour de Pokémon Go serait en train de s'apaiser progressivement, à en croire le cabinet d'analystes Axiom Capital Management. Ce dernier a délivré un rapport au site Bloomberg. En se basant sur des données récoltées par Sensor Tower, SurveyMonkey et Apptopia, Axiom a déterminé que le pic maximal d'utilisateurs actifs sur une base quotidienne avait été atteint aux environs du 20 juillet. A ce moment-là, environ 45 millions de joueurs capturaient, chaque jour, des Pokémons à travers le globe. Puis, progressivement, la courbe décline. A en croire le graphique de l'étude, à la mi-août, l'application aurait atteint les 30 millions d'utilisateurs quotidiens.

Pokémon Go utilisateurs


Un autre graphique souligne que l'intérêt pour la réalité augmentée a gagné du terrain avec l'arrivée de Pokémon Go : preuve en est des recherches Google, qui ont atteint un pic important lors de la sortie du jeu mobile. Néanmoins, l'intérêt a été de très courte durée, et il est surtout resté bien moindre vis-à-vis de la réalité virtuelle, qui intéresse beaucoup plus de curieux.

Google Pokémon Go


Un effet de curiosité


Pour le cabinet Axiom, ces constats soulignent le fait que les jeux incluant de la réalité augmentée génèrent beaucoup de curiosité auprès des mobinautes, mais que l'intérêt peut très vite s'étioler. L'une des raisons concerne l'important investissement que la pratique d'une telle activité demande : il est vrai que pour jouer sérieusement à Pokémon Go, il faut multiplier les déplacements, et être très actif. Si la démarche a été saluée par de nombreux observateurs en raison du fait que jouer à Pokémon Go permet de marcher, et donc de faire un exercice physique sans vraiment s'en rendre compte, certains utilisateurs ont probablement arrêté de jouer après leurs vacances.
Axiom explique que son étude du phénomène a été motivée par des entreprises et investisseurs, qui se montraient inquiets quant à l'impact de Pokémon Go sur l'activité mobile en général. « Compte tenu de l'augmentation rapide de l'utilisation de l'application Pokémon Go depuis son lancement en juillet, les investisseurs se sont interrogés sur l'impact de cette nouvelle expérience mobile vis-à-vis du temps passé sur d'autres applications » a expliqué l'analyste Victor Anthony à Bloomberg. « Les tendances à la baisse devraient apaiser les inquiétudes des investisseurs » ajoute-t-il.

Et si ce n'était le début ?


Reste que près de 30 millions d'utilisateurs continuent de se connecter quotidiennement à l'application, ce qui n'est pas rien pour un titre mobile. Et le phénomène pourrait reprendre du poil de la bête avec l'arrivée d'événements communautaires, qui devraient notamment permettre de mettre la main sur des Pokémons légendaires, actuellement absents du bestiaire disponible.

Il serait en tout cas très étonnant que The Pokémon Company laisse décliner aussi rapidement ce qui s'apparente à une poule aux œufs d'or. Début août, Sensor Tower estimait que l'application avait déjà rapporté à l'entreprise environ 200 millions de dollars grâce aux achats in-app. Avec la sortie, en septembre, de l'accessoire Pokémon Go Plus, le jeu va également trouver une autre occasion de refaire parler de lui. Mieux vaut donc ne pas l'enterrer trop rapidement.


Modifié le 23/08/2016 à 14h36
Commentaires