Logitech G25 : le volant au mieux de sa forme ?

Logitech G25
Traditionnellement, les fêtes de fin d'année sont l'occasion de (se) faire des cadeaux et, pourquoi pas, de faire sauter toutes les limites que la raison nous impose le temps d'un achat complètement insensé. Ça, Logitech l'a très bien compris et alors que monde du périphérique de jeu est on ne peut plus calme sur PC ces derniers temps, le fabricant suisse a décidé de mettre les petits plats dans les grands. Plus connu pour ses souris, Logitech nous rappelle ainsi qu'il produit également de très bons contrôleurs jeu et qu'il fût notamment à l'origine d'un des meilleurs volants jamais distribué à grande échelle : le Momo Force. Le contrat avec le célèbre équipementier n'a pas été reconduit, mais le G25 qui nous préoccupe aujourd'hui n'a pas le moins du monde à rougir de la comparaison avec son illustre aïeul.

Présentation générale


Si les jeux de courses automobiles ont toujours remporté un certain succès sur PC, l'aspect simulation des choses a, depuis quelques mois / années, pris une dimension toute particulière. Ainsi, nous avons tout d'abord pu assister à la percée du studio SimBin qui est parvenu à se forger très rapidement une solide réputation auprès des joueurs grâce à des titres comme GTR : FIA GT Racing Game et GTR 2. Dans un registre un peu différent, deux équipes beaucoup plus modestes, mais tout aussi motivées, oeuvrent également pour un certain réalisme des jeux de « ouatures ». Moins connus du grand public, leurs produits (Live For Speed et rFactor) réjouissent cependant les amateurs et, le hasard faisant décidément bien les choses, c'est exactement cette frange de la population que Logitech vise avec son G25. Distribué dans un carton aux dimensions finalement presque décevantes, le G25 ne cache pas bien longtemps son jeu. Dès l'ouverture, n'importe quel fan de simulations automobiles tombera sous le charme de cet ensemble au design très travaillé. Le paquet rassemble en fait les trois éléments qui composent le G25, à savoir le volant en lui-même, le pédalier et le boîtier de commande des vitesses.

Premier regret, un quatrième élément s'invite sans y avoir été convié : un petit transformateur. Compte tenu de la taille assez impressionnante du pédalier, il est dommage que Logitech n'ait pas trouvé un moyen d'intégrer ce petit bloc d'alimentation, afin de limiter les pièces qui « traînent ». Seconde surprise, bien plus agréable cette fois : le volant est remarquablement compact. Alors que le pédalier occupe un espace pour le moins imposant, le bloc volant se fera tout petit sur votre plan de travail, en particulier au niveau de la profondeur. Ces dimensions réduites n'empêchent pas Logitech de nous proposer un volant de bonne taille, très confortable grâce au cuir qui l'habille. Certains joueurs regretteront toutefois la position des coutures qui pourraient irriter les mains des pilotes « 9h15 » (position des mains). D'autres critiqueront la présence de, seulement, deux boutons sur le volant tandis que certains, enfin, trouveront dommage que Logitech n'ait intégré que deux manettes derrière le volant quand Thrustmaster par exemple parvient à en mettre quatre. Ces critiques ne doivent toutefois pas faire oublier l'exceptionnelle qualité de finition du volant, qui tient très bien en main, s'avère très solide et se fixe le plus simplement du monde.

Logitech G25
Logitech G25
Logitech G25

Les différents modules du G25 bénéficient tous d'une finition exemplaire

Notons au passage que c'est ce bloc volant qui fait office de centrale de branchement. Il s'agit d'une très bonne idée, d'autant que les passe-fils ménagés par Logitech remplissent parfaitement leur rôle : le transformateur vient se fixer sous le volant, de même que le module de vitesses et le pédalier. Ce dernier est sans doute le plus impressionnant jamais imaginé par un constructeur : lourd, il repose bien au sol et dispose de trois pédales dont la course se fait avec une certaine résistance pour un contrôle très précis de la conduite. L'embrayage est la plus originale des trois, encore que d'autres ont déjà proposé une telle fonction, mais c'est surtout la pédale de frein qui impressionne puisque, comme les vraies, elle offre une résistance un cran supérieure à celle des autres. Terminons cette rapide présentation de notre cobaye par le bloc vitesses qui, tout d'abord, intègre huit boutons et une croix directionnelle. Grâce au pilote Logitech, cela permet d'assigner de nombreuses fonctions et compense le misérable couple de boutons du volant. Plus bas, on découvre un sélecteur pour faire passer le levier de vitesses en mode séquentiel ou en boîte six rapports... Doté d'une finition exemplaire, ce levier de vitesses a « tout d'un vrai » et il nous tarde maintenant de le mettre en situation !
Modifié le 12/07/2012 à 09h02
Commentaires