Windows 10 : elle reçoit 10 000 dollars pour la mise à jour forcée

Alors que Microsoft multiplie les techniques pour forcer la migration des consommateurs sur Windows 10, la société a dû reverser 10 000 dollars à une utilisatrice s'étant retrouvée avec un ordinateur inopérant.

Windows 10 est sorti le 29 juillet dernier et peu après sa disponibilité, Teri Goldstein s'est retrouvée avec une machine non fonctionnelle. D'une part elle n'aurait apparemment pas autorisé le passage vers Windows 10, d'autre part, cette mise à niveau a rencontré un problème.

Après avoir tenté de trouver une résolution auprès du support de Microsoft, Teri Goldstein a choisi de déposer une plainte à l'encontre de l'éditeur. Elle réclamait alors une compensation financière pour la perte de ses données et de son ordinateur.


Et la cour a tranché en sa faveur. Microsoft devra effectivement payer 10 000 dollars de dédommagements. Initialement le géant de l'informatique souhaitait faire appel de cette décision de justice, mais a finalement choisi de plier cette affaire.

windows 10 banner


Rappelons qu'après une installation de Windows 10, le consommateur bénéficie d'une période de 31 jours pour revenir sur le système précédent, qu'il s'agisse de Windows 8.1 ou Windows 7. Si Windows 10 est plutôt bien noté en général, l'attitude agressive de Microsoft sur les mises à jour est vivement critiquée. Il faut dire que la société ambitionne de voir 1 milliard de terminaux équipés de ce système en 2018 ; un objectif pour l'heure atteint à environ 30%.

Modifié le 28/06/2016 à 10h54
Commentaires