Cryptomonnaie, Blockchain : késako ?

C'est le sujet qui revient régulièrement sur le tapis depuis le début de l'année : la cryptomonnaie. Que l'on parle du Bitcoin, de l'Ethereum ou encore du Ripple, ces monnaies digitales restent mystérieuse pour la majorité de la population mondiale ... alors même qu'elles sont censées être l'avenir de l'économie, qu'elle prennent de plus en plus d'ampleur, qu'elles sont de plus en plus utilisées et que leur valeur ne cesse de grimpe !

Il est donc temps de faire le point sur ce qu'est une cryptomonnaie et sur les raisons de leur succès.

Une cryptomonnaie : qu'est-ce que c'est ?


La cryptomonnaie la plus connue est le Bitcoin, au point que le public utilise parfois le Bitcoin comme synonyme de cryptomonnaie. Il en existe pourtant plusieurs : les principales sont Ethereum, Ripple et Litecoin. Toutes fonctionnent à peu près sur le même principe que celui qui a été créé pour le Bitcoin par son fondateur qui répond au pseudonyme de « Satoshi Nakamoto ». Son identité est inconnue en dépit des nombreuses tentatives pour la percer à jour.

Nakamoto a dévoilé le Bitcoin en 2009 : il s'agissait alors de la première cryptomonnaie. Le code source de son fonctionnement est libre et ouvert, ce qui a permis l'émergence des autres cryptomonnaies. Ethereum est ainsi née d'une proposition d'amélioration du Bitcoin qui a été refusée par la communauté et qui s'est ensuite développée en parallèle. Ethereum se différencie des Bitcoins au niveau, notamment, de son langage et de ses limitations. Mais les principes de base, le minage et la blockchain, sont identiques.

La particularité de la cryptomonnaie, c'est l'absence de banques : il n'y a que la blockchain pour gérer à la fois les transactions et faire office de banque centrale.

La Blockchain : le coeur de la cryptomonnaie


La Blockchain est donc la partie centrale de l'écosystème bitcoins. Elle se caractérise par une inexistence physique : toutes les transactions réalisées au sein de la blockchain sont envoyées, sous formes de copies, à des nœuds de réseau. Il y a donc une trace écrite de toutes les transactions réalisées, ce qui rend les transferts de bitcoins réels.

Il faut toutefois écrire les nouvelles transactions et c'est là qu'entrent en jeu les « mineurs ». Le travail de minage consiste en effet à écrire ces transactions. Lorsqu'un bloc est terminé, il est envoyé à tous les autres nœuds du réseau garantissant ainsi que la liste des transactions est toujours à jour.

Les mineurs touchent des bitcoins parce qu'ils ont réalisé ce travail d'écriture mais également grâce aux frais de transaction. Les bitcoins issus du travail d'écriture sont créés ex nihilo par la banque centrale : il faut savoir que, pour le Bitcoin, il ne peut y avoir que 21 millions en circulation. Cette règle a été créée dès le début par Nakamoto.

Bitcoin distributeur


D'où vient la valeur des bitcoins ?


Si le Bitcoin fait régulièrement parler de lu, c'est parce que sa valeur ne cesse d'augmenter : il a dépassé les 3 000 dollars par unité, ce qui attire les convoitises. Seul souci : contrairement à une monnaie classique, il semblerait que le bitcoin n'ait pas de valeur intrinsèque.

C'est la critique qu'a faite l'économiste américain Paul Krugman : selon lui, le bitcoin ne peut pas avoir de valeur. Pourtant la valeur des bitcoins est réelle puisqu'on peut acheter des bitcoins grâce à des euros et transformer ses bitcoins en euros.

Certains estiment que la valeur des bitcoins repose sur la rareté : il ne peut y avoir que 21 millions de bitcoins dans le monde, un montant qui serait atteint en 2140 selon les calculs. Pour d'autres, la valeur de la cryptomonnaie est issue de son usage, de plus en plus répandu : si les gens acceptent de payer et de se faire payer en bitcoins alors le bitcoin peut être comparé à une monnaie classique, notamment par le biais du taux de change.

La question de la valeur des bitcoins ne manque toutefois pas de soulever des inquiétudes : pour certains, y compris des mineurs, le bitcoin est une bulle qui pourrait s'effondrer à tout moment.

Modifié le 28/07/2017 à 11h12
Commentaires