le jeudi 14 juillet 2016

Un an après... Windows 10 ne permet pas de relancer Microsoft

Depuis le 29 juillet 2015, 350 millions d'utilisateurs ont déjà installé le nouveau système d'exploitation de Microsoft. Mais ce dernier n'a pas permis de relancer les branches mobile et logiciel du groupe.

Le 29 juillet 2015, Microsoft lançait un nouveau système d'exploitation phare avec Windows 10. Un enjeu important pour le groupe qui avait décontenancé les utilisateurs de Windows 8 notamment en raison de son système de "tuiles".

Cette fois-ci, Microsoft a retenu la leçon, sans toutefois abandonner sa volonté de convergence entre les fixe et mobile. Outre le retour du fameux menu "Démarrer", qui avait soulevé un vent de protestation, Windows 10 signait l'avènement de Cortana, l'équivalent de l'assistant vocal Siri sur Mac. Autre grande nouveauté : Edge, le navigateur web succédant à un Internet Explorer en perte de vitesse. Ce dernier, qui détenait encore 64% de parts de marché en 2009, était tombé à moins de 15% au premier trimestre 2015.

Microsoft a des objectifs ambitieux : le groupe vise le cap symbolique du milliard d'appareils tournant sur Windows 10 d'ici 2018. Pour cela, la mise à jour gratuite pour les utilisateurs de Windows 7 et 8 est "offerte" pendant un an aux particuliers, une manière d'inciter les utilisateurs à ne pas trop attendre. "Après le 29 juillet 2016, la mise à niveau sera facturée 119 dollars", prévient-il. Et pour enfoncer le clou, il n'hésite pas à insister lourdement, à coups de pop-ups insistantes et d'avertissements à la limite de la contrainte.

windows 10 logo hero


Résultat : 24 heures après sa mise à disposition, le système d'exploitation avait été installé sur 14 millions de machines. Six mois après, près de 200 millions d'appareils tournaient déjà sous la nouvelle version et au 28 juin 2016, 350 millions d'utilisateurs ont procédé à la mise à niveau. "Un taux d'adoption trois fois plus rapide que pour Windows 7", se félicitait le groupe en octobre 2015.

Techniquement et ergonomiquement, Windows 10 est incontestablement une réussite. Sa facilité d'usage et son interface rivalisent avec Apple et montre la capacité de Microsoft à se réinventer. Selon le dernier communiqué financier du groupe (portant sur le 3e trimestre 2016), le nouveau système d'exploitation a dopé les ventes de ses hybrides Surface, dont les ventes ont progressé de 61%, de relancer son activité logiciel (+15%) et ses revenus publicitaires issus du moteur de recherche Bing (+18%).

Le déclin inexorable des revenus de Windows


Microsoft n'a toutefois pas réussi à enrayer le déclin de Windows. Sur un an, le chiffre d'affaires généré par son système phare a encore chuté de 7% et ne pèse plus qu'un cinquième des revenus totaux du groupe. Satya Nadella, arrivé à la tête du géant américain en 2014, a compris que la vente et les les licences de logiciels ne seraient plus jamais sa "vache à lait". Microsoft se voit plutôt aujourd'hui comme un "prestataire de services" pour les professionnels, avec par exemple le stockage de données (cloud) ou les abonnements (la suite Office 365 par exemple).


C'est dans cette même stratégie qu'il vient d'avaler LinkedIn pour la somme colossale de 26,2 milliards de dollars. La sortie de ce nouveau Windows n'a pas non plus réussi à relancer les ventes de PC, dont les ventes ont encore chuté de 10% sur un an au 1er trimestre 2016, d'après le cabinet d'analyses Gartner (ce dernier estime tout de même que renouvellement du parc d'ordinateurs dans les entreprises commencera "vers la fin 2016").

Le nouveau navigateur incorporé à Windows 10, Edge, semble avoir du mal à percer. En avril 2016, Firefox a pour la première fois dépassé Microsoft (Internet Explorer et Edge cumulés), qui n'en finit pas de chuter. Edge, seul, ne pèse encore que 1,54% de la navigation Internet et la courbe ne semble pas décoller.

Windows 10 pub demarrer


Autre échec patent : l'activité mobile, que Windows 10 devait relancer grâce à la convergence des OS. L'acquisition de la division smartphone de Nokia en 2013 s'est soldée par un échec : Microsoft a annoncé 950 millions de dollars de dépréciation et 1850 suppression de postes dans cette division en avril dernier et a mis fin à la fabrication de téléphones à bas coûts. Au 3e trimestre 2016, à peine 2,3 millions de téléphones Lumia ont été écoulés, un chiffre quasiment divisé par quatre sur un an. Sur mobile, Windows Phone continue de perdre du terrain et ne représente aujourd'hui plus que 1,73% de part de marché, contre 24% pour iOS et 64,4% pour Android.

Samsung conserve-t-il la tête des ventes de smartphones ? Le cloud à la française est-il un désastre ? Des questions posées par la rédaction de Clubic Pro dans notre nouvelle série « Un an après ». Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouveau numéro.
Modifié le 15/07/2016 à 11h20
Commentaires