le samedi 09 juillet 2016

Le clavier AZERTY va-t-il faire sa révolution ?

Notre bon vieux clavier date encore de l'époque de la machine à écrire. Bon nombre de caractères y sont inaccessibles et son ergonomie est brocardée. Faut-il juste le réformer ou passer carrément à une autre disposition ? Une nouvelle norme est en préparation.

Qui n'a jamais pesté en essayant d'écrire sur son ordinateur un C majuscule avec une cédille, un ù ou un ñ ? A moins de retenir par cœur de combinaisons de touches, l'entreprise demeure compliquée sur la plupart de nos machines. Le bon vieux clavier AZERTY, celui qui équipe tous nos ordinateurs, mais aussi les machines-outils dans les usines ou les terminaux mobiles, est resté pratiquement inchangé depuis... 1868.

Il était donc temps de revoir cela comme l'a reconnu le ministère de la Culture au travers d'un rapport rendu en octobre 2015. En effet, contrairement à la plupart de ses voisins européens, la France ne dispose d'aucune norme de clavier. Du coup, chacun fait un peu ce qu'il veut. Les touches @ et # sont par exemple placées à différents endroits selon les cas. Mais le plus gênant, c'est surtout que certains signes sont totalement inaccessibles, comme certaines majuscules accentuées, le œ imbriqué, les doubles chevrons «».

Clavier EmojiWorks


Des revendications contradictoires


L'Afnor a donc été missionnée en décembre 2015 par le ministère afin d'établir une norme servant de référence pour les fabricants. Le groupe de travail constitué d'associations, de représentants du ministère, d'universitaires, mais aussi d'Orange et d'un fabricant de claviers, est confronté à un véritable casse-tête compte tenu de la multiplicité des exigences. « Le nouveau clavier doit par exemple permettre d'écrire dans les langues étrangères ou régionales », détaille Philippe Magnabosco, le directeur du projet à l'Afnor. Tels le ÿ hongrois ou le ø scandinave.


Les mathématiciens réclament eux aussi des facilités comme le symbole "x" de la multiplication ou "différente de". « On réfléchit aussi sur la possibilité d'avoir accès directement aux chiffres sans le verrouillage majuscule », rajoute Philippe Magnabosco. A se demander où va-t-on trouver la place pour rajouter tous ces caractères. Pour l'aider dans son travail, l'Afnor a sollicité l'aide d'une université d'Helsinki, la seule au monde à disposer d'un algorithme capable de suggérer une disposition de touches en fonction d'exigences préalables.

Corsair Clavier


Philippe Magnabosco avoue être submergé de courriels contradictoires lui demandant tel ou tel changement. « Le débat suscite les passions, car il touche à la langue ». Le hashtag #clavierfrancais (qui comme un pied de nez, s'écrit indifféremment avec ou sans cédille), où des mini sondages sont lancés sur Twitter, a déjà recueilli des centaines d'avis.

Rassurer les fabricants de claviers


Pour autant, pas question de chambouler complètement le clavier classique. « On ne va pas rajouter des touches ni des lignes », rassure-t-il. La configuration AZERTY ne devrait pas non plus être remise en cause. « Il y a un équilibre à trouver entre le respect des habitudes et les nouvelles fonctionnalités nécessaires ». Une timidité que regrettent déjà certaines associations. Ergodis, par exemple, milite depuis des années pour le clavier alternatif BEPO, dont les lettres sont mélangées pour optimiser la frappe et mieux répartir le travail entre la main droite et la main gauche. Cette disposition sera « proposée comme option », promet Philippe Magnabosco. Mais l'AZERTY restera bien la référence.

La nouvelle norme n'aura bien sûr aucun caractère obligatoire, mais l'Afnor est persuadé qu'elle s'imposera d'elle-même, « ne serait-ce qu'avec les commandes publiques des administrations », avance Philippe Magnabosco.

Mais finalement, cette bataille de clavier n'est-elle pas un combat d'arrière-garde ? Pratiquement tous les logiciels de traitement de texte disposent déjà de systèmes remédiant aux déficiences du clavier actuel. Sur mac par exemple, n'importe quelle accentuation peut être ajoutée à une lettre en appuyant longtemps sur la touche de celle-ci. Sans compter les correcteurs orthographiques qui se chargent eux-mêmes de pallier aux fautes.

NETTOYAGE CLAVIER


Mais surtout, le clavier physique est tout simplement en voie de... disparition. Avec l'essor des téléphones portables et des tablettes tactiles, on s'habitue de plus en plus à taper sur un clavier virtuel, qui en plus permet une frappe « prédictive » en suggérant des mots. « Les claviers virtuels se prêtent par nature à l'innovation ; ils sont plus changeants et se prêtent donc moins à une norme », souligne Philippe Magnabosco. Qui avoue pourtant qu'il se verrait bien travailler dessus. En espérant que d'ici-là, la commande vocale n'aura pas déjà pas déjà relégué l'écrit aux oubliettes.

  • Bénéficiez de nos codes promo Logitech si vous êtes à la recherche d'un clavier (bons plans, codes réduction, promotions et cashback).

Samsung conserve-t-il la tête des ventes de smartphones ? Le cloud à la française est-il un désastre ? Des questions posées par la rédaction de Clubic Pro dans notre nouvelle série « Un an après ».
Modifié le 08/07/2016 à 16h23
Commentaires