le lundi 01 mai 2017

Une nouvelle exoplanète qui pourrait accueillir la vie ?

Elle porte le doux nom de LHS 1140b. Située dans la zone habitable autour d'une étoile située à 40 années lumières de notre système solaire, ce monde rocheux a toutes les caractéristiques pour qu'on y découvre éventuellement la présence d'eau à sa surface.

LHS 1140b grimpe en tête de la liste des mondes potentiellement habitables.

A un jet de pierre de la Terre


La littérature mondiale en matière d'astrophysique s'enrichit presque chaque semaine de nouvelles publications relatives à la découverte de nouvelles exoplanètes. En 20 ans, grâce aux progrès de l'observation de l'espace lointain, plus de 3.600 exoplanètes ont été recensées. Mais moins de 200 sont probablement telluriques et leur nombre se réduit à peau de chagrin quand il s'agit d'héberger potentiellement la vie.

D'où l'enthousiasme des chercheurs à la lecture de la publication dirigée par Jason Dittmann du Harvard Smithsonian Center for Astrophysics au sujet de sa dernière découverte, réalisée lors de son transit devant son étoile : LHC 1140b, qu'il décrit comme "l'exoplanète la plus enthousiasmante de la décennie"

Exoplanète


Des conditions idéales pour la Vie


D'abord par sa proximité : LHC 1140b graviterait autour d'une étoile située à 40 années-lumières de notre système solaire, soit au coin de la rue à l'échelle cosmique. Son diamètre serait une fois et demie plus grand que celui de la Terre, sa masse 6,6 fois plus importante. Ce "super-monde" rocheux évoluerait surtout dans la zone habitable de son soleil.

La prochaine étape sera l'étude de l'atmosphère de LHC 1140b, qui révèlera ou non si elle possède les ingrédients indispensables à l'épanouissement de la vie, comme l'oxygène, le dioxide de carbone ou le méthane. L'étude de son rayonnement permettra d'évaluer l'épaisseur de cette atmosphère, si elle existe, d'en déterminer la composition, de connaître la présence éventuelle de nuages, etc. L'observation de LHC 1140b est par ailleurs facilité du fait de l'étoile autour de laquelle elle gravite : il s'agit en effet d'une naine rouge, le type d'étoile le plus fréquent dans notre univers. Sa taille n'excède pas un cinquième de celle de notre Soleil. Elle a aussi l'avantage d'être faiblement rayonnante donc beaucoup plus froide, et faiblement active. Un concours de circonstances inédit qui permet de nourrir de grands espoirs sur le potentiel de LHC 1140b.


Modifié le 05/05/2017 à 16h26
Commentaires