le lundi 22 juin 2015

E3 2015 - WRC 5, un passage de témoin pour le meilleur du rallye ?

Annoncé début 2015, WRC 5 marque le passage de témoin entre le studio Milestone - aux commandes depuis des années - et Kylotonn qui profitait de l'E3 pour nous présenter son travail.

Installé à Paris et à Lyon, Kylotonn est un studio français qui fait ses premiers pas dans la simulation automobile avec WRC 5. Afin de ne pas être influencés par le travail réalisé précédemment sur la franchise, ses développeurs ont décidé de repartir de zéro : le moteur graphique utilisé est élaboré en interne et plusieurs spécialistes de la conduite ont été mis à contribution. Ainsi, Alain Jarniou (V-Rally 3) et Diego Sartori (un ancien de SimBin) ont été recrutés.

Sans surprise, WRC 5 reprend évidemment la fameuse licence officielle du World Rally Championship. Une licence qui se découvre au travers d'un mode multijoueur en ligne, d'un mode multijoueur local (hotseat) et d'un mode solo découpé en trois parties : carrière, course libre et école de rallye. La licence est aussi l'occasion d'intégrer tous les pilotes et voitures officiels des championnats du monde alors que les tracés tentent d'être le plus fidèles possible aux différentes épreuves.

03e8000008082834-photo-wrc-5.jpg


« La gadoue, la gadoue, la gadoue... »


Pas très originale, l'approche réalisée par Kylotonn aura le mérité de ne pas déstabiliser les habitués de simulations automobiles. En effet, la partie « carrière » place le joueur dans la peau d'un jeune pilote dont le seul objectif est de parvenir au sommet. Cela passe évidemment par la catégorie junior et les diverses anti-chambres du circuit WRC : l'idée étant de proposer un système de contrats que les écuries ne manqueront pas de proposer en fonction des performances du joueur.

Dans les faits, la carrière permet de se familiariser progressivement avec le jeu, sachant donc qu'une option école de rallye est également disponible. Hélas, celle-ci n'était pas accessible sur notre préversion E3 2015 du jeu. Pour nous faire la main, seule une poignée de circuits étaient d'ailleurs disponibles : la version finale du jeu proposera tous les pays du championnat du monde, mais pour cet aperçu, nous n'avons pu voir que trois d'entre eux, l'Allemagne, l'Espagne et la Finlande.

L'objectif est ici d'offrir des sensations de conduite sensiblement différentes. Ainsi, la Finlande est l'occasion d'un tracé rapide, mais doté de virages serrés particulièrement traitres. En Espagne, nous avons pu goûter aux joies de la conduite sur terre alors que l'Allemagne mettait davantage l'accent sur l'asphalte. Autant d'environnements qui viennent illustrer la variété des parcours et des épreuves, mais attention, aucun circuit n'est réellement fidèle aux véritables tracés, incompatibles avec un jeu vidéo.

03e8000008082844-photo-wrc-5.jpg


Nouveau studio, nouveau départ


Du coup, les développeurs se sont attachés à reproduire des ambiances plutôt que les parcours réels. Ils ont tenté de retrouver ce qui fait l'essence des différents rallyes et de reprendre quelques éléments emblématiques de chacun d'entre eux. Dans les faits, cela marche plutôt bien et même si l'impression de vivre le championnat du monde est peut-être moins palpable que sur un jeu de Formule 1 par exemple, les sensations sont au rendez-vous.

En attendant de pouvoir essayer ça au volant, la conduite à la manette est intéressante. Les changements de surface se font bien sentir et les enchainements portions lentes / rapides nécessitent de rester concentré. Il est question de prendre en compte le moment de la journée, mais notre préversion se limitait au seul « midi » : nous sommes impatients de voir ce que peut donner une spéciale nocturne ! Autre remarque, les commentaires du copilote semblent toujours parfaitement amenés, alors que plusieurs langues - dont le français - seront disponibles.

Moins réjouissante en revanche, la réalisation d'ensemble paraît un peu terne. Compte tenu du budget alloué au jeu, on ne peut évidemment pas se retrouver dans Forza Motorsport 6, mais on aurait aimé que la végétation aux abords des pistes soit plus généreuse ou que les effets de lumière / de particules soient prégnants. Les modèles de voitures sont déjà plus convaincants, mais la vue interne est encore en plein développement et nous pourrons donc pas encore la juger.

Alors que le changement de développeurs avait de quoi inquiéter les amateurs, WRC 5 nous a rassuré sur de nombreux points. Sa sortie est prévue en fin d'année 2015 sur PC, PS3, PS4, Vita, Xbox 360 et Xbox One.

Modifié le 13/02/2018 à 17h39
Commentaires