le mercredi 21 janvier 2015

Malgré le succès des PS4 et Xbox One, AMD a souffert en 2014

Après avoir démarré 2014 en fanfare grâce aux nouvelles consoles de jeu, AMD a accusé le coup en fin d'année, revenant à la difficile réalité du marché des processeurs et puces graphiques, où il lutte.

AMD a manqué le coche en 2014. Alors que le grand concurrent Intel a tiré profit de la reprise exceptionnelle des ventes de PC l'année dernière - ce qui a partiellement sauvé ses ventes de processeurs x86 - la firme de Sunnyvale a laissé échapper la situation : la branche « computing and graphics », regroupant depuis la mi-2014 ses processeurs et ses cartes graphiques, a dégringolé de 16% en un an, à 3,1 milliards de dollars.


0230000007865971-photo-amd-jaguar.jpg
Architecture AMD Jaguar, au coeur des consoles Playstation 4 et Xbox One - Crédit : DR


Du bilan comptable de cette nouvelle division, on apprendra que les CPU et GPU ont globalement reculé, mais AMD n'en donne toujours pas le détail. D'après les dernières études, le californien reste cantonné à des parts de marché plutôt timides. Sur les processeurs, Mercury Research lui attribuait en avril 17% des puces x86 livrées, contre 83% pour Intel. Le trimestre d'après, Jon Peddie Research observait un recul de sa position sur les puces graphiques, à 18%, contre 14,7% pour Nvidia, mais 67,3% pour Intel.

Concernant les cartes graphiques dédiées, le bilan est toujours sévère pour AMD, dont les Radeon ne captent que 40% des ventes, contre 60% pour les GeForce concurrentes. Pourtant, les performances des anciennes ATI ne déméritent pas. Et comme AMD taille les prix pour les écouler, elles deviennent bon marché. Le revers de cette stratégie : cela limite d'autant les revenus pouvant être réinvestis en recherche et en marketing...

Les puces pour consoles ne suffisent plus


Heureusement pour la société, elle a pu compter en 2014 sur son partenariat avec Sony et Microsoft, pour équiper les consoles Playstation 4 et Xbox One de ses puces personnalisables. Celles-ci avaient tiré les résultats du groupe de 38% en début d'année. Mais la fin 2014 a marqué un cinglant retour à la réalité pour AMD, qui a décroché de 22% en décembre. De quoi faire reculer le chiffre d'affaires annuel de l'entreprise de 4% sur douze mois, à 5,5 milliards de dollars. D'après un analyste de Wedbush Securities cité Reuters, les puces équipant les consoles n'ont plus suffi à compenser le déclin des processeurs pour PC en fin d'année.

Ces ventes n'auront pas non plus permis à AMD de supporter ses énormes coûts non-récurrents : 233 millions de dollars de charges apparemment liées à la chute de son cours de bourse de près de 50% en un an, 71 millions de dollars de coûts de restructuration pour supporter une réduction de 7% de ses effectifs et 58 millions de dollars de frais d'inventaires, car trop de puces ont été invendues. Ces pertes ajoutées à celles de 76 millions de la division CPU et GPU n'ont pas été compensées par le gain de 400 millions lié aux consoles de jeu.

Bref, AMD a fini l'année avec un trou de 403 millions de dollars dans ses comptes. En guise de perspectives pour 2015, l'américain se raccroche à l'ouverture prochaine des ventes de PS4 en Chine. De manière plus structurelle, il espère que ses puces Carrizo, prévues au deuxième trimestre 2015, se feront une place dans les PC portables grand public. Pour séduire les fabricants, AMD fournira un unique design de carte mère.


A lire également :

Modifié le 13/02/2018 à 17h42
Commentaires