le mardi 28 novembre 2017

Internet : les Français inquiets pour leurs données personnelles (Arcep)

Une large majorité de Français utilisent quotidiennement Internet, mais une étude du Credoc pour l'Arcep révèle qu'ils se montrent inquiets sur les sujets sensibles de la protection des données personnelles, ou encore la sécurisation des paiements en ligne.

La méfiance monte encore d'un cran pour les réseaux sociaux, un défi pour ces derniers.

Les 18-24 ans sont les plus sensibles


Est-ce le signe de la maturité des internautes français ? Selon le baromètre du numérique présenté lundi 27 novembre par l'Autorité de régulation des télécoms, l'Arcep, l'Agence du numérique (qui regroupe la mission French Tech, le Plan très haut débit et le programme Société numérique), et le Conseil général de l'économie, les Français sont de plus en plus inquiets et vigilants au sujet de la protection de leurs données personnelles.

Selon cette étude, un Français sur trois adapte son comportement en ligne en fonction de ce paramètre. Les 18-24 ans se montrent particulièrement sensibles (ils sont aussi les plus sensibilisés) à la protection de leurs données. C'est même un sujet d'inquiétude pour 40 % des déclarants dans cette tranche d'âge. Ils sont par exemple 69 % à avoir déjà refusé une application qu'ils trouvaient trop invasive. Et un peu plus d'un tiers (34 %) sont abonnés à un service de sécurisation des paiements en ligne.

Arcep logo


Encore 7 millions de Français n'ont pas Internet


On est loin, cependant, d'un refus du Net : 76 % des personnes interrogées pour ce baromètre du numérique déclarent utiliser quotidiennement Internet, +2 points en un an. Le smartphone est plébiscité pour surfer (64 %), y compris à domicile. 61 % déclarent avoir déjà effectué des achats en ligne, mais plutôt sur un poste fixe. Là encore, la peur du piratage en retient certains : 59 % des personnes ont abandonné en cours d'achat par manque de confiance au moment du règlement.

L'étude révèle cependant une tendance, sans doute liée au scandale devenu permanent des fake news et la succession d'affaires de fuites de données géantes : les réseaux sociaux n'inspirent pas confiance à près des trois quarts des Français. 66 % des personnes interrogées déclarent avoir déjà renoncé à publier un contenu ou supprimé un message pour protéger leur vie privée. Le service public numérique commence à s'installer dans les habitudes : 67 % (+5 points) ont déjà effectué une démarche administrative en ligne. Mais demeure aussi cette réalité : 12 % des déclarants, soit l'équivalent de 7 millions de Français, ne se connectent jamais à internet.

Modifié le 28/11/2017 à 15h30
Commentaires