Test Microsoft Surface Book : un 2-en-1 tout en compromis ?

Quelques mots sur la tablette


Une fois détaché, l'écran devient une véritable tablette tactile totalement autonome avec sa propre batterie. Légère (724 grammes) et plus fine que Surface Pro 4 (7,7 mm contre 8,5 mm), elle propose également des coins arrondis.

On retrouve un bouton de mise en marche, un bouton de réglage du volume sur le sommet de la tablette et sur le côté droit, un jack audio. La tablette se connecte au clavier du Surface Book via trois connecteurs, tandis que deux loquets se rajoutent pour le système de fixation. Contrairement à Surface Pro, il n'y a évidemment pas de kick-stand !

Sur la tranche et tout le long de l'appareil, on trouve une ouverture déjà vue sur les Surface Pro qui permet la circulation de l'air pour le refroidissement des composants. La tablette/écran dispose d'une webcam en façade de 5 mégapixels et d'un appareil photo dorsal de 8 mégapixels, cette fois-ci placé sur l'extrémité de la tablette. Au dos, le logo Windows brillant est présent.

Surface book12

Une coque travaillée pour laisser passer l'air


Comme Surface Pro, l'écran/tablette du Surface Book embarque deux haut-parleurs frontaux bénéficiant de la technologie Dolby Audio Premium. Petit détail tout de même en mode tablette, on perd toute connectique USB. Il est possible de charger la tablette seule sans passer par le clavier.

Surface book20


Une configuration musclée


Surface Book s'affiche comme un 2-en-1 résolument haut de gamme. Aussi, la configuration reçue pour le test a de quoi faire pâlir d'envie : un processeur Core i7 de dernière génération, à architecture Skylake donc, avec deux cœurs d'exécution x86 hyper-threadés et une fréquence de fonctionnement de 2,6 GHz pour un Turbo à 3,4 GHz. Gravé en 14nm, ce Core i7-6600U embarque 4 Mo de mémoire cache et revendique un TDP de 15 Watts.

Surface Book - CPU-Z

Le Core i7-6600U vu par CPU-Z


Il profite d'un cœur graphique embarqué Intel... mais ce n'est pas un Iris ! Il s'agit d'un banal Intel HD 520 qui s'avérera poussif pour tout ce qui ne sont pas les tâches les plus élémentaires d'affichage. En fonctionnement, il n'est pas rare d'entendre le bruit du ventilateur de la tablette, un bruit un peu sourd mais bien présent dès lors que le système est sollicité.

Surface Book - Intel HD 520 - GPU-Z

Le circuit graphique Intel HD 520


Notre version de test profite de 16 Go de mémoire vive en DDR3 tandis que le stockage est confié à un SSD de 512 Go. Et pas n'importe quel SSD puisqu'il s'agit d'un modèle Samsung interfacé en NVMe. Autrement dit un SSD ultra rapide utilisant le bus PCI-Express plutôt que le vieillissant Serial-ATA. Un mot encore sur la capacité de stockage qui, bien qu'annoncée à 512 Go, tombe à 474 Go utiles dont 440 Go sont libres une fois Windows 10 mis à jour et passé les premiers démarrages (on est donc un peu inquiet pour la version 128 Go et l'espace réellement utile).

Si le Surface Book fait l'impasse sur l'USB 3.1, et c'est regrettable, l'ordinateur de Microsoft embarque, en termes de connectivité, du Wi-Fi i802.11ac ainsi que du Bluetooth 4.0. Les entreprises apprécieront la puce TPM 2.0 embarquée qui permet au passage de faire fonctionner BitLocker sans broncher (par défaut, il n'est pas actif). Non seulement il n'y pas d'USB 3.1 mais Microsoft ne propose pas de port USB type-C : un choix regrettable pour l'avenir.

Un clavier avec GeForce !


Selon la configuration, Surface Book est plus ou moins musclé. Et Microsoft ne joue pas seulement sur la configuration processeur, qui peut se limiter à un Core i5, ou sur les options de stockage, mais aussi sur le graphique. Ainsi notre version de compétition embarque un GPU NVIDIA... dans le clavier. Celui-ci est donc disponible et utilisable uniquement en mode ordinateur portable.

Dans son annonce, Microsoft évoquait un GPU fait par NVIDIA spécialement à sa demande pour Surface Book. Il s'agit en réalité d'une puce Maxwell de première génération, d'un GM108, plus précisément. Autrement dit une variante de la GeForce 750, une puce graphique modeste à la conception un peu datée et autrement renommée pudiquement en GeForce 940M d'ordinaire dans le monde mobile.

Surface Book - GPU-Z

GPU-Z nous renseigne sur la GeForce du Surface Book : Maxwell 1re génération


La configuration de la puce est comme suit : 384 processeurs de calcul CUDA, un bus mémoire 64 bits et 1 Go de mémoire vidéo GDDR5 avec une fréquence du GPU de 954 MHz qui peut grimper à 993 MHz en boost. Dans son installation par défaut, le Windows 10 de Surface Book ne donne pas accès aux pilotes NVIDIA (ni même Intel) et à leurs réglages habituels. Le module NVIDIA du panneau de configuration classique permettra simplement de spécifier quel GPU utilisé par profil d'application et d'activer les mises à jour de pilotes ou de profils. A noter qu'un clic-droit sur une icône affiche l'option du choix du GPU pour le rendu 3D.

Surface Book - Paramètres NVIDIA

Des pilotes NVIDIA dépouillés
Modifié le 02/12/2016 à 08h02
Commentaires