Notre sélection des 10 meilleurs jeux pour votre Nintendo Switch (Màj Octobre 2019)

Thibaut Popelier Contributeur
07 octobre 2019 à 09h30
0
Nintendo Switch Joy Con
© Nintendo

Si vous traînez régulièrement dans nos colonnes, vous n'êtes pas sans savoir que chez Clubic, le jeu vidéo, on aime bien ça. Et pas qu'un peu même. Que ce soit au travers de news, de tests, d'articles ou même de petits lives dont nous avons le secret, nous essayons de vous communiquer tout notre amour pour ce média Ô combien riche et intéressant.

Afin d'aller un peu plus loin, nous avons décidé de vous proposer une série de sélections regroupant, selon nous, les meilleurs jeux par support. Une sorte de « Top 10 », si vous préférez (ce n'est pas un gros mot), dans lequel nous vous présenterons les jeux qui nous ont tapé dans l'œil, et que nous aimerions vous faire découvrir. Il s'agit évidemment d'un classement éminemment subjectif, qui n'a pas pour vocation à classer les jeux du meilleur au moins bon, et qui évoluera au fil du temps, des sorties, et de nos envies. Et si vous n'êtes pas d'accord avec notre classement, tant mieux, cela nous donnera l'occasion de discuter de vos jeux préférés dans le topic dédié sur notre forum.

Pour l'heure, nous avons décidé de nous concentrer sur la petite dernière de Nintendo en vous proposant de découvrir les 10 jeux à posséder absolument sur Switch. Petite précision toutefois : nous avons décidé de nous concentrer sur les jeux exclusifs à la Switch, et c'est pourquoi vous ne trouverez pas de jeux multiplateformes, ou de jeux indépendants, même si la Switch reste une console exceptionnellement bien fournie à ce niveau.


1. Super Mario Odyssey - Une aventure riche et variée

Sélec Switch


Est-il vraiment nécessaire de présenter Mario ? Depuis ses débuts en tant « qu'ennemi » de Donkey Kong (à l'époque ou l'appelait encore Jumpman) jusqu'à ses récentes aventures sur Switch, le fier plombier s'est taillé une sacré réputation dans le monde du jeu vidéo. Véritable icone créée par Shigeru Miyamoto, Mario est de ces personnages qui ont su transcender leur média de base pour envahir peu à peu toutes les sphères de la pop culture.

Si la série des Mario n'a pas inventé le jeu de plateforme, elle constitue toutefois l'une de ses plus éminentes représentantes, venant régulièrement bousculer les codes du genre, comme ce fut le cas à l'occasion du passage à la 3D avec Mario 64. Malgré le nombre astronomique d'épisodes sortis à ce jour (et si l'on excepte les quelques errances du Philips CD-i), Mario continue encore et toujours de produire des titres riches, prenants, et à la qualité rarement prise en défaut. Et ce n'est pas avec le dernier épisode en date, Mario Odyssey, que cette série va s'arrêter, puisque figurez-vous que ce cru Nintendo Switch, c'est du bon !

Heureux qui comme Mario...

Comme souvent avec les épisodes de la franchise Mario, ce nouvel opus débute d'une manière on ne peut plus classique. Alors que ce bon Mario est en route pour aller voir Peach, Bowser fait des siennes en kidnappant la princesse, avec pour but, cette fois-ci, de lui passer la bague au doigt, de force évidemment. N'écoutant que son courage, le plombier se lance à la poursuite du « couple », bien décidé à renvoyer l'affreux là d'où il vient. Ce scénario prétexte, vu et revu, nous permettra de découvrir une ribambelle de nouveaux lieux que Mario devra explorer de fond en comble, à la recherche de Lunes, des éléments qui lui permettent de voyager de monde en monde.

Dans cette aventure, il pourra compter sur un nouveau compagnon nommé Cappy, un chapeau conscient qui lui permettra non seulement d'effectuer moult cabrioles, mais aussi de prendre le contrôle d'ennemis ou d'éléments de décors qui croisent sa route. Un principe tout nouveau qui permet à ce Mario de multiplier les gameplay, chaque adversaire disposant de capacités spéciales. Des talents qu'il faudra utiliser à bon escient pour explorer des mondes gigantesques, au level design inspiré, et regorgeant de secrets en tout genre. Bref, du pain béni pour les amateurs d'exploration velue, et les complétistes en tout genre.

Pour ne rien gâcher, ce Mario Odyssey s'avère très agréable à l'œil et l'oreille. Les différents niveaux offrent des paysages saisissants, et certains d'entre eux tranchent radicalement avec ce que l'on a l'habitude de voir dans un jeu Mario. De quoi offrir quelques très jolies séquences qui resteront indéniablement dans les mémoires des joueurs. Niveau contenu, il y aura aussi de quoi faire avec une pléthore de challenges et autres défis qui se débloquent au fil du jeu, et que l'on pourra accomplir indépendamment de l'histoire.

Notre avis sur : Super Mario Odyssey

Si vous aimiez déjà les tribulations de Mario, nul doute que cet épisode Switch saura se frayer un chemin dans votre ludothèque. Et si vous ne goûtez pas trop les aventures du père Mario, peut-être est-ce le moment de lui laisser une seconde chance, tant cet épisode Switch s'avère réussi. Beau, grand, profond et extrêmement malin, ce Mario Odyssey est un grand jeu qu'il faut découvrir autant que faire se peut.


Les plus
+ Un contenu titanesque
+ Un gameplay qui se renouvelle sans cesse
+ Un gameplay maîtrisé dans le moindre aspect
Les moins
- Quelques soucis techniques, notamment avec la caméra


2. Pokémon Let's Go - Devenez le meilleur dresseur

Sélec Switch


1996, une année comme les autres. Enfin presque, car c'est cette année qu'est sorti ce qui allait devenir l'un des phénomènes de société les plus importants des années 2000 : Pokémon. Créé par Satoshi Tajiri, ce jeu vidéo qui arbore tous les atours du RPG avec une forte orientation sur la collectionnite, provoque un véritable engouement. Avec 30 millions d'exemplaires vendus, le premier épisode de la série est devenu l'une des meilleures ventes du Game Boy.

Depuis, le cumul des ventes de la série n'en finit plus d'exploser avec près de 250 millions d'exemplaires écoulés (tous les épisodes confondus) en 2010. Mais le succès de la franchise Pokémon ne se cantonne pas aux jeux vidéo, puisque la licence s'est depuis déclinée en animé, en carte à collectionner, en mangas, en films et autres produits dérivés en tout genre. L'engouement pour les jeux ne s'est pas non plus essoufflé au fil des années, et il suffit de se souvenir des rassemblements massifs ayant suivi la sortie de Pokémon Go sur mobile pour se dire que les Pokémons ont encore de beaux jours devant eux.

Un choix Rhinocornélien

Comme à chaque fois avec la licence Pokémon, cet épisode commence par un choix : celui de la version à laquelle vous allez jouer. Pour l'occasion, c'est entre Evoli et Pikachu que vous devrez choisir, car le Pokémon sélectionné deviendra votre compagnon de route dans vos tribulations dans la région de Kanto. La licence retourne en effet à ses racines dans cet épisode qui reprend globalement le cadre mis en place par les premiers volets. Votre avatar devra donc partir sur les routes, pokéballs à la ceinture, afin de collectionner toutes les petites bêtes qu'il croise, en n'oubliant pas d'aller défier les champions d'arènes locaux.

La formule a toutefois évolué depuis les débuts de la licence, et cet épisode Switch nous propose un environnement 3D du plus bel effet, inspiré par les derniers épisodes 3DS. C'est ainsi un véritable plaisir de parcourir cette région mythique remise au gout du jour, même si ce Pokémon Let's Go opère tout de même quelques changements par rapport à la version d'origine, dans l'optique de fluidifier la progression et le rythme du jeu. Modernisation toujours, le gameplay a subi quelques modifications. Les combats y sont toujours aussi tactiques, mais le gain d'expérience a pour sa part été changé pour réduire le grind.

Un autre changement, et pas des moindres, se situe au niveau des mécaniques de capture. Influencée par Pokémon Go, la capture repose désormais sur l'agilité du joueur plus que sur la chance, diminuant la frustration que pouvait occasionner l'ancien système. Vous pourrez même découvrir un petit accessoire, la Pokéball Plus, qui renforce l'immersion lors de ces séquences de jeu, même si son utilisation intensive pourra s'avérer fatigante à la longue.

Notre avis sur : Pokémon Let's Go

Pokémon, Let's Go Pikachu et Let's Go Evoli est un épisode solide de la licence. Reprenant les bases de la série en les modernisant juste ce qu'il faut pour fluidifier l'expérience, il s'agit d'un jeu idéal pour les habitués comme pour les néophytes. Le choix de retourner à Kanto pour nous livrer une histoire qui reprend, dans les grandes largeurs, celle du premier épisode est aussi une excellente surprise, et c'est un véritable plaisir de retrouver les Pokémons de la première génération. Pour ces raisons et bien d'autres, cet épisode reste une valeur sûre.


Les plus
+ Un épisode très accessible pour les néophytes
+ La nouvelle mécanique de capture
+ Une jolie aventure
Les moins
- Un peu trop porté sur le levelling
- Quelques soucis techniques en mode portable


3. Zelda : Breath of the Wild - Un nouveau souffle pour l'open world

Sélec Switch


Vous le savez sans doute, mais la ludothèque Nintendo est un véritable vivier de licences, et par extension de personnages, cultes. Si Mario vient immédiatement en tête, il ne le cède que de peu à une autre licence archi-connue : The Legend of Zelda. Créées à peu près au même moment, à l'époque de la NES et de ses graphismes 8 bits, ces deux séries évoluent parallèlement depuis lors, même si Link et sa bande sont un peu moins prolixes que leurs homologues.

Série d'aventure par excellence, The Legend of Zelda nous narre épisode après épisode les aventures de Link, sa lutte contre l'infâme Ganon, et sa quête pour libérer le monde d'Hyrule, et sa princesse, Zelda, qui prend de plus en plus d'importance au fil des épisodes. Chaque titre de cette saga apporte son lot de nouveautés, et des univers qui deviennent de plus en plus originaux. Unanimement saluée, cette série est chère au cœur de nombreux joueurs, sans pour autant qu'un épisode l'emporte sur les autres, chacun brillant par ses qualités propres. Avec Breath of the Wild, l'épisode Switch qui devrait bénéficier d'une suite directe, Nintendo a donné un grand coup de pied dans la fourmilière en proposant pour la première fois un Zelda en monde ouvert. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'agit d'une sacrée bonne idée !

Nintendo encaisse son Sheik

Série d'aventure par excellence, Zelda est aussi une licence qui se renouvelle sans cesse, épisode après épisodes. Avec ce Breath of the Wild, Nintendo n'a pas fait les choses à moitié en s'emparant du principe de l'open world pour le transformer à sa sauce. Le résultat est diablement réussi, et restera dans les annales du jeu vidéo aux côtés des plus grands. En effet ce nouveau Zelda révolutionne (et le mot n'est pas utilisé à la légère), la recette des jeux à monde ouvert.

Cet épisode s'ouvre sur le réveil de Link, qui semble avoir été placé en stase pendant une bonne centaine d'années. Le monde autour de lui à bien changé, et semble avoir été dévasté par un cataclysme. Le responsable ? Ganon évidemment, qu'il faudra envoyer ad patres. Avant cela toutefois, il faut se dépatouiller d'un tutoriel assez long, qui permet de découvrir les principales mécaniques du jeu, des pouvoirs, originaux pour certains, qui influeront sur la manière de progresser dans l'histoire, et dans le monde créé pour cet épisode.

Dès les premiers pas dans ce nouvel Hyrule, il est possible de voir que la recette de Zelda a changé. Vous serez cette fois livré à vous-même, libre de faire ce que bon vous semble, d'aller ou vous avez envie d'aller. Chaque parcelle du monde est visitable, à chaque instant du jeu, et vous ne pourrez compter que sur vos capacités pour vous en sortir. Mécaniques de craft, usure des armes et autre gestion de la température corporelle sont de la partie, vous devrez donc gérer l'ensemble afin de triompher des défis proposés par ce monde ouvert, vivant, et particulièrement imposant.

Avec un contenu dantesque, qui s'est enrichi au fil des add-on supplémentaires, ce Zelda  Breath of the Wild vous entraînera dans une aventure longue, riche, et dont vous ne ressortirez sans doute pas indemne. D'autant plus que ces mécaniques novatrices s'accompagnent d'une réalisation somptueuse qui enchaîne les panoramas fabuleux et les séquences mémorables.

Notre avis sur : Zelda : Breath of the Wild

Si vous ne deviez prendre qu'un jeu sur Switch, ce serait sans doute ce Zelda que nous vous conseillerions. Durée de vie gigantesque, mécaniques de jeu parfaites, direction artistique somptueuse, histoire riche et prenante, Breath of the Wild à tout ce qu'il faut pour vous entraîner des heures durant dans son monde. Nouvelle référence du monde ouvert, il s'agit désormais d'un épisode incontournable. Alors si vous êtes amateur de belles et grandes aventures, foncez sans plus attendre.


Les plus
+ Un open world riche et magnifique
+ Une durée de vie hallucinante
+ Une véritable leçon de level design
Les moins
- Parfois un peu à la ramasse techniquement


4. Smash Bros Ultimate - Petite baston entre amis

Sélec Switch


Chez Nintendo, les Mario, Zelda et autre Metroid sont aujourd'hui unanimement reconnus comme des monuments, et ce, même si certaines licences sont aujourd'hui un tantinet remisées au placard. Cela n'a toutefois pas empêché Nintendo d'utiliser régulièrement les personnages issus de ces licences, souvent pour une bonne cause. La meilleure d'entre elles ? Sans doute la série Smash Bros.

Sorti en 1999 sur Nintendo 64, le premier épisode de cette licence a tout de suite remporté un vif succès auprès des joueurs. Il faut dire que Nintendo et Hal Laboratory ont eu une idée d'enfer en nous proposant rien de moins qu'un jeu de baston (quoique très différent d'un Street Fighter) mettant en scène des personnages venus des quatre coins de la ludothèque Nintendo. L'occasion de voir Mario coller des grosses tatanes à Pikachu, ou de voir Samu savater tranquillement la tronche de Captain Falcon. Un concept extrêmement plaisant, jouissif même, qui s'est enrichi au fur et à mesure des épisodes jusqu'à débouler sur Switch avec un roster absolument hallucinant qui permet de voir s'affronter non seulement les protagonistes classiques, mais aussi quelques invités comme Bayonetta, Soni, Cloud ou encore Solid Snake.

No items, Fox only

Smash Bros, c'est une école un peu particulière du jeu de baston qui utilise à plein régime les forces des jeux Nintendo. Prenez une bonne de dose de fun, un gameplay abordable, mais pas sans profondeur pour ceux qui souhaitent creuser la question, une pléthore de contenu, mixez le tout et vous obtenez des titres qui font mouche presque à chaque fois. C'est peu ou prou la formule appliquée pour la création de ce Super Smash Bros Ultimate. Pour les deux du fond qui ne suivent pas, la série Smash Bros nous invite à participer à des combats en multijoueurs en vue de côté. Le but ? Envoyer valdinguer ses adversaires hors du « ring » en les frappant autant que faire se peut.

Un principe simple mais qui fait mouche, et occasionne souvent de franches rigolades (ou des amitiés brisées). Pour cet épisode Switch, Nintendo a mis les petits plats dans les grands en décidant d'inclure tout ce qui lui passait par la tête. Ce sont ainsi pas moins de 74 personnages qu'il sera possible de sélectionner pour se foutre sur la tronche, soit l'intégralité des personnages ayant jamais mis les pieds sur un ring de Smash Bros. Et vu que Nintendo sort régulièrement des nouveaux packs de personnages, attendez-vous à ce que ce nombre augmente en permanence.

Au-delà d'un roster gigantesque, qui permettra à chacun de trouver son bonheur en matière de style de combat, ce Smash Bros Ultimate propose aussi un gameplay aux petits oignons. Poli à l'extrême, fruit de plusieurs années d'évolution, il est à l'heure actuelle dans sa forme la plus « pure », et propose une expérience de jeu simple, sans être simpliste. Côté contenu, cet épisode se pose là. Avec des modes de jeu solo et multi en pagaille, il saura vous tenir en haleine des heures durant, sans que la lassitude ne se fasse sentir.

Notre avis sur : Smash Bros Ultimate

Episode le plus abouti à ce jour, Smash Bros Ultimate est une véritable réussite. Avec son gameplay aussi abordable que profond, et un contenu gigantesque pour ceux qui se donneront la peine de l'explorer, cet épisode est aussi parfait pour ceux qui souhaitent juste s'amuser. Que vous choisissiez d'explorer le mode « histoire » afin de récolter tous les esprits ou simplement de disputer un petit match entre potes, nul doute que vous trouverez votre bonheur avec ce titre d'une rare richesse.


Les plus
+ Une custolmisation toujours plus poussée
+ Un contenu immense
+ Un mode aventure généreux
Les moins
- Peu adapté aux Joy Cons
- Mode multi en ligne peu fluide


5. Mario Kart 8 Deluxe - Une formule éprouvée, une efficacité redoutable

Sélec Switch


Nous l'avons déjà dit, Mario est sans doute la licence Nintendo la plus connue qui soit. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien si le moustachu est la mascotte de la firme nippone. Au fil des années, la série Mario s'est très largement diversifiée, le plombier et ses potes allant faire un tour aux jeux olympiques, sur un jeu de plateau, ou allant pratiquer de nombreuses activités sportives pour le plus grand régal des amateurs de jeux multijoueurs aussi fun que prenants.

Il ne faudrait toutefois pas oublier le jeu qui est à l'origine de cet essor des activités secondaires : ce bon vieux Mario Kart. Sorti sur SNES en 1992, ce titre emmenait Mario, Luigi, Peach, Bowser et autres Koopas s'affronter, carapace à la main, sur une ribambelle de circuits inspirés par les environnements de Super Mario World. Jeu de course incluant une bonne dose de baston grâce à des « armes » retorses, il disposait aussi d'un mode de jeu Battle qui laisse encore un souvenir ému aux joueurs l'ayant pratiqué à l'époque. Véritable réussite et succès immédiat auprès des joueurs, Mario Kart est désormais une institution dans l'écosystème Nintendo, et chaque console à le droit à son épisode, apportant son lot de nouveautés. La Switch ne fait pas exception à la règle avec son Super Mario Kart 8 Deluxe.

Attention aux carapaces

Mario Kart est donc un titre presque obligatoire pour les possesseurs de consoles estampillées du gros N. Jeu multijoueurs par excellence, capable de faire voler en éclat la plus belle des amitiés à grand coup de carapace, il s'agit d'un incontournable. Ce Mario Kart 8 Deluxe est, comme son nom peut le suggérer, une version améliorée du Mario Kart 8 sorti sur Wii U. Comprenez par là que cette version inclut de base l'intégralité des DLC sortis sur la précédente console de Nintendo, portant le nombre de circuits à 48, et le nombre de personnages jouables à 41. De quoi s'éclater tranquillement entre potes sans que la lassitude ne pointe le bout de son nez.

Pour le reste, on se retrouve face à du Mario Kart pur jus. Les pilotes y sont répartis par classe de poids, ce qui influe sur leur accélération et leur vitesse de pointe, dictant le style de jeu. On retrouve aussi le système de personnalisation des véhicules : carlingue, roues et voiles s'associent pour octroyer diverses caractéristiques à votre bolide, ce qui, une fois encore, influencera fortement votre manière de jouer et d'aborder les courses. Ajoutez à cela tout un tas de petites subtilités dans la conduite, comme la possibilité d'effectuer des figures en l'air, ou d'obtenir des turbos en dérapant dans les virages, et l'on obtient un gameplay plus riche qu'il n'y parait au premier abord.

Néanmoins, et c'est là toute la tragédie de Mario Kart, le meilleur des pilotes ne pourra rien faire face au couperet de la carapace. C'est aussi ce qui fait le sel de ces jeux de courses : les « armes » qu'il sera possible de récupérer sur la piste, et qui peuvent littéralement changer le cours d'une course. C'est sans doute aussi l'un des éléments les plus jouissifs de ce jeu, qui occasionne souvent des cris de douleurs et de frustration chez les victimes. Pour ne rien gâcher, ce Mario Kart 8 Deluxe inclut aussi de nombreux modes de jeux et niveaux de difficulté (dont le fameux mode 200cc absolument infernal) qui sauront vous tenir en haleine et vous occuper des heures durant.

Notre avis sur : Mario Kart 8 Deluxe

Jeu multijoueurs par excellence, Mario Kart 8 Deluxe est un must have, n'ayons pas peur des mots. Élément indispensable de toute bonne ludothèque Switch, il s'avère être un compagnon idéal pour toute soirée entre amis. Aussi amusant que profond pour celui qui souhaite s'investir dedans, bardé de contenus à découvrir, Mario Kart 8 Deluxe est une franche réussite.


Les plus
+ Le jeu de course multi par excellence
+ Un contenu gigantesque
+ Accessible et fun pour tous
Les moins
- Equilibrage parfois à revoir
- Toujours un déséquilibre dans les « armes »


6. The Legend of Zelda: Link's Awakening - Une légende renaît

Séléc Switch


Le magnifique "Breath of the Wild" n'est plus le seul opus de la saga à figurer dans notre listing des meilleurs jeux Switch. En septembre 2019, Nintendo a décidé de dépoussiérer un épisode adulé par les fans. Il s'agit bien évidemment de The Legend of Zelda: Link's Awakening. Grâce à ce lifting, les joueurs les plus jeunes ont la possibilité de découvrir un titre enchanteur et moins enfantin qu'il n'y paraît.

Sorti initialement en 1993 sur Game Boy, The Legend of Zelda: Link's Awakening devait à la base être un simple portage de l'excellent A Link To The Past sur la console portable de Nintendo. Au fil du développement, le projet a drastiquement changé pour finalement devenir un jeu inédit. Les plaines du royaume d'Hyrule cèdent leur place à l'île Cocolint, sur laquelle notre cher Link s'est échoué après une terrible tempête. Sur place, le héros à la tunique verte fait connaissance avec Marine, une habitante de cette contrée paradisiaque reculée. Rapidement, Link apprend qu'il doit arpenter plusieurs donjons dans le but de retrouver des instruments de musique. À l'aide de ces derniers, Link pourra quitter l'île.

Un réveil nostalgique

Avec sa renaissance sur Nintendo Switch, Link's Awakening se pare de quelques changements notables, en particulier au niveau de son rendu visuel. La direction artistique est colorée et les décors sont entièrement en 3D malgré la vue de trois-quarts. Cette refonte visuelle met en valeur tout le charme des environnements de l'île Cocolint. L'ambiance enchanteresse est magnifiée par une bande originale réorchestrée qui reprend les morceaux de la version Game Boy. Cet épisode parvient donc à conserver une bonne dose de nostalgie tout en se modernisant.

Si l'incontournable Breath of the Wild a marqué durablement les esprits avec son monde ouvert, The Legend of Zelda: Link's Awakening opte pour une progression plus "classique". Le jeu alterne entre combats, petits objectifs annexes (comme la pêche ou la collecte de coquillages) et énigmes dans la plus pure tradition de la saga. L'exploration est aussi à l'ordre du jour puisqu'il est nécessaire de vagabonder sur l'île afin de déterrer tous ses secrets. Les joueurs ayant terminé le jeu sur Game Boy à 100% ne seront pas dépaysés puisque cette monture Switch est identique en tout point. Les personnages, les quarts de cœur ou encore les ennemis n'ont pas bougé depuis 1993.

Facile à prendre en main, le titre de Nintendo peut livrer sa conclusion en une petite dizaine d'heures. Cependant, l'éditeur japonais réserve une nouveauté qui s'est longuement illustrée au cours de la campagne promotionnelle du soft. En effet, le PNJ nommé Igor peut aider Link à construire ses propres donjons. Ces créations peuvent ensuite être jouées librement et même partagées avec la communauté. L'expérience de jeu s'en trouve prolongée même si ce mode inédit montre assez rapidement ses limites, la faute à une structure assez répétitive.

Dans l'ensemble, ce The Legend of Zelda: Link's Awakening joue la carte de l'accessibilité. Son gameplay est assez simpliste et l'aventure plutôt simple dans son ensemble. Seuls quelques puzzles offrent un brin de challenge. Bien entendu, l'intérêt de cet opus est ailleurs... L'objectif affiché par Nintendo était d'offrir une seconde jeunesse à un titre adoré par toute une génération de joueurs. À ce niveau, il faut bien reconnaître que l'éditeur japonais a visé juste.

Notre avis sur : The Legend of Zelda: Link's Awakening

The Legend of Zelda: Link's Awakening est un épisode un peu à part dans le coeur des fans. L'île Cocolint est ressuscitée grâce à une direction artistique somptueuse qui souligne son ambiance si particulière. Les nostalgiques comme les nouveaux venus y trouveront leur compte. Facile à prendre en main mais parfois plus exigeant avec ses énigmes, cet épisode s'adresse à une audience très large. Voilà une excellente manière de (re)découvrir un jeu iconique qui a su conserver son charme comme son histoire touchante.


Les plus
+ La direction artistique somptueuse
+ Un Zelda à l'ancienne à l'histoire touchante
+ La bande originale superbe
Les moins
- La construction des donjons, une feature vite redondante
- Des ralentissements parfois pénibles




7. Fire Emblem: Three Houses - Choisissez votre maison

Séléc Switch


En 2019, la Nintendo Switch s'est parée d'exclusivités remarquables. La plus marquante est sans aucun doute Fire Emblem: Three Houses. La licence tactical-RPG est revenue sur le devant de la scène avec un opus innovant et riche en contenu. Si elle demeure encore méconnue du grand public, la saga pourrait enfin décoller définitivement en Occident avec ce jeu à destination de la machine hybride de la marque nippone.

Fire Emblem a dû patienter jusqu'en 2004 avant de sortir du territoire japonais. Il ne s'agit clairement pas de la franchise la plus célèbre de Nintendo mais elle n'en demeure pas moins reconnue mondialement pour ses nombreuses qualités. Entre ses histoires passionnantes, ses combats aussi tactiques que corsés et sa myriade de personnages charismatiques, Fire Emblem est désormais une licence attendue à chaque épisode inédit. Autant dire tout de suite que Three Houses était surveillé de près par les fans du genre... et il n'a pas déçu !

L'emblème du succès

Pour cette épopée, le joueur contrôle Byleth, un professeur qui doit choisir laquelle des trois maisons du continent de Fodlan il désire rejoindre. Une fois le choix effectué, le protagoniste du jeu doit enseigner les rudiments de la guerre aux étudiants. Classique sur le papier, le scénario prend son envol au fil des heures qui passent. Sans spoiler, précisons que de nombreux rebondissements rythment un récit dense, qui prend forme au fil des conversations avec les PNJ qui peuplent cet univers vivant.

Ce Fire Emblem: Three Houses se démarque aussi de ses prédécesseurs avec son système de combat intégralement repensé. Il est par exemple nécessaire d'utiliser une arme bien précise au bon moment selon la situation rencontrée sur les immenses champs de bataille. Chaque équipement présente des qualités (attaque à distance, au corps à corps...) et des défauts. C'est au joueur de sélectionner l'arme qui conviendra le mieux. Ce n'est pas tout puisqu'une unité est maintenant accompagnée par une escouade. Cette dernière octroie des bonus non négligeables en combat et peut faire basculer l'issue d'un affrontement. Bref, les combats sont bien plus tactiques qu'à l'accoutumé et demandent de la patience, de l'entraînement ainsi qu'une bonne dose d'analyse pour en sortir victorieux.

Le soft développé par Koei Tecmo et Intelligent Systems ne prend jamais la main du joueur pour diriger son aventure. En effet, Fire Emblem: Three Houses oblige à prendre des décisions qui auront de lourdes conséquences sur la suite de l'épopée. Ces choix peuvent parfois être liés au gameplay (spécialisations des avatars) ou au scénario. En modifiant le planning géré par le héros, des quêtes annexes peuvent être accomplies et de grosses récompenses sont alors déblocables. Bien entendu, la fin du jeu changera en fonction des décisions prises à des moments-clés. De quoi donner envie de recommencer une nouvelle partie afin de tout savoir sur l'univers du titre.

Notre avis sur: Fire Emblem: Three Houses

Fire Emblem: Three Houses est sans aucun doute l'épisode le plus complet de la saga. En réinventant son système de combat, cet opus parvient à se démarquer de ses prédécesseurs. Le scénario est absolument passionnant et les libertés laissées au joueur cassent la routine d'une progression qui aurait pu être trop dirigiste. Avec cette exclusivité, la Nintendo Switch détient un des meilleurs tactical-RPG de ces dernières années.


Les plus
+ Des combats passionnants et tactiques
+ Le scénario riche en rebondissements
+ La liberté laissée au joueur sur les décisions à prendre
Les moins
- Des graphismes pas très soignés
- Le héros muet comme une carpe


8. Super Mario Maker 2 - Construire un monde meilleur

Séléc Switch


Démocratisés avec la sortie de LittleBigPlanet en 2008, les jeux qui invitent le joueur à construire ses propres niveaux ont pris de l'ampleur au fil des années. Nintendo n'a donc pas manqué de proposer Super Mario Maker en 2015 sur Wii U (et plus tard sur 3DS). Quatre ans plus tard, une suite est arrivée sur Switch avec toujours plus de possibilités pour les créateurs en herbe.

Véritable star des jeux de plates-formes, le célèbre plombier moustachu s'est découvert une âme de bâtisseur avec Super Mario Maker. Le joueur peut donc laisser libre court à son imagination en créant des niveaux de A à Z. Le placement des bonus, des ennemis, des pièges et autres blocs est totalement libre. Si cette suite pensée pour la Nintendo Switch reprend la plupart des éléments présents dans l'opus Wii U, quelques nouveautés notables sont fort heureusement de la partie. L'éditeur japonais ne s'est pas reposé sur ses lauriers et pour les réfractaires au côté créatif du soft, un mode histoire a été inclus pour l'occasion.

Mario les bons tuyaux

Dans Super Mario Maker 2, notre cher héros a pour objectif de reconstruire le château de Peach en récoltant des pièces à travers plus d'une centaine de missions inédites. En plus de tenir en haleine pendant plusieurs heures, cette expérience solo sert aussi de tutoriel de luxe. Chaque mission permet d'assimiler une mécanique liée à l'aspect créatif du jeu. Ainsi, cette suite s'adresse à une large audience puisqu'il est parfaitement possible de se consacrer uniquement à la partie histoire du titre. Cependant, Super Mario Maker 2 prend bien évidemment tout son sens lorsqu'il s'agit de fabriquer un niveau dans son intégralité.

C'est bien simple, les possibilités sont pratiquement illimitées. L'esthétique d'un stage peut être directement tirée de Super Mario Bros., Super Mario Bros. 3, Super Mario World, New Super Mario Bros. U ou Super Mario 3D World. Pas moins de dix thèmes différents (forêt, désert, ciel...) sont accessibles pour chacun des cinq jeux cités précédemment. L'éditeur de niveau est d'une richesse jamais vue dans un soft de ce genre. Nintendo laisse également au joueur le soin de sélectionner les conditions de victoire pour conclure un niveau (ne pas sauter, ramasser un certain nombre de pièces...) et les décors de nuit profitent d'un gameplay sensiblement modifié. Difficile de tomber sur deux stages similaires parmi les milliers de créations mises en ligne par la communauté.

L'aspect communautaire est aussi un point central de Super Mario Maker 2. Chaque niveau peut être partagé avec le reste du monde et joué jusqu'à quatre via le multijoueur en ligne. Le multi local est également à l'ordre du jour avec une seule et même cartouche. Une bonne dose de convivialité s'invite donc fréquemment et les joueurs en quête de difficulté seront servis puisque certains stages sont vraiment retors.

Notre avis sur : Super Mario Maker 2

Avec sa durée de vie infinie et son côté créatif sans limite, Super Mario Maker 2 fait dans la générosité absolue. Cette suite pense aussi aux joueurs allergiques à la créativité et qui désirent seulement se lancer dans le mode solo ainsi que les niveaux proposés par la communauté. Chacun peut trouver son compte dans cette exclusivité Switch constamment alimentée en contenu.


Les plus
+ Des possibilités illimitées
+ Un mode histoire sympathique
+ La durée de vie infinie
Les moins
- L'ergonomie laisse à désirer sur les créations à deux
- Le multi frappé de quelques ralentissements


9. Mario + Lapins Crétins : Kingdom Battle - Stratégie et rigolades

Sélec Switch


Depuis sa création, Nintendo conserve jalousement ses licences dans son giron, accouchant lui-même de nombreux titres utilisant ses personnages phares. Il faut dire que le prêt de Mario et Zelda à Philips du temps du CD-i les a quelque peu refroidi (je vous laisse chercher Hôtel Mario et Link : Faces of Evil si vous ne les connaissez pas). Il aura fallu attendre 2017 pour découvrir un jeu estampillé Mario développé par une autre société. Et c'est Ubisoft qui s'y est collé, pour donner naissance à un titre aussi étonnant que réussi.

Un peu comme Nintendo, Ubisoft est connu pour ses grandes licences, qu'il exploite à outrance. L'une des plus connues d'entre elles est sans conteste les Lapins Crétins, qui ont été déclinés à toutes les sauces depuis qu'ils se sont émancipés de chez Rayman. C'est sans doute ce qui a mené Ubisoft à se dire que cela serait une bonne idée de faire fusionner les univers Lapins Crétins et Mario. Et le pire voyez-vous, c'est que cela marche du tonnerre. Loin d'être idiot, ce Mario + The Lapins Crétins : Kingdom Battle nous offre un gameplay tactique extrêmement solide, qui n'est pas sans rappeler X-Com et compagnie. Un mélange des genres détonnant, loin d'être évident sur le papier, et qui est pourtant une étonnante réussite.

Un jeu moins « crétin » qu'il n'y parait

Pour la faire courte, l'histoire de ce titre atypique nous embarque dans une épopée pour sauver le royaume Champignon des âneries de ces braves lapins crétins. Ces derniers ont en effet mis la main sur un casque permettant de fusionner des objets les uns avec les autres, et avec leur habileté habituelle, ils n'ont rien trouvé de mieux que de venir bousculer la (relative) tranquillité de la contrée de Mario. Il n'en fallait pas plus pour que les rongeurs, habillés aux couleurs de Yoshi, Mario, Peach, Luigi et Donkey Kong (dans le DLC), se joignent à leurs homologues en chair et os pour réparer leurs erreurs.

Ce point de départ nous permettra d'aller explorer de nombreuses zones du royaume Champignon au gré d'une aventure loin d'être déplaisante, et mâtinée de l'humour bien débile de la série Lapins Crétins. Et que les quelques réfractaires à cette licence se rassurent, les anciens acolytes de Rayman n'interviennent que par petites touches, rendant l'ensemble léger sans jamais être lourdingue, et ne volant pas la vedette aux personnages de Nintendo.

Ce qui fait la véritable richesse de ce titre, et son originalité, reste toutefois son gameplay, qui lorgne sévèrement du côté des jeux de tactique. Un choix on ne peut plus original, et diablement audacieux qui, pourtant, fonctionne parfaitement une fois que la partie est lancée. Chaque personnage dispose d'actions différentes, qu'il sera possible de programmer tour après tour afin de triompher des adversaires. Il faudra rapidement apprendre à jongler entre les différents protagonistes, et à utiliser à bon escient les éléments du décor pour en tirer le meilleur parti, et triompher. Moins profond que les ténors du genre, ce tactical « light » n'en reste pas moins extrêmement plaisant, constituant même une très bonne première expérience pour les néophytes.

Notre avis sur : Mario + Lapins Crétins : Kingdom Battle

Mario + The Lapins Crétins : Kingdom Battle est un OVNI. Un mélange improbable de deux licences que rien ne destinait à se rencontrer, qui ose en plus utiliser les codes d'un genre exigeant. Un assemblage qui avait tout pour se planter donc, et qui s'avère pourtant très réussi manette en main. Voilà pourquoi, que vous soyez adepte de combat stratégique ou non, nous vous conseillons vivement de vous pencher sur ce titre atypique.


Les plus
+ Un tactical simple, mais pas simpliste
+ Une B.O. au top
+ Le mélange Mario et Lapins Crétins qui fonctionne bien
Les moins
- Scénario un peu léger


10. Octopath Traveller - Le RPG aux multiples facettes

Sélec Switch


Il y a bien des années, à une époque dont seuls les vieux croulants comme moi se souviennent, le monde des RPG Japonais était dominé par deux développeurs phares. D'un côté Square, heureux propriétaire de la série Final Fantasy. De l'autre, Enix, et sa non moins célèbre série Dragon Quest. Aujourd'hui, et suite aux « soucis » de Square, ces deux sociétés ne font plus qu'une, et continuent de nous donner notre dose de J-RPG, pour notre plus grand plaisir.

L'une des dernières créations en date de Square Enix, exclusive à la Switch jusqu'à très récemment, n'est autre qu'Octopath Traveler, un RPG aussi étonnant que bien fichu, qui conquiert tant les joueurs que la critique. Il faut dire que le bougre évoque sans vergogne les mânes d'un Final Fanatsy VI et d'un Dragon Quest IV, tout en proposant un système de jeu pointu qui n'est pas sans rappeler le travail d'Acquire sur la série des Bravely Default.

Les huit font la paire

Si vous comprenez un tant soit peu la langue de Shakespeare, vous aurez déjà deviné qu'Octopath Traveller nous parle de voyageurs. De huit voyageurs même. Autant de personnages qu'il sera possible d'incarner au cours des différents chapitres que compte ce RPG. Chacun d'eux possède une histoire qui lui est propre, des objectifs à remplir, une destinée à accomplir, et une profession, qui dirigera en quelque sorte sa vie. Cette destinée les emmènera sur les routes à la découverte de ce monde qui regorge de vie et de détails, et chaque histoire sera l'occasion d'en apprendre plus sur la situation de cet univers.

Très original, et bien loin des RPG classiques, Octopath Traveller repose essentiellement sur sa narration. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les équipes qui s'en sont chargées ne se sont pas moquées de nous. Que ce soit au niveau des histoires individuelles de chaque protagoniste, ou dans les dialogues des personnages non joueurs, l'écriture s'avère être virtuose, tout en finesse. Tour à tour drôles ou émouvantes, les histoires qui nous sont comptées ne laissent assurément pas indifférents, et c'est un véritable plaisir de lire chaque parcelle de texte qui nous est offerte.

Pour ne rien gâcher, Octopath Traveller dispose aussi d'un gameplay particulièrement solide qui reprend de nombreux principes phares du J-RPG. Du système de job, permettant de personnaliser le style de jeu, aux mécaniques de combat riches et profondes, en passant par un panel d'autres aptitudes spéciales utilisables au cours de l'exploration, tout est là pour proposer une expérience de jeu forte et diablement intéressante. De quoi faire plaisir aux vieux de la vieille, en manque de RPG bien velus en somme.

Notre avis sur : Octopath Traveller

Beau, Octopath Traveller l'est assurément avec son pixel art qui fracture la rétine dès les premiers instants. Mais au-delà de cette plastique irréprochable, Octopath Traveller est surtout un titre à découvrir de toute urgence si vous n'avez pas pris un fixe de J-RPG depuis belle lurette. Outre son histoire, qui s'avère particulièrement maligne et originale, il dispose aussi d'un système de combat très bien fichu, profond et extrêmement plaisant une fois que l'on y est plongé. En tout cas selon nous, c'est une chaude recommandation !


Les plus
+ Système de combat riche et pointu
+ Visuellement spectaculaire
+ Très bonne durée de vie
Les moins
- Quelques soucis d'ergonomie
- Parfois un peu simpliste dans son level design
Modifié le 07/10/2019 à 09h42
6 réponses
6 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs

Pourquoi nous faire confiance ?

Pour vous, Clubic sélectionne puis teste des centaines de produits afin de répondre aux usages les plus courants. De la qualité pour tous et à tous les prix, voilà notre objectif ! En savoir plus

scroll top