Communauté Clubic

L'épuisement annoncé des adresses IPv4 : quels défis pour les opérateurs?

Toutes les navigations sur internet se voient attribuer une adresse IP. Cette adresse unique est assimilable à une carte d’identité délivrée à une personne se connectant au réseau, que ce soit à partir d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un smartphone. Avec le nombre croissant d’utilisateurs, l’épuisement des adresses IPv4 arrive ainsi inévitablement à grands pas.

J’ai l’impressions qu’ils annonce la pénurie depuis 10 ans maintenant … si les opérateurs n’ont rien fait pour anticiper un minimum c’est n’importe quoi.

7 J'aimes

les opérateurs francais c’est nimporte quoi

1 J'aime

faut pas refaire le bug de l’an 2000…
pour le passage a l’ip v6, tout est pret.
les infrastructures le gerent, les machines a tout le niveaux aussi…
c’est juste que pour l’instant, tout le monde s’en fout.
quand vraiment y’aura plus de v4, ils attribueront les v6 qu’ils possedent deja… c’est aussi simple que ca…

1 J'aime

y a peu, j’ai lu un article web qui expliquait que l’ipv6 c’était un truc dépassé et antérieur à ipv4 mais qu’on y revenait forcés d’y prendre ce qui était encore libre. Tout le long de l’article je louchais sur les paragraphes pour voir si je comprenais mal.

10% en 2016. Et en 2019 (flemme de chercher) ?
C’est en cours, lentement,mais comme ce n’est toujours pas réellement urgent, tout le monde attend. Habituel.

voila pour vous faire une idée
https://www.arcep.fr/cartes-et-donnees/nos-publications-chiffrees/transition-ipv6/barometre-annuel-de-la-transition-vers-ipv6-en-france.html

1 J'aime

Depuis le temps que l’ipv6 existe, tous devrait être déjà compatible

Certains voudraient utiliser les adresses IP bogon (comme par exemple les IPs utilisées pour le réseau local, qui représentent 20% des adresses IPv4), mais cela impliquerait une reconfiguration des équipements réseaux.

Pendant ce temps, le CGNAT va être employé massivement, notamment pour les connexions résidentielles (sur le mobile c’est plus fréquent en ipv4). Plus qu’à imaginer qu’un abonné se fasse bannir d’un service depuis une IPv4 publique pour que les 499 autres soient aussi potentiellement bannis, et encore ce n’est qu’un aspect mineur parmi les désavantages d’un tel système.

Quand je bossais chez Orange en 2010 il y avait des architectes sur IPv6. Je suis chez Free avec fibre et ça fait un moment que j’ai une IPv6. Je ne sais pas ou en sont ByTel et SFR mais à mon avis ils sont prêts depuis un moment.

Le problème de l’IPv6 c’est pas tellement l’offre des opérateurs que l’accès aux sites webs : les trois quarts ne l’acceptent toujours pas, et si c’est ton site favoris tu l’as dans le ***.

Ca fait une bonne quinzaine d’année qu’on parle du passage à IPv6 et de la future pénurie des addresses IPv4. C’est pas une grande suprise, et si en 2019 quelqu’un n’est pas prêt, c’est de sa faute!.

Ça me rappelle ces articles sur le nettoyage des oceans pr des bateaux miracles. Il y en a qui apparaissent à intervalles réguliers de temps en temps.
Je me rappels d’un article en 2009 qui prévoyait la fin de l’ip v4 pour 2012 car il n’y aurait plus d’ip disponibles à partir de cette année la…

On en parlait déjà encore avant ! Lors de mon dernier cycle d’études (2004), il était question de mettre au programme IPv6 pour la prochaine session de DESS, principalement à cause de ce problème, alors qu’il n’était même pas standardisé (à peine finalisé au niveau des specs), c’est dire ! :slight_smile: Heureusement que le NAT/PAT des routeurs ISR ADSL (et peut-être avant en RTC avec le partage de connexion Windows 95/98 ?) a permis de ralentir grandement le phénomène, car effectivement, il était prévu une pénurie au plus tard au début des années 2010. Crier au loup si tôt aura au moins eu le mérite de laisser le temps nécessaire à tous les acteurs de s’y préparer…

mais encore ? En quoi c’est n’importe quoi ?

tout a fait de ton avis…