Communauté Clubic

Le MIT met au point un outil de captation du CO2 plus efficace et moins cher

Il existe aujourd’hui des technologies permettant de capter et stocker le CO2, comme les de Climeworks, mais celles-ci présentent des inconvénients. Coûteuses, leur fonctionnement nécessite de l’énergie en grande quantité, réduisant sensiblement leur intérêt.

Même si au fond de moi je doute que leS solutionS aux problèmes climatiqueS (parce que c’est très, très loin d’être uniquement le CO2) passent par de la « géoingénierie » ou par de la haute technologie. Je pense au contraire que c’est avec du low tech et de la simplification qu’on y arrivera. Après je suis pas contre si ça peut fonctionner. Si quelqu’un arrive à faire fonctionner, ça peut être un complément, mais alors va vraiment falloir nous prouver que le bilan de cette machine sera bon (énergie injectée vs ce qu’elle amène). Parce que l’éolien par exemple, c’est comment les multinationales ont réussi à niquer le game en faisant croire que c’était écologique et en prenant des milliards aux États…

5 J'aimes

Capter le CO² est aussi stupide que de ramasser le vomi au lieu d’arrêter de se pacter la tronche.
C’est la SOURCE, le BRÛLAGE des hydrocarbure qu’il faut arrêter bordel!

6 J'aimes

Ok et tu circules comment ? Tu te chauffe comment ? Tu t’éclaires comment ? Actuellement on NE PEUX PAS SE PASSER DES HYDROCARBURES et en attendant de le pouvoir c’est bien de limiter les dégâts… Râler pourquoi pas mais si c’est dans le vide sans proposition claires ça n’aboutira à rien !

4 J'aimes

Pas fou, mais ce sera sans doute un amalgame de toute façon !

Oui et non, si tu trouve une utilité à moindre cout c’est pas mauvais, maintenant s’attaquer à la source a des chances d’être plus efficace est certainement plus élégant…

1 J'aime

On peut tellement facilement diviser notre consommation…quand on voit le gaspillage,ce que les gens font…les gens sont même pas capables d’éteindre des lumières…on est tellement loin de l’optimisation. Avec un peu de bonne volonté, de lois, de limitations et de bons sens ne te promet qu’on peut déjà faire beaucoup, sans même rogner sur le confort actuel. Rien que diminuer d’un ou deux degrés les piaules surchauffer, refaire l’isolation, changer son système de chauffage, et hop c’est déjà énorme

3 J'aimes

Si tu arrive à le faire de façon plus efficace comme mentionner dans l’article, moi je crache pas là dessus. Bon maintenant, t’es pas nécessairement obligé de l’exploiter comme une batterie, il y a pas énormément d’usage du carbone présentement, mais si on trouve une façon de l’utiliser tout en le séquestrant (genre des matières plastiques, du graphene etc… ça pourrait être la façon de rettraper le retard des objectifs de réchauffement. Évidemment en combinaison avec des réductions d’émissions sinon en effet ce serait un peu ridicule…

2 J'aimes

C’est louable d’essayer d’amoindrir sa consommation individuelle, mais de diminuer de 20% à 30% ta consommation résidentielle, même si on le faisait tous est pas suffisant. Maintenant, j’essaie justement d’optimiser ma consommation quand même, mais il y a beaucoup d’autre chose que la consommation résidentielle de l’énergie elle même, le transport, les procédés industriel (pour tout le secteur manufacturier), l’agriculture (particulièrement le secteur bovin), la construction (privilégier le béton aujourd’hui est une aberration pour bien des types de constructions à mon avis). Ça va prendre des efforts dans chacun de ces secteurs pour limiter la casse.

1 J'aime

Il y’a un truc encore plus efficace et encore moins cher, ça s’appelle les arbres ! Ah zut, pardon on me dit dans l’oreille qu’on les coupe comme des corniauds massivement …

2 J'aimes

J’ai jamais dis que ça suffisait. Mais tu as tort. L’élevage, le transport, l’industrie, la construction produisent pour les ménages et eux seuls quasiment. On pourrait orienter les choix, consommer moins et avoir un impact supérieur aux seuls ménages.

C’est pas de couper les arbres le problème généralement, c’est de ne pas les replanter. Techniquement si tu coupe des vieux arbre pour planter des pousse, c’est considéré comme pratiquement carbonne neutre.

J’ai « tort », mais tu asquiesce ensuite en reformulant mon point… On dit la même chose, et tant mieux on est conscient du problème et en quête de solutions on se crêpera pas le chignon. Cela dit j’essaie de diminuer ma consommation d’énergie résidentielle d’environ 40% d’ici un an justement et j’escompte acquérir une voiture électrique comme prochaine voiture, diminuer ma consommation de viande et j’achète davantage localement un peu tout ça a une influence, mais ce serait bien plus efficace avec une taxe carbonne plus forte (en abaissant le fardeau fiscal ailleurs cela dit). On a besoin d’un mouvement de masse autrement et si je me fie à ce que je vois les gens se confortent beaucoup trop dans leurs habitudent, ça prend des incitatif à changer l’industrie aussi

2 J'aimes

Et tout ceci ne se fait pas en un claquement de doigts… le captage et stockage de CO2 a pour but de « lisser » la transition écologique, le temps que l’on remplace tout le parc automobile, que l’on s’assure que les alternatives énergétiques soient fiables/viables, etc… ça prendra encore quelques bonnes décénies. En gros, ça nous laisse un peu plus de temps pour tout mettre en place pour préparer la fin des hydrocarbures.

2 J'aimes

Assez d’accord oui, c’est vous qui mettiez une séparation entre la sphère domestique et le reste, alors que tout est lié. La vérité c’est que soit on réduit drastiquement notre consommation (plus petite maison, mieux isolée, chauffée intelligemment, pas plus de 19°C, pas plus de 30m2 par personne, plus de mazout/électrique pour se chauffer mais uniquement des panneaux thermiques/boitier PAC/géothermie, plus acheter constamment, plus renouveler son matériel informatique sans raisons, plus partir en vacances loin, plus en avion). C’est des choses comme ça qui feront la différence. Donc je disais, soit on fait ça, soit on réduit notre niveau de vie maintenant, soit on aura plus rien dans très peu de temps, et on vivra dans un monde sauvage, sans États, sans lois, et on aura peut-être même plus d’électricité…C’est ça que les gens réalisent pas, c’est pas soit on change rien et voilà, soit on change. C’est soit on change volontairement pour sauver notre cul si on le peut encore, soit dans 5-10-30 ans on va prendre cher et tous crever ou pire.

EDIT : la voiture électrique, comme l’éolien, est une arnaque complète et un non-sens écologique.

Au contraire, on n’a qu’à déployer le solaire et l’éolien massivement, les prix sont très alléchants et pas un comptable ne peut résister. Les hydrocarbures vont décliner presque aussitôt.

À condition bien sûr qu’on vienne à bout de la désinformation qui répète sans cesse que le pétrole on ne peut faire sans, que les alternatives ne sont pas fiables, et que ça va prendre du temps… tu suis mon regard? :wink:

2 J'aimes

Question : comment fait-on pour chauffer des millions de maisons avec du solaire et de l’éolien, puisqu’il faut éradiquer le gaz et le mazout ? yeux

Le « on ne peut faire sans » c’est soit de l’étroitesse d’esprit ou de manque de vision à terme, c’est possible, l’humanité a déjà réussie à banir le plomb, les CFC et d’autres trucs nocifs… Sauf que ça n’a jamais été aussi sensible que l’énergie qui est la base de l’économie. Reste que c’est possible, pas demain matin, on a une décroissance à gérer, mais on devrait sérieusement l’entâmer cette décroissance des hydrocarbures, le point de rupture économique en faveur du renouvelable on y est déjà ou presque selon la plusieurs des analystes économique

1 J'aime

Oui en effet, bien que nous soyons en bonne partie responsable de notre consommation, il est presqu’impossible pour la plupart des produits de consommation de savoir s’il a été produit de facon responsable car tu ne sais généralement que celui qui la assemblé dans quel pays et c’est à peu près tout et même en faisant des recherches on peu rarement s’y fier parce que la chaine de ressources matérielle est bien trop complexe à analyser depuis un magasin de détail. Tu peux penser que local est bon, mais en fait il ne font qu’assembler des trucs produites en chine avec une centrale au charbon etc… Donc le prix continuera de dominer pour le consommateur moyen, parce le reste n’est que marketing. L’alimentation est un peu différente, mais encore là rien ne te prouve quoique ce soit à moi d’aller le chercher soit même. La fraude alimentaire est une pratique malheureusement courante. Alors oui, je pense pas que faire une analyse de provenance soit une démarche qui passe le test du pragmatisme, trop complexe pour trop de raison et trop facile de faire du marketing mensonger et malheureusement c’est apparamment assez fréquent. Seul réel moyen d’avoir un impact à mon avis est réguler pour bannir certaines pratiques et/ou taxer le carbone bien davantage et ça c’est des politique pour encadrer l’industrie, mon opinion est qu’il est tout aussi important d’encadrer les industrie que le consommateur. On peut toujours consommer de façon plus modeste et plus responsable, mais honnêtement je pense que c’est utopique que si le politique ne s’en même pas que ça fasse une différence suffisante. Pendant qu’une fraction de gens tentent de se responsabiliser en occident, les pays en développement se mettent à consommer de plus en plus comme nous… Faut des solutions bien plus globales qu’espérer que le capitalisme s’autopolicera se règlera de lui même sans intervention. Après tout la seule règle sur laquelle on peut compter dans le capitalisme est l’aspect compétif financier et le vert n’est pas nécessairement toujours une bonne option pour améliorer ce portrait compétitif… à moins de taxer.

Sauf que non. Sans parler du fait qu’on a tout un parc routier/aérien/marin à remplacer, extraire les minéraux nécessaires pour le solaire ou la simple construction d’éoliennes en béton, c’est pas encore écologiquement viables. Aussi, pour produire autant d’énergie qu’une seule centrale nucléaire, il faut une superficie 10 à 20 fois supérieure pour le solaire et 100 fois pour l’éolien. C’est sûr, du côté consommateur, on a meilleure conscience car on pollue moins, mais la pollution est seulement déplacée en amont de production. Sans oublier que ces alternatives ont une efficacité et un rendement variables selon les conditions météorologiques.

2 J'aimes