Commentaires : Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers

Le réseau social a modéré le message du président des États-Unis au motif d’une glorification de la violence.

Non des spécialistes lui ont fait passer un test et ont confirmé qu’il ne l’était pas.
Con par contre…

Edit : le message auquel je répondais ayant été modéré je précise juste qu’une partie avançait que Trump est fou. (histoire de pas avoir l’air de causer tout seul ^^’)

9 J'aime

« Donald Trump a alors immédiatement réagi en faisant publier un décret qui pourrait lever l’immunité dont jouissent les plateformes en tant qu’hébergeurs de contenus et les rendraient responsables pénalement du contenu des messages. »
Une précision quand même : ce sont les élus des deux chambres qui pourraient voter ce changement, le président n’en a pas seul le pouvoir (et heureusement).

1 J'aime

Comment faire pour signaler de tels propos à la rédaction ?
Serait-il possible de mettre un bouton « signaler » ?

1 J'aime

Le petit drapeau sous le message.

« Mettre un signet » ?

Tu cliques sur les 3 points et tu vois apparaître un drapeau.

Il faudrait exclure les discussions politiques sur les réseaux sociaux, qui devient un chambre d’écho de sociaux-liberaux, de SJW et de conspirationnistes. Mais muh democracy.

En même temps, Trump et la subtilité, ça fait 2. Le soi-disant « 4D chess » tant vanté par les Magapedes en 2015 n’avait en fait même pas d’ échiquier. Et son soutien envers certains États le rend en fait suspicieux vis-à-vis de certains hauts-placés de ces derniers.

Pour ce décret, si appliqué, pourrait ouvrir les vannes de lawsuits pour les personnes s’estimant lésées par la politique de suppression de contenus.

1 J'aime

Merci, mais je n’ai pas ça chez moi…
J’ai « partager », « j’aime », « signet » et « répondre ».

Tant pis et merci de ton aide.

Il faut aller sur le forum :
image

1 J'aime

si les plateformes deviennent responsable de leur contenu, il faudra encore plus censurer Trump.

2 J'aime

Alors descends vers le dernier message de la discussion. Sous « Poster les commentaires » tu as « Voir tous les messages sur le forum ». Tu cliques et là normalement tu as toutes les options disponibles :wink:

En France (et d’autres pays, la plupart ?) les plateformes sont responsables de leur contenu.

1 J'aime

Je vais être très clair :

Le prochain qui poste un message incitant à la violence (genre, au hasard tirer à balles réelles sur les gens), ou raciste (ai-je besoin d’expliquer ce que j’entends par là), ce sera un ban d’un mois minimum.
Ce genre de propos est absolument intolérable (en plus d’être totalement illégal).

Edit : Ah et j’ajoute une chose : Venir protester à la censure à cause de la suppression de ce genre de propos, ce sera le même tarif.
Que l’on exprime une opinion « dissidente », pas de problème, que l’on fasse l’apologie de crimes et / ou que l’on justifie le fait de cette apologie, ce n’est juste pas acceptable.

J’estime que toute personne qui postera sur ce fil est prévenue.

10 J'aime

Merci, mais je ne l’ai pas.
Peut-être qu’un certain nombre de posts est nécessaire.
Le message a disparu et ça reste l’essentiel.

Salut Juju… je me demandais combien de temps tu allais tenir ?

Ça n’a pas loupé. :laughing:

:rofl:

3 J'aime

Aux USA le Premier Amendement protège la liberté d’expression. Les plateformes digitales sont considérées par la loi américaine comme des distributeurs (neutres) de contenus et non pas des médias à proprement parler. Elles ne sont donc pas responsables légalement du contenu qui est publié par les utilisateurs sur leurs plateformes. En cas de litige, ce sont les utilisateurs qui doivent être assignés en justice.

Avec ce décret, cette dérogation qui protégeait les plateformes digitales est suspendue et peuvent désormais être considérées comme des médias à proprement parler. Elles peuvent donc être poursuivies en justice par des utilisateurs. En l’espèce, comme Twitter, Facebook ou YouTube censurent les contenus, ils peuvent à présent être considérés comme des éditeurs et non plus de simples distributeurs. Or, au terme de la loi américaine, une entreprise privée ne peut pas priver un citoyen américain de ses droits constitutionnels, à commencer par le Premier Amendement qui garantit la liberté de conscience et d’expression.
Eh oui…
Trump a donc changé la nature légale des réseaux sociaux aux USA et toute leur politique de censure et de bannissement va entraîner des poursuites à grande échelle par les utilisateurs lésés. Soit ces plateformes décident d’être saignées à blanc financièrement par des millions d’Américains armés de leurs avocats, soit elles arrêtent de censurer.
Parce que le sujet il est là: la censure.
En fait les gafa font de la politique : il disent le bien et ils disent le mal. L’ennui c’est que ces gens n’ont pas été élus et s’arrogent ce droit alors qu’ils ne sont pas supposé le faire. Or ça ça ne tient pas aux USA avec le le Premier Amendement. Qui commande ? Yoel Roth le censeur de Twitter qui traite les gens de la Maison Blanche de nazis ou la Constitution ?

5 J'aime

Ce serait trop bon si Twitter modérait les propos de Trump, voir supprimer ce qui a été fact-checké et trop drôle si il se faisait bannir de Twitter…

1 J'aime

Non… Juste Jack Dorsey (patron de Twitter) qui n’accepte plus que l’on raconte des conneries sur son réseau et ça marche pour Trump mais aussi pour le ministre chinois des affaires étrangères.

2 J'aime

Il faut ajouter aussi toute personne qui recommande de s’injecter de l’eau de Javel pour tuer le COVID-19… :smirk: (Toute ressemblance avec une personne existante ou ayant existé est totalement fortuite).

5 J'aime