Commentaires : L'armée britannique aussi veut se passer des énergies fossiles

Des responsables de l’armée britannique ont affirmé leur volonté de se passer des énergies fossiles.

« mais cela placera également l’armée du bon côté de l’argument environnemental"

Z’ont vraiment pas honte… les douilles vont être en algues recyclé ? des silencieux sur toutes les armes et bombes ?

Je comprend le besoin, mais l’excuse est clairement bidon…

1 J'aime

BS marketing habituel surfant sur la vague escrolo à la mode avec tous les buzzwords nonsensiques faussement vertueux signalant sa pensée unique verte, la seule autorisée dans les médias de propagande ignares ou aux ordres pour faire croire que l’armée elle aussi est maintenant politiquement corrects et donc digne d’exister.

Le résumé de la position militaire en 4 mots : Gimme moar fucking money!

Les nouvelles “sources d’énergie alternatives” crédibles sont une vue de l’esprit à part peut-être le micro-nucléaire, mais il n’a rien de nouveau et n’est pas eco-friendly dans le Kampdubien.

Par contre le tank à pédales, pour les britanniques c’est l’idéal. Il faudra juste adapter des flotteurs.

2 J'aime

Au moins maintenant on sait que les prochains morts d’une guerre, intervention de l’armée seront recyclés, pour faire écolos, que pour ne pas trop émettre de CO2, l’arme nucléaire sera utilisée dès que possible, pour limiter le réchauffement climatique.

Et une fois “l’ennemi” nucléarisé, l’armée pompera de façon écolos responsable, tous les puits de pétrole n’appartenant plus à personne, pour en faire des produits plastiques évidemment recyclables mais juste un peu fluorescents. :cowboy_hat_face:

1 J'aime

@Pas_Moi

Nous les mangerons peut-être ? :smile: :

Ils sont devenus fous ! :exploding_head:

1 J'aime

Sachant que la plupart des armées occidentales actuelles dépensent des milliers de tonnes de carburant par an même en période de paix, ce n’est pas si débile comme démarche sauf pour les individus un peu limités qui n’ont que l’argument " bombes, morts, nucléaire ".
Sans parler de la dépendance plus qu’étouffante en matière d’approvisionnement pas toujours garanti venant de pays pour la plupart douteux moralement et politiquement.

1 J'aime