Commentaires : La NASA enquête avec SpaceX suite à deux nouveaux incidents

Le premier vol habité de la capsule pourrait être retardé : deux incidents indépendants ont en effet concerné le lanceur Falcon 9 et le véhicule habité ces derniers jours.

2 J'aime

Peut on vraiment affirmer que la panne du moteur de la F9 est liée à l’usure de l’étage réutilisé ? sachant que cet étage n’avait fait que 5 vols et que SpaceX garanti le block 5 pour 10 vols sans révision, une centaine en cas de révision.

Perso je le vois plus comme un simple panne, ça peut arriver, sur 500 moteurs qui ont été utilisé ça reste statistiquement correcte. Par contre si c’est bien une usure après seulement 5 vols alors cela va remettre sérieusement en cause la fiabilité et la stratégie de réutilisation des F9.
Pour l’incident sur la capsule, je ne pense pas qu’on puisse l’imputer à la capsule, j’y vois plus un problème de l’hélicoptère et de la procédure. Il faut savoir que sous un hélico l’air est tourbillonnant à cause des pales du rotor, c’est donc une situation complexe et instable difficile à gérer. Il va de soit qu’en retour de mission la capsule ne se retrouve pas dans une telle situation. J’y vois donc un problème dans le protocole du test.

On n’affirme rien, on attendra les résultats des deux enquêtes. Comme précisé dans l’article il est probable que SpaceX n’en subisse pas de conséquences majeures.
Pour ce qui est du moteur, il faut tout de même enquêter sérieusement. Si c’est un défaut d’usure, alors effectivement il faudra que SpaceX ajuste la production (bien que les « garanties à 10 vols » ne soient pour le moment que des effets d’annonce) et/ou ses procédures. Par contre cela peut aussi venir d’un défaut de contrôle qualité ou de matériau, et ça c’est important pour la NASA.

3 J'aime

Je suis d’accord avec ce que tu dis. Il faut analyser le problème du moteur pour savoir si c’est un problème de conception ou de qualité, et si cela nécessite une modification ou une remplacement plus fréquent.
Bon, cela dit, un moteur qui tombe en panne c’est moins grave sur un lanceur avec 9 moteurs que sur un lanceur comme Ariane 5 qui n’en a qu’un seul, s’était même arrivé sur la Saturn V d’Apollo 13. Tant que ce moteur n’explose pas (et les sécurités ont visiblement joué leur role en coupant le moteur) la suite du vol reste tout à fait gérable en compensant simplement avec les autres moteurs (soit en les poussant plus forts, soit en les utilisant un peu plus longtemps, ce dernier étant généralement l’option choisie)

2 J'aime

En matière de maintenance, le plus embêtant n’est pas l’usure, mais la fatigue qui est beaucoup plus délicate à évaluer si le matériau ne se « plaint » pas avant de céder. Le contrôle doit alors se faire par ressuage, radiologie, etc. Dans le cas du moteur SSME de la navette c’était tout un cirque: tout démonter (soigneusement), tout contrôler (soigneusement), tout remonter (soigneusement)…
Mais bon, ça peut être n’importe quoi d’autre, comme un défaut, une scorie, etc.

2 J'aime