Commentaires : Facebook attaqué en justice pour avoir "permis du trafic d'êtres humains"

Une jeune texane violée et tabassée par un Facebook à l’âge de 15 ans a porté plainte contre le réseau social. Selon elle, Facebook n’en fait pas assez pour alerter ses utilisateurs quant à la présence de prédateurs sexuels.

Ca me rappelle l’histoire de l’américaine qui avait mis son bébé au micro-onde et qui avait porter plainte contre la marque parce qu’il n’était pas indiqué dans la notice de ne pas le faire…

Ce n’est pas le rôle de Facebook de marquer quelqu’un comme potentiel prédateur sexuel.

Derrière un profil FB supposé propre, une toute autre réalité peut aussi se cacher derrière.

D’un autre côté il aura été reproché à FB de n’avoir pas fait le nécessaire pour vérifier l’identité de ce soi-disant “ami”, car il y a eu usurpation. Puis ensuite par logique fallacieuse, détermine qu’à cause de cela, la victime accuse FB de faciliter le trafic d’être humains, mais peut se décliner sur n’importe quel crime grave.
Si elle avait un iPhone, irait-elle jusque traîner Apple en justice car ça a servi pour faire tourner FB, ou attaqué son fournisseur d’accès à Internet car ils ont laissé la communication se faire entre elle et son assaillant ?

Je n’aime pas Facebook mais là je ne vois pas ce qu’on peut lui reprocher, c’est le principe même de trop faire confiance à des inconnus qu’il faut mettre en débat pas l’intermédiaire qui permet de le faire. Sauf si l’idée serait de considérer les sites de rencontres, annonces et autres réseaux sociaux comme étant des vecteurs supplémentaires d’insécurité, tout un programme.
Quelle serait la part de responsabilité de l’utilisateur qui se serait comporté en mouton avant de se jeter dans la gueule du loup ?

L’utilisatrice écervelée qui blâme l’outil plutôt que son absence de prudence ou même le criminel.
Bon, elle tente d’obtenir une transaction juteuse avec FB en jouant sur l’exacerbation du statut de victime dans un contexte de féminisme extrémiste. C’est un peu gros comme tactique mais avec le militantisme délirant, ça pourrait passer.

Dans la même logique on se demande ce que les Américains attendent pour attaquer la NRA et leurs divers complices. Suis-je bête, leurs complices ce sont eux-mêmes, leur constitution, leurs choix ou systèmes électoraux, leur(s) mode(s) de vie…

Ce n’est pas avec ce genre d’argument qu’ils vont pouvoir prétexter leur mise en place de connexion sécuritaire avec identité, car même avec toute sortes d’identification cela n’empêchera pas l’homme aux mauvaises pensées, venant de son cœur, a faire du mal à autrui, ni pouvoir l’identifier comme étant l’accusé. Sinon on aurait déjà résolu toute les affaires !