Commentaires : Ariane 6 ne décollera pas avant l'été 2021

Le grand lanceur européen, qui doit remplacer Ariane 5 et abaisser les coûts de 40 % sera retardé d’au moins six mois. En cause, des délais techniques et un impact durable de la pandémie de COVID-19.

Marrant que la source soit la NASA … 40% de réduction, c’est un beau résultat

Ce n’est pas la NASA, c’est le site d’information américain NASAspaceflight.
En fait l’objectif sur Clubic c’est de mettre un site d’information source lorsque ce n’est pas nous qui sommes à l’origine pure de l’information transmise. En l’occurrence j’aurais pu faire l’article compte tenu des éléments en ma possession (et des différentes retranscriptions FR de la fameuse conférence de l’AJPAE à laquelle je ne fais malheureusement pas partie), mais c’est toujours bien de mettre un lien sur un site qui avait la même info avant nous, et qui est digne de confiance.

3 J'aimes

La réduction des coûts de lancement de 40% avec Ariane 6, on peut y croire ou c’est les gars de la com’ qui on balancé ça histoire de donner un os à ronger à l’opinion publique pour qu’elle accepte de remettre des sous dans Ariane ?

Question d’autant plus pertinente que ces 40% s’adresse avant tout au marché privé. On peut très bien surfacturer les vols institutionnels, en plus des avancées technologiques (nombreuses il est vrai), pour arriver à un tel chiffre !!! Or justement, si la mise en production du premier lot d’Ariane 6 a tant tardé, c’est parce que les industriels se sont lancé dans un bras de fer avec les États membre de l’ESA pour obtenir un nombre suffisant de missions institutionnelles ainsi que des garantis financières en cas d’annulations… Il ne reste plus qu’à virer le « juste retour géographique » qui éparpille la production (au moins la COVID aura mis fin a toutes ses réunions à travers le continent) et Ariane jouera avec les même règles du jeu que les lanceurs du « new space ».

Non ce n’est pas juste de la com, c’est un élément qui a fait partie du design dès la base du projet, et c’est tout à fait réaliste.
D’ailleurs c’est déjà une petite réduction des ambitions car à l’origine ça devait être 50% ^^

1 J'aime

Non, nous ne sommes pas aux Etats-Unis, où les vols institutionnels sont surfacturés de 40 à 100% plus cher :slight_smile: L’ESA et l’Union Europenne paient le prix « commercial » d’Ariane 6 (et d’Ariane 5 d’ailleurs, même si elle est subventionnée).

Concernant ce fameux bras de fer, il ne faut pas oublier les conditions qui ont mené au développement d’Ariane 6. En 2014 l’ESA a demandé aux industriels de financer le lanceur à 50% en leur promettant N commandes pour N lancements par an. L’objectif étant d’assurer N commandes par an du côté privé aussi pour arriver au total (il me semble) à 12 lancements d’Ariane 6.
Le bras de fer a commencé quand les fameuses N commandes ne sont pas arrivées à temps pour la production, et quand l’ESA a voulu renégocier en mode « débloquez déjà les commandes privées, on assurera derrière ».

Admettons :slightly_smiling_face:, mais la démonstration « commerciale » n’est quand même pas si triviale, puisque l’argent du contribuable reste un facteur limitant (pour ne pas dire LE facteur limitant)…

C’est en fait une vicieuse spirale qui demande de bien dimensionner son enveloppe budgétaire et ses ambitions dès le début. Car si le nombre de contrat commerciaux ne se concrétise pas, alors la fusée coûte plus cher à produire, ce qui va faire grincer des dents aux institutions publiques qui risquent eux aussi de passer moins de contrats, ce qui fera monter les prix, ce qui peut décourager les contrats privés, etc, etc.
Heureusement, des contrats il y en a aujourd’hui pour Ariane 6 ^^ Au moins de quoi couvrir les premières années.

1 J'aime

De plus en plus mal embarqué cette affaire.
J’espère qu’ils planchent vraiment sur Ariane Next . .
Ariane 6 n’a pas effectué sont premier vol qu’elle apparaît déjà dépassée :/.