le mercredi 20 janvier 2016

Stephen Hawking pense que les progrès de la science sont une menace pour l'humanité

Pour le célèbre physicien britannique Stephen Hawking, l'humanité file un mauvais coton et les nouvelles technologies n'arrangeraient pas les choses. Mais s'il prédit le pire dans les 1000 prochaines années, l'extinction de l'humanité, selon lui, n'est pas d'actualité.

On savait déjà, en raison de sa position concernant l'intelligence artificielle, que Stephen Hawking est du genre méfiant quand il s'agit des nouvelles technologies. A l'occasion d'une conférence organisée par la BBC, l'astrophysicien britannique de 74 ans a réitéré ses dires, estimant que les plus grandes menaces de l'humanité sont actuellement liées aux progrès de la science et de la technologie.

Parmi les éléments à risque, le professeur Hawking cite notamment la possibilité d'une guerre nucléaire, les virus génétiquement modifiés ou encore le réchauffement climatique.

« Bien que la probabilité qu'une catastrophe survienne sur la planète Terre durant une année donnée soit très faible, le risque évolue au fil du temps, et cela devient une quasi-certitude pour les 1 000 ou 10 000 prochaines années » estime Stephen Hawking. La fin de la Terre est donc inéluctable dans un laps de temps résolument court dans l'existence d'une planète.

La fin de la Terre, mais pas des hommes


Néanmoins, le scientifique relativise ses prédictions, en se basant sur la conquête spatiale. « Dans les 1 000 prochaines années, nous nous serons étalés dans l'Espace, à d'autres étoiles. Ce qui signifie que si une catastrophe arrive sur Terre, ça ne sera pas synonyme d'extinction pour la race humaine. »

Stephen Hawking

Pour Hawking, il est surtout urgent de se préoccuper des menaces qui pourraient survenir durant les 100 prochaines années. « Nous ne pourrons pas établir de colonies autonomes dans l'Espace durant au moins les 100 ans qui viennent, nous devons donc être très prudents durant cette période. »

« Nous n'allons pas cesser de faire des progrès ou de les inverser, donc nous devons avoir conscience des dangers et nous devons les contrôler. Je suis optimiste, je pense que nous pouvons le faire » ajoute-t-il.

Hawking est loin d'être le seul scientifique à faire ce genre de mise en garde. Sur bien des points, son discours rejoint celui d'Elon Musk, qui évoquait lui aussi l'éventualité d'une guerre nucléaire il y a peu. « Les générations futures de chercheurs doivent être conscientes de la façon dont le progrès scientifique et technologique change le monde. Il est important de veiller à ce que ces changements aillent dans la bonne direction. Dans une société démocratique, cela signifie que chacun nécessite d'un minimum de savoir scientifique pour prendre des décisions éclairées quant à l'avenir » conclut le Britannique. Mais sera-t-il entendu ?
Modifié le 20/01/2016 à 15h53
Commentaires