Windows sur Mac : Parallels 5 contre VMWare 3

Pour utiliser des applications Windows sur un Mac, on peut évidemment passer par Boot Camp, mais la virtualisation offre des possibilités supplémentaires. Dans ce domaine, les deux concurrents VMWare Fusion et Parallels Desktop se livrent un face à face acharné. Les nouvelles versions des deux solutions promettent toutes deux des améliorations notamment dans le domaine de la 3D et des jeux. Voyons donc comment se mesurent Parallels Desktop 5 et VMWare Fusion 3.

Ordinateur de bureau Apple iMac Intel Core 2 Duo 1.83 GHz / 17 pouces (MA710F)
En utilisant un Mac actuel, il est presque difficile de se souvenir qu'il y a encore 4 ans, la seule solution pour utiliser une application Windows sous Mac OS X était de passer par Virtual PC, une solution d'émulation qui pouvait certes rendre quelques services, mais qui s'avérait forcément très lente. En l'espace de 3 ans, les premiers Mac équipés de processeurs Intel sont apparus et Apple a officialisé l'installation de Windows en dual boot via Boot Camp. L'adoption de processeurs Intel a également permis le passage de l'émulation, coûteuse en ressources système (l'architecture PowerPC étant totalement différente), à la virtualisation, qui utilise l'architecture Intel et permet des performances nettement supérieures. Très vite, deux solutions de virtualisation destinées au grand public ont vu le jour : Parallels Desktop et VMWare Fusion.

Boot Camp


Les avantages de la virtualisation sont indéniables : il est ainsi possible d'exécuter des applications Windows à l'intérieur même de Mac OS X, sans avoir à redémarrer son Mac sous Windows. C'est particulièrement utile pour certains professionnels qui auraient besoin d'une application spécifique indisponible sur Mac OS X (Microsoft Access, par exemple), pour les développeurs qui bénéficient de faciliter pour tester leurs applications ou leurs sites web dans différents environnements ou tout simplement pour utiliser des périphériques compatibles Windows, ou exécuter des applications comme Windows Live Messenger, dont la version Mac ne permet pas l'usage de la vidéo. Néanmoins, virtualiser Windows présente aussi un gros inconvénient : l'impossibilité d'exécuter des applications nécessitant des ressources système importantes, et notamment celles utilisant les pilotes graphiques, applications 3D et jeux en tête. Les deux ténors de la virtualisation s'affrontent également sur ce terrain : les versions précédentes de Parallels Desktop et VMWare Fusion apportaient un support primitif des jeux 3D. En pratique, la compatibilité tenait plus du concept que de la réalité : les quelques jeux qui acceptaient de tourner ne pouvaient honnêtement pas être qualifiés de jouables. Cela n'empêche pas les deux éditeurs d'annoncer un passage au niveau supérieur pour leurs nouvelles versions, toutes deux équipées d'une prise en charge de DirectX 9.0c (Shader Model 3), rien de moins. Ce ne sont pas les seules améliorations promises par VMWare Fusion 3 et Parallels Desktop 5 : la prise en charge de Snow Leopard en mode 64 bits et l'intégration, déjà excellente dans les deux cas, avec Mac OS X font également partie des nouveautés. Sans plus attendre, voyons quelle est la meilleure solution pour utiliser Windows à l'intérieur de Mac OS X.

Sommaire :
Modifié le 26/09/2017 à 16h51
Commentaires