Les indispensables de la logithèque

Hauts débits - Fibre optique
Tout au long de l'année, nous vous proposons de nouveaux logiciels à télécharger, gratuits ou payants, pour organiser vos photos numériques, lire ou encoder vos MP3, gérer votre budget, contacter vos proches, vous assister dans vos devoirs, optimiser ou sécuriser votre ordinateur, personnaliser votre bureau... Pour Noël, vous avez décidé de vous offrir un ordinateur flambant neuf et vous ne savez justement pas trop quoi choisir pour en profiter au maximum ? Au contraire, vous restez sur votre ancienne machine et vous souhaitez simplement lui redonner un peu de vie ou alors vous êtes à la recherche de la perle gratuite pour remplacer un coûteux logiciel commercial ? Peu importe votre situation en fait, nous vous proposons maintenant un petit tour d'horizon du meilleur de la logithèque : des incontournables à télécharger de toute urgence, mais aussi d'autres, moins connus, qui pourraient bien vous rendre un fier service.

Les meilleurs logiciels ne sont pas forcément en vente en magasin, et le web regorge de petits bijoux dans tous les domaines. Cependant, ces logiciels sont proposés sous différentes licences impliquant des règles d'usage bien précises. Avant de commencer ce tour d'horizon, il n'est pas inutile de rappeler la signification de ces licences que vous pouvez croiser lors de votre pêche aux logiciels, à commencer par notre logithèque.

Commençons par le « shareware » ou « partagiciel », qui repose sur le modèle suivant : téléchargez le logiciel et, s'il répond à vos besoins, rémunérez son auteur afin de continuer à l'utiliser. Un partagiciel contient souvent des limitations, soit dans la durée d'utilisation (15 ou 30 jours), soit dans certaines fonctionnalités absentes de la version d'évaluation. Le concept de « shareware » est devenu un peu flou depuis que les poids lourds du logiciel commercial fournissent eux aussi des versions d'évaluations, parfois complètes, comme Photoshop ou Dreamweaver. Nous avons choisi de ne pas évoquer ces logiciels dans cette sélection et de nous concentrer sur les « vrais » partagiciels, c'est-à-dire ceux dont le prix est relativement modique.

Le « freeware » ou « gratuiciel », est, comme son nom l'indique, gratuit. Vous pouvez donc l'utiliser librement, sans restriction de temps ou de fonctionnalités. Certains « freewares » fonctionnent néanmoins sur un système de donation facultative. Certains pourront assimiler cela à de la mendicité, mais il peut être judicieux de rémunérer l'auteur d'un gratuiciel, par exemple pour l'aider à payer l'hébergement de son logiciel. D'autres, complètement désintéressés, ne demandent que des cartes postales, voire des tickets de loterie à gratter. Le « freeware » est cependant propriétaire : vous ne pouvez pas le modifier.

Le logiciel libre, enfin, est un peu plus subtil. Contrairement aux idées reçues, un logiciel libre n'est pas forcément gratuit, même s'il l'est dans la majorité des cas. La confusion vient du terme anglais « free software », « free » pouvant signifier à la fois libre (« free speech ») et gratuit (« free beer », encore que la bière libre existe). Un logiciel libre peut être vendu, mais il est forcément redistribuable gratuitement, à moins de contenir des technologies propriétaires, et surtout, il est modifiable, puisque son code source est disponible. Cependant, les modifications doivent être rendues publiques, de manière à ce que la communauté puisse en profiter.

Modifié le 12/05/2016 à 09h03
Commentaires