OS en ligne : découverte de trois bureaux virtuels


Le développement des technologies Internet comme l'AJAX, Flash ou les derniers-nés Air d'Adobe, et Silverlight (de Microsoft) ont rendu possible la création d'interfaces web qui n'ont pas grand-chose à envier aux applications locales. Ces dernières années ont ainsi vu fleurir des applications web de plus en plus riches telles que des outils bureautiques (tableur, traitement de texte, agenda) ou multimédia (retouche de photos en ligne). La qualité de certaines de ces applications repose soudain l'éternelle question de l'informatique affranchie des systèmes d'exploitation et applications locaux : s'il est possible de développer des applications en ligne aussi élaborées, pourquoi ne pas développer un système d'exploitation tout entier, accessible depuis un navigateur ?

La question n'est qu'à moitié innocente car évidemment, plusieurs développeurs se sont déjà penchés sur le sujet et proposent des « OS » en ligne plus ou moins élaborés. En fait, le terme de système d'exploitation est quelque peu galvaudé : les services que nous évoquons ne sont pas des OS au sens où on l'entend sur un PC ou Mac, mais plus généralement un bureau virtuel accompagné d'une sélection d'applications plus ou moins complètes. Néanmoins, ils sont suffisamment intéressants pour mériter que l'on s'y penche, ce que nous avons fait avec 3 d'entre eux : EyeOS, Desktop Two et GlideOS. Quelles fonctionnalités offrent-ils ? Sont-ils assez mûrs pour offrir une alternative crédible aux applications locales ? Tentons de répondre à ces questions en détaillant l'interface et les possibilités offertes par ces services.

EyeOS

Lancé en version bêta courant 2005, EyeOS est l'un des pionniers des OS en ligne. Le service, entièrement libre et gratuit, est passé en version 1.0 en 2007, suivie d'une version 1.5 en 2008 apportant des améliorations supplémentaires. La dernière version en date est la version 1.6. EyeOS est plus qu'un simple service en ligne puisque le bureau est non seulement disponible sous la forme d'un simple service disponible via une inscription gratuite, mais également sous la forme d'un serveur à installer sur un espace web bénéficiant d'un serveur PHP. Pour cet article, nous couvrirons essentiellement la partie service en ligne, sachant que EyeOS dispose également d'une communauté active de développeurs d'applications enrichissant le système. Ces dernières nécessitent néanmoins d'installer le logiciel sur un serveur, seul l'utilisateur Root pouvant les installer.

Pré-requis technologiques


Si EyeOS est principalement développé autour de technologies standard, certaines parties du système nécessitent tout de même l'installation préalable de Flash Player et Java.

Le tour de l'interface

Le premier contact avec EyeOS est relativement familier. Le bureau propose un compromis entre divers éléments de Windows ou Mac OS X. On retrouve ainsi une barre des tâches en bas du bureau et un dock au sommet. Petite particularité : un équivalent du menu démarrer est également de la partie, mais il se trouve à un endroit assez étrange, vers le bas du bureau, ni tout à fait en bas de l'écran, ni dans un coin, et sans possibilité de le déplacer. Le bureau intègre enfin, par défaut, quelques raccourcis vers les principales applications.

EyeOS
EyeOS bénéficie d'une interface sobre mais agréable


Le thème par défaut est à la fois coloré et sobre, rappelant très fortement l'apparence de l'environnement Gnome et de ses icônes Tango. Les fenêtres peuvent être déplacées, redimensionnées, minimisées ou maximisées de la même manière que sous n'importe quel environnement de bureau. Bref, la première impression d'EyeOS met tout de suite en confiance : rien d'original mais un fonctionnement très proche d'un OS de bureau.



Certains aspects de l'interface peuvent être paramétrés. Le service propose ainsi plusieurs thèmes, accessibles depuis les préférences (via le bouton vert en bas du bureau), dont un thème très inspiré de Mac OS X Leopard et un thème plus « light ». Il est également possible de personnaliser le dock pour y ajouter ou supprimer des applications. Ce dernier n'est cependant pas aussi personnalisable que le dock de Mac OS X : il contient des sections déjà définies dans lesquelles on peut placer des raccourcis, mais il n'est pas possible d'ajouter d'autres sections.

Applications : bureautique


EyeOS propose une sélection d'applications relativement variée et inclut notamment des applications bureautiques telles qu'un traitement de texte, un tableur, un logiciel de présentation, un agenda et un carnet d'adresses. Les fonctionnalités offertes par ces applications sont assez basiques et ne sont même pas du niveau de suites bureautiques en ligne telles que Google Documents ou Zoho Office. Néanmoins, elles remplissent leur but qui est essentiellement d'éditer rapidement un document, et on notera une compatibilité avec les formats de fichiers de Microsoft Office (antérieurs à l'Open XML) et OpenOffice.org. Le calendrier et le gestionnaire de contacts sont eux aussi assez limités, mais proposent l'essentiel (gestion de plusieurs calendriers, importation et exportation de contacts au format VCF...) avec une ergonomie plutôt agréable.

EyeOS
EyeOS

L'offre bureautique est minimaliste mais relativement complète


Internet et communication


La section « communication » de l'offre logicielle EyeOS est également complète, puisqu'elle inclut... un navigateur web ! L'intérêt de la chose paraît limité, pour un système qui se lance déjà depuis un navigateur web, mais elle peut avoir sa pertinence si on souhaite par exemple consulter rapidement un site web pour y copier/coller des informations dans un document ou un mail. Il faut cependant préciser que, là encore, les fonctionnalités sont réduites au strict minimum, le navigateur ne prenant même pas en charge les onglets. On notera au mieux la possibilité d'importer et exporter des signets. Le client mail souffre des mêmes limitations : son interface est extrêmement rudimentaire et ses possibilités limitées : il est ainsi impossible de gérer un compte IMAP, d'ajouter des pièces jointes aux messages, ou de disposer de la moindre possibilité de mise en forme de ceux-ci. L'offre de communication d'EyeOS comprend néanmoins quelques applications un peu plus intéressantes comme un lecteur de flux RSS simple mais efficace, un client FTP tout à fait fonctionnel, un tableau public, ou encore un client de messagerie interne.

EyeOS
EyeOS

Navigateur web, client mail, FTP : EyeOS propose de nombreuses applications internet


Applications supplémentaires : une communauté active


Au niveau des applications, il faut également souligner le rôle très actif de la communauté de développeurs EyeOS qui proposent de nombreuses applications supplémentaires pour le système. Celles-ci nécessitent de disposer d'EyeOS sur son propre serveur et de se connecter en tant que Root pour pouvoir les installer. La sélection est assez vaste dans tous les domaines : bureautique, multimédia, gadgets de bureau ou encore applications internet. Pour en savoir plus sur les applications tierces d'EyeOS, une section du site de l'éditeur y est entièrement consacrée et propose une base de programmes à installer, classés par catégorie.

EyeOS


Exploration et transfert de fichiers


EyeOS intègre un système de fichiers et un gestionnaire tout à fait comparable à ce que propose un système d'exploitation classique. Il propose quelques répertoires par défaut (Desktop, documents, Images, Music, Videos), mais il est possible d'en créer d'autres, d'y déplacer des fichiers, de les copier ou de les coller. Il faudra toutefois se faire à certaines subtilités : les options copier/coller ne se trouvent pas dans un menu déroulant, mais sur un panneau latéral Actions présent sur toutes les fenêtres de l'explorateur, ou par un clic droit sur le fichier. En revanche, les raccourcis-claviers Ctrl+C ou Ctrl+V ne fonctionnent pas. On appréciera quelques détails sympathiques : ainsi, les images bénéficient généralement d'aperçus et un simple clic ouvre une visionneuse offrant même un mode plein écran. De même, la lecture des fichiers audio ouvre un petit lecteur, certes rudimentaire mais efficace.

EyeOS
L'explorateur de fichiers est plutôt bien conçu


Le système ne serait pas intéressant s'il n'était pas possible de transférer des fichiers avec la machine locale. Plusieurs possibilités sont offertes dans les deux sens. Au niveau de l'envoi de fichiers vers EyeOS, on trouve un outil assez pratique dans l'explorateur (panneau Actions puis Envoyer des fichiers). L'outil propose deux onglets, Simple et Avancé, qui ne se justifient pas vraiment : l'onglet Simple permet d'ajouter les fichiers un à un, l'onglet Avancé d'en sélectionner plusieurs simultanément pour les envoyer, ce qui s'avère plus... simple, au final, que la première méthode. Pour télécharger des fichiers vers la machine locale, un clic droit sur le fichier sélectionné offre deux possibilités : télécharger le fichier, ou le télécharger dans une archive Zip.

EyeOS propose également l'application EyeSync pour Windows, permettant comme son nom l'indique de synchroniser des fichiers entre la machine locale et EyeOS. Pour cela, il suffit de lui indiquer l'adresse du serveur EyeOS, et de spécifier un dossier sur votre PC, et le chemin d'accès d'un dossier sur EyeOS. La synchronisation ne semble marcher, en revanche, que dans le sens PC -> EyeOS. Difficile toutefois de jeter la pierre aux auteurs d'EyeOS puisque cette application de synchronisation est encore en version alpha.


Ceci nous permet de parler des défauts du système, car il y en a. Malgré sa relative maturité, EyeOS n'est pas exempt de bugs : les déplacements de fichiers d'un répertoire à l'autre posent parfois problème : ils ne s'effectuent pas, ou avec un long retard, pendant lequel on ne sait pas vraiment ce qui se passe. Certains modules souffrent également de bugs d'affichage : le lecteur audio, notamment, a refusé plusieurs fois de disparaître, restant à l'écran sans aucun moyen de le fermer. On pourrait également reprocher à certaines applications leurs fonctionnalités vraiment rudimentaires comme on a pu le voir précédemment. Malgré ces défauts, l'impression que laisse EyeOS est largement positive : on apprécie notamment les possibilités assez évoluées du gestionnaire de fichiers, ainsi que la possibilité d'installer le système sur n'importe quel serveur PHP.

Modifié le 28/06/2012 à 09h52
Commentaires