Commentaires : Test Odroid-Go Advance : la console rétrogaming portable à monter soi-même

Lancé il a quelques mois déjà, l’Odroid-Go Advance a été à plusieurs reprises victime de son succès, si bien que les ruptures de stock sont récurrentes et qu’il n’est pas toujours facile de mettre la main dessus. Et pour cause, cette mouture qui succède à l’Odroid-Go permet d’émuler bien plus de systèmes grâce à sa puce ARM cadencée à 1.3 GHz qui lui confère pas mal de souplesse.

1 J'aime

interessant mais je sais bien que je laisserais cela au placard. Les finitions piquent un peu, peut etre devrait on la travailler un peu avec une petite lime et la peindre (de nos jours les trucs de maquettiste ne coutent pas si cher)

Quand il y a quelque chose à améliorer, c’est qu’il y a quelque chose à apprendre.

Et justement, l’intérêt de cette console, c’est que c’est du matos hackable avec lequel on peut éventuellement faire des choses, y compris coder ses propres jeux.

Si vous offrez à un jeune la dernière console à la mode, elle sera bien finie et les jeux pleins d’effets waouh… mais il n’apprendra strictement rien. Il restera cantonné au rôle de consommateur sans aucune chance de développer d’éventuels talents pour la création.

J’ai l’impression que la génération actuelle a tendance à perdre de vue l’importance de l’aspect éducatif d’un jouet.

non cela peut ne pas etre bien finit et qu’on apprenne rien parce qu’on le laisse au placard. Tout ne doit pas etre educatif non plus. Sinon autant passer son weekend a faire des maths, a quoi bon les loisirs
pour avoir tape un jeu ligne par ligne au temps de l’amstrad, cela ne cree pas de souvenirs positifs (parce qu’on fait toujours une faute a la con). Si on se passionne pour quelque chose cela peut aussi susciter la curiosite
Le temps manque aussi ces dix dernieres annees j’ai du avoir environ 10 semaines de vacances officiels parce que je bosse, voire bosse et etudie en plus des obligations familiales

Tout ne doit pas etre educatif non plus. Sinon autant passer son weekend a faire des maths, a quoi bon les loisirs

Je suis tout à fait d’accord. Mais l’idée n’est pas de tomber dans le fascisme éducatif, juste de privilégier des jouets qui ont des possibilités plus larges afin de ne pas limiter un éventuel désir d’apprendre. L’idée, c’est plutôt d’éviter de limiter et donc d’imposer un nivellement par le bas.
Un jouet peut parfaitement avoir en même temps un aspect ludique et une possibilité éducative. Le choix d’aller vers l’un ou l’autre n’étant pas imposé. Chacun faisant selon sa sensibilité.
D’ailleurs, les ordinateurs des années 80 ne forçaient personne à programmer si on en avait pas envie. Ils vous en laissaient juste la possibilité. Et pour ceux qui n’en avaient pas envie, il y avait pleins de jeux qu’on pouvait lancer très facilement.
D’une manière générale, j’ai plutot le sentiment que la plupart de ceux qui ont eu des jouets éducatifs tels que des Lego et/ou Mecano en ont souvent gardé de bons souvenirs.

pour avoir tape un jeu ligne par ligne au temps de l’amstrad, cela ne cree pas de souvenirs positifs (parce qu’on fait toujours une faute a la con).

Oui, taper des listings super longs, c’était plutôt fastidieux même s’il y avait le côté excitant de savoir ce que le jeu allait donner. Hélas, c’était souvent décevant. Après l’avoir fait une fois ou deux, l’intérêt se perdait. Et ça tombe bien puisque rien n’obligeait à le faire.
Il y avait bien plus intéressant, par exemple coder ses propres trucs. Une méthode parmi d’autres au début, c’était de taper des programmes très courts et de les modifier pour voir ce que ça faisait.
Après, c’est comme tout. Il y avait ceux qui adoraient et ceux qui détestaient. Ceux qui préféraient se contenter des programmes tout faits sur cassette, disquette ou cartouche le pouvaient. Et ceux qui voulaient aller plus loin le pouvaient aussi.
Hélas, la plupart des jeunes aujourd’hui n’auront plus ce choix. Ce qu’ils trouveront bien souvent au pied du sapin seront des objets qui leur imposeront de rester de simples utilisateurs, qu’ils le veuillent ou non.

2 J'aimes