Commentaires : Aéronautique : l'État demande aux entreprises qui veulent se moderniser de se manifester

Le gouvernement a lancé, mardi, un appel à manifestation d’intérêt (AMI) visant à sensibiliser les entreprises françaises issues du secteur de l’aérien à la modernisation de leur outil de production.

1 J'aime

La république communiste française est heureuse de se proposer à aider votre entreprise.
Sous condition…

Ce qu’on besoin les entreprises c’est d’abord que l’état arrête de se méler de leurs affaires.
Que les taxes de l’état français baissent
Que les normes se mettent au niveau des normes mondiales et que l’on arrête de vouloir faire plus royaliste que le roi.
Ainsi nos entreprises auront un peu de fond de roulement pour agir elles même sans aide de l’état.

Exemple en Allemagne TVA est passé à 16%… La même chose en France impossible trop de dettes.

Alors que l’état garde ces aides et qu’il enlève son poids sur les entreprise cela serait une action forte… mais impossible…

3 J'aime

Peut être devrait t’on cesser aujourd’hui et maintenant de mettre du pognon dans l’aéronautique civile et investir plutôt dans le numérique et la fabrication de semi conducteurs pour que les gens puissent travailler en limitant leurs déplacements.

Une grande partie du mal français, c’est qu’on a toujours une guerre de retard. Et cela parce qu’on investit systématiquement pour amortir le déclin des solutions du passé au lieu d’investir dans le développement des solutions du futur.

1 J'aime

Exemple en Allemagne TVA est passé à 16%… La même chose en France impossible trop de dettes.

En même temps, le cours trop élevé de l’euro à fortement avantagé l’Allemagne au détriment de l’Italie, de la France et de la Grèce.

Mais la situation de l’Allemagne n’est pas idyllique pour autant. Car leurs excédents commerciaux ne seront vraisemblablement jamais remboursés. Autrement dit, ils travaillent pour rien.

Que les normes se mettent au niveau des normes mondiales et que l’on arrête de vouloir faire plus royaliste que le roi.

Il n’est pas faux qu’il y a trop de normes, trop de réglementations, trop de taxes et trop d’administratif en France pour que nos entreprises soient compétitives.

Mais en même temps, avec une monnaie surcôtée, remédier à tout ça ne suffirait même pas.

Et puis veut t’on vraiment se mettre aux normes des pays les moins disant sur le plans social ? Ne serait t’il pas temps de se demander à quoi rime cette course mondiale à l’esclavagisme ?

L’allemagne est avantagé car elle a 0 Dettes contrairement aux pays que tu nommes.

C’est pas l’euros fort qui joue. L’euro est le même pour tous.
L’allemagne a des charges sur ces employés beaucoup plus faible qu’en france
L’allemagne n’est pas à 35H. Schroeder a dit en son temps que le passage de la france à 35H était la meilleure décision pour l’allemagne.

La france pourtant continue a creusé sa tombe financière. Pas grave, nos entreprises partiront les premières…

1 J'aime

Personne n’a le courage politique de dire l’échec de cette politique europeene dans laquelle toutes les classes politique depuis 40 ans et tous partis confondus sont eenglues depuis des annees.

« On » voulait se protéger d’une ambition de domination allemande en partageant la même monnaie. Nous avons eu tort. mais pas l allemagne car elle se sert de l’euro comme de sa propre monnaie et se sert ainsi de l’europe au detriment des autres depuis la reunification Allemande.

Au lieu d’être une protection, la monnaie unique est devenue l’arme de domination économique de l’Allemagne sur le reste de l’Europe.

Le problème n’est pas l’Europe, mais le fait que cette constructionest défavorable à notre pays et à l’ensemble de ses citoyens.

Nous avons perdu depuis l’euro jusqu’a aujoudui 50 000 euros par habitant. On est entrains de s’appauvrir et on le voit autour de nous chaque jour.

La misère est toujours nettement plus équitable et partagée que les richesses.

Tous les partis politique bradent les interret de notre pays et de ses citoyens. L’euro est une immanse braderie de la richesse francaise, une immense promotion sur tous nos industies. Les salaires ne peuvent plus monter. ils ont solde notre droit social, protections et l’equilibre de notre societe.

faux, l’Allemagne comme beaucoup de pays a des dettes qui s’élèvent a environ 60% du PIB … ce qui est a peut prés normal pour un pays. Nous, avec cette crise, on est passé a 115% du PIB … et les gens en demandent toujours plus a l’Etat. Non seulement on vient de foutre en l’air des années de restrictions mais en plus ça va être compliqué de rembourser tout ça sans tour de passe-passe ou rachat de dettes ou autres et bien entendu … sans reforme. Le secteur de santé, par exemple, étant un excellent exemple.

L’allemagne est avantagé car elle a 0 Dettes contrairement aux pays que tu nommes.

Ce n’est pas tout à fait vrai : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_pays_par_dette_publique

Mais ce qui est certain, c’est que l’Allemagne possède un bon gros tas de créances pourries et irrécupérables auprès de clients totalement insolvables.

Quand cette réalité éclatera au grand jour, leur situation économique apparaîtra beaucoup moins bonne.

C’est pas l’euros fort qui joue. L’euro est le même pour tous.

Mais les industries ne sont pas les mêmes.
Il faut comprendre que toutes les économies ne produisent pas le même type de biens. Le cours d’une monnaie ne les affecte pas de la même façon selon le type de biens qu’ils produisent. La production de l’Allemagne s’accommode très bien d’une monnaie forte. Mais pas la production d’un pays comme la Grèce.
Il existe des types de biens qui se vendent, même s’ils sont chers. Pour d’autres types de bien, il suffit que la monnaie les rende un peu trop chers pour qu’ils ne se vendent plus du tout.
Il faut bien comprendre que si tous les pays d’Europe se mettaient à produire des Mercedes, ça ne fonctionnerait pas.
Le cours d’une monnaie doit être adapté aux caractéristiques d’une économie. Et c’est pour cela que l’Euro ruine certains pays alors qu’il en avantage d’autres.

L’Allemagne a des charges sur ces employés beaucoup plus faible qu’en france

Rappelons que la plupart des produits sont aujourd’hui fabriqué dans des pays « à bas cout » dont les monnaies à cours faibles produisent des différences d’un ordre bien plus grand que les différences de charges sociales entre les grands pays.
La encore, c’est plus le type de bien produit qui explique la nuisance de l’Euro sur chaque économie. Un émir des pays du golf se moque du prix de sa Mercedes contrairement à l’acheteur de produits agricoles produits en Grèce.

Quand à se battre sur les charges sociales dans une course au dumping du « moins disant », qu’avons nous a y gagner ? Si nous baissons, ils baisseront, ainsi de suite jusqu’à ce que notre protection sociale devienne totalement inexistante.
Ce qu’on aurait du faire avant de faire l’Europe c’est (1) obtenir des accords pour que chaque pays de l’union pratique les mêmes taux (interdiction du dumping interne). (2) Ne pas commercer sans protectionnisme avec des pays qui vendent leur main d’oeuvre 10 à 100 fois moins cher qu’ici (interdiction du dumping externe).

L’allemagne n’est pas à 35H. Schroeder a dit en son temps que le passage de la france à 35H était la meilleure décision pour l’allemagne.

Sauf qu’en France les entreprises ne manquent pas de main d’oeuvre. Et les usines sont de plus en plus robotisées.
D’ailleurs, des études ont montré que les 35 heures en France, c’est de la foutaise. Dans la vraie réalité, beaucoup d’entreprises font travailler les gens bien plus. Et dans les PME, c’est même souvent sans compensation.
Le problème est plutôt du côté du carnet de commandes…

La france pourtant continue a creusé sa tombe financière. Pas grave, nos entreprises partiront les premières…

Et que pensez vous qu’il adviendra du vendeur quand ses clients auront fait faillite ?

Il faut bien comprendre que l’économie est une affaire d’interdépendances.

La pratique de l’état à toujours été comme la médecine ancienne (la saigner), et à force de saigner il y a après la générosité de l’état (la ou les perfusions), donc avec de l’espoir on peu se retrouver avec un goutte à goutte.

Le problème des restrictions, c’est qu’une économie, c’est une boucle.
Restreindre est un jeu très dangereux parce qu’on peut rentrer dans un cercle vicieux de récession qui se finit par l’interruption de cette boucle… et une guerre.
Tu donne moins d’argent aux gens, ils achètent moins, les entreprises gagnent moins, elles payent moins, elles licencient, les gens ont peur de consommer, les entreprises ont moins d’argent… et ainsi de suite jusqu’à l’écroulement final. Et plus c’est à grande échelle, plus c’est dangereux.
Vous avez donc parfaitement raison, on ne pourra pas résoudre le problème sans « tour de passe passe ». Pour absorber un événement comme la pandémie, on fait plutôt marcher la planche à billet. Même s’ils ne l’avoueront pas publiquement en le maquillant sous différents stratagèmes et que des pays vont grogner, c’est ce que tout le monde fera.
Mais pourquoi voir cela comme un problème dans la mesure ou l’économie moderne produit largement assez pour que tout le monde vive. Le reste n’est qu’affaire d’outils économiques qui sont de pures abstractions que l’on manipule afin que les richesses produites soit à peu près correctement réparties.
Même si l’on ne vise pas d’obtenir une société égalitariste, il ne faut jamais oublier que trop d’inégalités peuvent mener de manière certaine à une guerre.

Je suis tout a fait d’accord avec toi. Je ne pensais pas tellement aux aides mais plutôt aux secteurs qui demanderaient certainement de se poser quelques questions. L’économie c’est gouverner en fonction de dogmes. Réduire les dépenses de l’État c’est faire des économies, mais du coup ça veut dire aussi qu’il fait moins d’investissements. Je me souviens d’une formule qu’avait cité Elie Cohen avant cette histoire de pandémie. Il disait qu’en France l’économie tournait très bien mais que c’était un peu comme si on appuyait sur l’accélérateur et le frein en même temps en parlant notamment de la recherche désespérée d’économies pour passer en dessous de la barre des 3 % d’endettement.
Je pense qu’il y a un peu de vrai la dedans mais je pense aussi qu’il y a clairement des changements a effectuer dans les secteurs étatiques, la santé en étant un car il représente 11,5% de notre PIB(soit des milliards) et avec 30000 décès a l’arrivée on ne peut pas vraiment dire qu’il soit si efficace que ça. Donc que faut-il faire ? continuer a y rajouter toujours plus d’argent ou se poser la question de savoir ou va l’argent déjà engagé ? est-il normal par exemple qu’avec autant d’argent il y a eu pénurie de masques …etc au début de la pandémie, que les pros aient clairement manqué de clairvoyance … (ce n’est qu’un exemple).

Ca c’est clair…8 € /h pour un intérimaire sur la chaîne de montage Bmw à Leipzig (et seulement 12 €/h pour un ouvrier en CDI), perso je dépassais les 18 €/h avec les primes de pauses dans une filiale belge d’un groupe industriel français neutre

C’est toujours pareil, on croit que les choses vont forcément mieux dans les autres pays que dans le sien, mais on ne voit jamais tout ce qu’il y a de négatif, par exemple bas salaires et loyers qui explosent dans de nombreuses villes allemandes (que je sache, on n’a pas encore vu de manifestations en France ou en Belgique pour protester sur le prix des loyers, mais en Allemagne, si)

J’ai aussi eu un collègue d’origine allemande qui avait de la famille à Berlin et qui allait les voir de temps en temps, et il nous disait qu’en comparant beaucoup de choses avec la Belgique, il ne voudrait vivre en Allemagne pour rien au monde ^^

Les salaries français sont super competitif.
Le problème vient du sens, doit on courrir vite pour aller nul part ou courrir vite pour atteindre un objectif.
La réindustrialisation ok pour faire quel type d’industie?
Des avions des trains des centrales nucleaire pas sur!!
Augmenter les salaires des profs des soignants, faire des subvensions pour des voitures. Pas sur!!
Nos politiques ne gerent pas, il pilote a vue.
1 ere il faut diminuer l’administratif et les normes faire de la gestion locale avec une pyramide hiérarchique la plus plate possible dans le public et le privé.
Coordonner les mesures en fonction de l’objectif long terme.
Investir dans les nouvelles technologie et concerver la maitrise de l’industie lourde.
Investir dans les energies renouvelable et pas dans la transition energetique.
Favoriser la creation de petite entreprise pour diminuer le chomage de masse avec des petites formation pour facilité la creation d’entreprise pour les peu qualifiés.

Pourquoi le « privé » a-t-il besoin de l’argent des gouvernements puisqu’il ne paie rien en retour.
Le « privé » n’est-il pas « privé »? Bien sûr que non. On ne devient pas milliardaire honnêtement.

Le « privé » c’est un sens unique : gouvernements (dont tous les membres appartiennent au « privé » et y retourneront tous quand leur mandat sera terminé) qui enrichissent le « privé ».

Et ce dernier ne retournant rien. Un peu comme un trou noir qui absorberait tout l’argent sans rien retourné.
Et on (les politiciens – quelle surprise) parle de « déficits », de « dettes », de « crises », de « terroriste » et pour quelque temps encore de Covid-9

De très bonnes questions…
Le problème des dépenses publiques, c’est qu’il ne suffit pas de dépenser. Encore faut t’il dépenser à bon escient et faire en sorte que l’argent parviennent la ou il le faut.

Je pense qu’il y a un peu de vrai la dedans mais je pense aussi qu’il y a clairement des changements a effectuer dans les secteurs étatiques, la santé en étant un car il représente 11,5% de notre PIB(soit des milliards) et avec 30000 décès a l’arrivée on ne peut pas vraiment dire qu’il soit si efficace que ça. Donc que faut-il faire ? continuer a y rajouter toujours plus d’argent ou se poser la question de savoir ou va l’argent déjà engagé ? est-il normal par exemple qu’avec autant d’argent il y a eu pénurie de masques …etc au début de la pandémie, que les pros aient clairement manqué de clairvoyance … (ce n’est qu’un exemple).

Tout à fait.
Comme nous avons pu le constater, les soignants sont toujours plus dans l’indigence alors que nos dépenses de santé sont énormes et n’ont fait qu’augmenter pendant les dernières décennies sans que nous soyons pour autant mieux soignés.
Jusqu’à maintenant, on nous racontait la belle légende que nous avions (soit disant) le meilleur système de santé du monde. La réalité à démontré que c’est loin d’être le cas.
Bref, comme vous le soulignez, il serait temps que l’on se pose des questions sur le fonctionnement de notre système et que l’on regarde ou va l’argent et à quoi il est utilisé.
Et ce n’est pas limité à la santé.
Par exemple, si vous regardez l’aménagement urbain, des fortunes sont consacrées à mettre du mobilier urbain partout, des barrières, des bacs à fleur, des panneaux clignotants et à construire des ronds points coûteux.
Bref, les exemples de dépenses discutables ne manquent pas.

Les salaries français sont super competitif.
Le problème vient du sens, doit on courrir vite pour aller nul part ou courrir vite pour atteindre un objectif.
La réindustrialisation ok pour faire quel type d’industie?
Des avions des trains des centrales nucleaire pas sur!!
Augmenter les salaires des profs des soignants, faire des subvensions pour des voitures. Pas sur!!
Nos politiques ne gerent pas, il pilote a vue.

Vous avez bien compris le problème français : Ceux qui nous dirigent n’ont absolument aucune stratégie.

Et savez vous pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas la moindre réflexion sur le futur.

Ils ne comprennent pas comment la technologie et les automatismes sont en train de changer notre société. Ils raisonnent toujours par les dogmes économiques datant de l’agriculture non mécanisée du 18ième siècle.

Ils raisonnent toujours par le travail humain alors que l’avenir est aux robots.

Pour eux, un domaine stratégique, ce sont les avions de ligne. Et ils négligent complètement l’intérêt des semi conducteurs.

Bref, dirigé par une pensée du passé, notre pays ne peut aller que dans le mur…

Cette classe politique n’a aucune envergure, ils ne font qu’attiser les petites haines et les divisions dans le but de faire carrière. Et cela par incapacité à nous faire rêver sur de vrais projets d’avenir.