Google veut protéger Chrome à l'ère de l'informatique quantique

Si l'informatique quantique promet une véritable révolution sur les performances de calcul des ordinateurs, ces derniers peuvent également poser une menace pour le chiffrement tel qu'il est conçu aujourd'hui.

Alors que l'informatique que nous connaissons utilise l'électron, l'ordinateur quantique mise sur la lumière en tant que vecteur d'information, et donc sur le photon. Mais la technologie ne sera pas implémentée dans votre prochain PC. Parce qu'elle doit être refroidie à peine au-dessus du zéro absolu, qu'elle doit coûter quelques millions et qu'elle prend la place d'un semi-remorque, cette machine de rêve n'a pas vocation à arriver sous votre bureau.

Et il faut dire que nous ne sommes pas prêts à cette généralisation. Car au-delà des promesses de l'informatique quantique, cette dernière est aussi en mesure de casser facilement les algorithmes de chiffrement permettant aujourd'hui de sécuriser les communications électroniques.


L'ingénieur Matt Braithwaite explique par exemple que le protocole TLS, apposé sur HTTP pour sécuriser les connexion en HTTPS s'en trouvera vulnérable. C'est donc toute la sécurité d'Internet qui sera remise en jeu.

Alors pour protéger son navigateur Chrome, Google a mis au point un algorithme baptisé New Hope, lequel a été implémenté au sein des dernières versions Canary du navigateur. Les développeurs ont apposé ce nouvel algorithme sur plusieurs domaines, par exemple play.google.com. Pour identifier ces derniers, la mention CECPQ1 figure dans le champs d'échange de clé.

New Hope
Modifié le 08/07/2016 à 10h50
Commentaires