le jeudi 25 mai 2017

Fraunhofer sonne la fin du MP3

Les concepteurs du célèbre codec de compression audio viennent d'annoncer qu'ils ne reconduiront pas son programme de licences, le faisant mécaniquement tomber dans le domaine public. Supplanté dans l'industrie par des codecs nettement plus performants, le MP3 demeure cependant très populaire chez les utilisateurs.

Symbole de la dématérialisation de la musique au tournant du 21ème siècle, il aura révolutionné nos modes de consommation et bouleversé l'industrie du disque.

Détrôné par l'AAC et les formats lossless


Il aura vécu 22 ans. Pas mal pour un format que ses propres concepteurs donnaient eux-mêmes comme mort-né durant sa présentation à l'été 1995. C'était lors d'une conférence à Erlangen, en Allemagne. Moins d'un quart de siècle plus tard, dites adieu au MP3. L'institut allemand Fraunhofer qui le développa à partir de la fin des années 80 vient d'annoncer qu'il renonçait aux brevets protégeant plusieurs de ses inventions, dont le MP3.

Dans un commentaire, l'Institut Fraunhofer estime que le format AAC ("Advanced Audio Coding"), qu'il a également contribué à mettre au point, est "de facto le standard de téléchargement de la musique et des vidéos sur mobile."

Free YouTube to MP3 Converter


Le MP3 aura marqué l'Histoire


De son nom complet, le MPEG-1/2 Audio Layer III aura tout de même marqué son époque, pour avoir mis à genou l'industrie du disque tout entière pendant près de 20 ans. Cette dernière commence tout juste à s'en remettre. Au MP3, Apple doit, via l'iPod, sa mutation en l'entreprise la plus riche de l'Histoire. Le MP3 est aussi indissociable de l'émergence du piratage, des plateformes P2P (Napster, Kazaa, eMule, ou encore le survivant Soulseek) et des discographies tenant sur un CD-R.

Pourtant, la conversion du CD vers le MP3 n'est qu'un dévoiement de l'usage initialement prévu par ses créateurs, qui cherchaient à mettre au point un algorithme capable d'envoyer du son audio via le réseau téléphonique. Tragédie des pionniers, Fraunhofer déposa même le premier brevet de l'histoire pour un lecteur portable MP3, ainsi que pour un service de musique en streaming, que le gouvernement fédéral allemand interdit, le jugeant absurde. On connaît la suite... C'est donc par dépit que Fraunhofer diffusa les premiers logiciels domestiques de conversion de CD, estimant son algorithme mort-né. Deux ans plus tard, en 1997, Winamp le popularisa, puis Apple l'adopta pour iTunes. Aujourd'hui, le MP3 est ringardisé par l'AAC, mais aussi par les formats "lossless" sans perte ni destruction de données, comme le Flac, proposé par exemple par Tidal.


Modifié le 22/05/2017 à 10h18
Commentaires