Hoax et arnaques en ligne : comment éviter les pièges ?

Le développement de l'accès à Internet au plus grand nombre et la multiplication des canaux de communication sont autant de terrains favorables à la prolifération des canulars et autres messages malveillants dans les boîtes mails et ailleurs. Pour éviter de tomber dans ces pièges numériques, voici quelques conseils.

chaîne de mails
Qu'il s'agisse des canulars - les fameux hoax - des rumeurs, des messages à caractère malveillant ou d'escroqueries en ligne - comme l'hameçonnage - les dangers face auxquels on peut se retrouver confronté sur le Net ne manquent pas. Si les débusquer n'est généralement pas compliqué, beaucoup d'internautes sont malgré tout piégés chaque jour pour de multiples raisons, et contribuent à propager ces messages indésirables. Nous vous proposons de mieux comprendre les mécanismes de ces canulars pour mieux les identifier : un guide à mettre entre toutes les mains !

Une histoire moyenâgeuse

Au commencement était le mail : le bon vieux courriel permettait au début du Web « grand public » d'envoyer des messages et d'en faire suivre à plusieurs personnes à la fois. Les fameuses chaînes de mails ont commencé à pulluler dans les boîtes de messagerie électronique à la fin des années 90, pour exploser au début des années 2000 : qui n'a jamais reçu un courriel relatant une histoire amicale ou horrifique, qu'il fallait faire suivre pour conjurer le mauvais sort ?

Cette tradition remonterait au moyen-âge, à l'époque où les premières chaînes de lettres seraient apparues. A l'époque, un motif religieux invitait le destinataire de la lettre à la recopier et à l'envoyer à son tour pour partager la bonne parole - des courriers nommés « Lettres du Ciel ». Depuis, la pratique s'est développée jusqu'à adopter nos modes de communication modernes.«  Il en existait aussi par fax dans les années 80, puis par BBS (Bulletin Board System) au début d'internet, via les IRC (Internet Relay Chat)... Les chaînes de mails sont donc logiquement apparues en même temps que le courrier électronique » nous explique Guillaume Brossard, le co-fondateur du site hoaxbuster.com.

Le réseau social, puissant amplificateur

Pendant plus de 15 ans, les chaînes de mails se sont multipliées, renfermant du contenu tantôt drôle, tantôt grave : aux blagues à faire suivre se succédaient les appels à l'aide pour retrouver des enfants disparus ou chercher des donneurs compatibles pour une greffer de moelle osseuse en urgence. Des chaînes de mails qui circulent depuis des années : l'histoire de Noëlie, petite fille leucémique, circule depuis 2003. Celle de Lucie et de son don de moelle, depuis 2009.

Hoax retour vers le futur
Le hoax de Retour vers le Futur, un canular bien anodin.

Basées ou non sur des cas réels, ces histoires traversent le temps et circulent toujours, par mail, mais également sur les réseaux sociaux comme Facebook, qui servent d'amplificateurs : là où un carnet d'adresses emails va se retrouver limité par le nombre de contacts et les emails erronées, le réseau social va permettre, en un clic, de diffuser une information à des centaines de personnes qui pourront immédiatement la partager à leur tour. Ainsi, des milliers d'internautes sont touchés rapidement, et une mauvaise information se voit multipliée et relayée perpétuellement.« Les réseaux sociaux ne font qu'accompagner le mouvement de fond et l'usage qu'ont les internautes du net. Les hoax sont présents quel que soit le canal en permettant la diffusion la plus massive » commente Guillaume Brossard. L'évolution vers les réseaux sociaux est logique « puisque c'est désormais le principal vecteur de la prise de parole publique à l'échelle individuelle. »

Néanmoins, pour Emmanuel Jud, éditeur du site Hoaxkiller.fr, « Les réseaux sociaux peuvent toutefois contribuer à éviter l'apparition de certains hoax liés aux informations périmées : si vous devez lancer un appel à l'aide, il vaut mieux le faire via un réseau social ou une page web, pour pouvoir tenir les internautes informés. Si vous choisissez de le faire par mail, vous ne pourrez pas mettre à jour le message, aussi rien ne pourra stopper sa propagation : il n'est pas rare de voir ainsi circuler des avis de recherche concernant des personnes retrouvées depuis des années. » On peut néanmoins se demander si les hoax mis à jour ne sont pas potentiellement plus dangereux, car leur actualisation les rend finalement plus crédibles encore.
Modifié le 14/03/2014 à 16h55
Commentaires