le mardi 10 octobre 2017

Un nouveau malware se propage sur PornHub

Un nouveau malware particulièrement sophistiqué a été détecté sur PornHub. Son nom : Kovter.

Kovter : un redoutable malware basé sur l'ingénierie sociale


L'information a été révélée par la société de sécurité informatique Proofpoint : en analysant les réseaux publicitaires dont le site pornographique PornHub est tributaire (Traffic Junky en particulier), ses ingénieurs ont détecté un nouveau malware nommé Kovter.

Ce malware se propage via un JavaScript qui force l'ouverture d'une page rappelant, à s'y méprendre, celle de votre navigateur Internet (Google Chrome ou Firefox), vous annonçant qu'une mise à jour critique est requise. Décidant de se fier aux couleurs et aux logos bien connus, la victime clique sur "Télécharger" et se retrouve nez à nez avec un redoutable fichier. Une fois lancé, Kovter peut installer d'autres malwares, pouvant voler des informations personnelles ou encore faire chanter la victime en lui demandant de l'argent pour le déblocage de son ordinateur (ransomware). Sur Microsoft Edge, Kovter se propage via un HTA (application HTML) forçant l'ouverture d'une page avec une soi-disant mise à jour pour Adobe Flash.

Et pourtant, démasquer ce type d'attaque reste facile. Il suffit de regarder l'adresse de la page qui vient de s'ouvrir pour s'apercevoir qu'il ne s'agit ni du site de Mozilla Firefox, ni de celui de Google Chrome.

Le malware Kovter


Les sites pornographiques, le terrain de choix des hackers


Le fait que les sites pornographiques regorgent de malwares en tout genre n'est un secret pour personne. Le plus souvent (et c'est le cas ici également), les hackers exploitent une faille non pas sur le site pornographique lui-même, mais sur l'un des réseaux publicitaires dont ces sites dépendent pour leurs revenus. Et comme les sites pornographiques visent la rentabilité bien avant la sécurité de leurs utilisateurs, ils sont sans surprise des cibles faciles pour les hackers. Les ordinateurs utilisés pour visiter ces sites sont d'autant plus vulnérables que leurs propriétaires, souvent excédés par les alertes de leur antivirus détectant un comportement à risque, choisissent de le désactiver. Par ailleurs, gênées d'admettre qu'elles ont visité un site pornographique, les personnes infectées sont peu enclines à chercher à se faire aider, ce qui donne aux auteurs de malwares un temps supplémentaire pour multiplier les dégâts, et pourquoi pas essayer de propager leur produit à d'autres ordinateurs liés à la machine infectée.

Les malwares distribués via les sites pornographiques deviennent d'ailleurs de plus en plus sophistiqués, prévient Proofpoint. S'agissant de Kovter, ce malware prend en compte non seulement le navigateur utilisé, mais aussi l'adresse IP de la victime : seuls les utilisateurs aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada et en Australie étaient infectés. Ce ciblage géographique n'a d'autre visée que de rendre le malware plus difficilement détectable par les spécialistes de la sécurité informatique.


Modifié le 10/10/2017 à 17h19
Commentaires