Test de Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau, un vrai Zelda à la hauteur de la légende

Thibaut Popelier
Spécialiste Gaming
18 novembre 2020 à 15h00
3
8

Quelques jours après notre première prise en main, il est temps de livrer notre verdict définitif sur Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau. Sous ses airs de vrai-faux Zelda, le jeu souhaite charmer les joueurs en contant les événements qui se sont déroulés avant le légendaire Breath of the Wild. Mais le gameplay totalement tourné vers l'action a-t-il réussi à pleinement nous convaincre ? La réponse se trouve dans ce test.

Nous n'allons pas revenir précisément sur les détails déjà évoqués dans notre preview du titre publiée au début du mois. Rappelons simplement que Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau se déroule 100 ans avant l'histoire de The Legend of Zelda: Breath of the Wild (que nous surnommerons désormais BOTW). Les personnages emblématiques du soft sorti en 2017 sur Nintendo Switch se retrouvent donc au cœur de cette nouvelle production... Mais il y a une différence majeure.

Le cocktail idéal en attendant le second Breath of the Wild

À l'instar des Dynasty Warriors, Samurai Warriors et autres jeux du même type, ce second Hyrule Warriors (qui, comme vous l'aurez compris, n'est pas du tout la suite de l'épisode Wii U) est un Musô. Derrière ce terme se cache des titres qui demandent d'affronter des dizaines voire des centaines d'ennemis présents simultanément à l'écran. Il s'agit bien souvent de jeux très génériques qui misent tout sur leur action débridée. Fort heureusement pour nous, L'Ère du Fléau va chercher plus loin et peut même s'apparenter à un véritable The Legend of Zelda.

Sans entrer dans les détails pour ne pas gâcher la surprise, le scénario de ce prequel à BOTW devrait parfaitement satisfaire les amoureux de la licence. Nous y retrouvons de nombreux protagonistes jouables à travers des cinématiques extrêmement agréables en terme de mise en scène et pour de leur plastique. Mention spéciale au personnage de Zelda qui évolue sous nos yeux au fil des heures. Le script tient donc toutes ses promesses et fait figure de délicieux apéritif avant l'arrivée (espérons prochaine) de Breath of the Wild 2.

La princesse Zelda évolue sous nos yeux tout au long de l'aventure

Une durée de vie digne des grands Zelda

Dans son découpage, Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau se divise en plusieurs chapitres pour une vingtaine de missions principales différentes. Bien entendu, il faut ajouter à cela une multitude de défis secondaires à accomplir. Ces derniers se débloquent au fil de la progression. Ici, c'est la carte du royaume d'Hyrule qui sert de hub central. En récoltant des ressources lors des quêtes, il devient possible de déverrouiller des recettes de cuisine, des boutiques ou même d'améliorer la santé et les combos de nos combattants en sélectionnant l'icône adéquate sur la fameuse map. C'est assez basique mais plutôt efficace, cet Hyrule Warriors n'étant pas un monde ouvert.

Les ennemis déferlent sur Link et ses compagnons par dizaines !

En prenant notre temps, nous avons mis une petite trentaine d'heures avant de voir le générique de fin défiler à l'écran. Le titre est donc ultra généreux en matière de contenu. Hélas, étant donné les circonstances actuelles, nous n'avons pas pu nous essayer au mode coopératif en local qui permet à deux amis de combattre côte à côte sur le champ de bataille. Bref, le menu du titre édité par Nintendo est très copieux... voire peut-être un peu trop.

Jouissif mais brouillon

Car malgré le constat fait durant notre preview au niveau de la variété des objectifs à accomplir, force est de reconnaître que le jeu développé par Koei Tecmo devient répétitif au bout d'un certain nombre d'heures. Si cette sensation est moins appuyée pour la trame principale, les à-côtés tombent vite dans la redondance. Tuer tant d'adversaires, capturer des avant-postes, vaincre des boss... On tourne rapidement en rond dans ce domaine. À cet écueil s'ajoutent aussi des soucis de gameplay qui peuvent s'avérer frustrants.

Une attaque spéciale et c'est le foutoir assuré

Car oui, Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau est parsemé d'approximations parfois gênantes. Puisque l'action ne s’interrompt jamais, il faut constamment foncer dans le tas. Pour cela, les personnages disposent tous d'un coup fort et d'un coup faible (ou rapide). Link est le seul à pouvoir manier différents types d'armes. Chaque héros peut utiliser les modules de la tablette sheikah pour glacer (Cryonis), figer (Cynétis), renvoyer des projectiles (Polaris) et lancer des bombes. En utilisant la capacité adéquate au bon moment, l'ennemi subit de lourds dommages et dévoile sa jauge de point faible. Une fois cette dernière vide, il est possible de lui asséner un coup fatal.

Surveillez le symbole qui apparait au-dessus des ennemis pour utiliser le bon module de la tablette Sheikah

Le gameplay fonctionne à merveille et peut même se targuer d'être instinctif à maîtriser. Hélas, il est entaché par une caméra épouvantable qui a le chic pour se bloquer dans des recoins absurdes. L'action à l'écran devient alors illisible, surtout lorsque des dizaines de créatures entourent notre combattant. Et dans ces moments, le framerate souffre énormément. Il n'est pas rare de passer en-dessous des 15 images par seconde (voire moins) durant les batailles les plus intenses. Cela peut parfois ruiner des séquences épiques face à d'immenses boss.

Certains boss prennent beaucoup de place !

Hyrule, un royaume magnifique qui tourne au ralenti

Plus globalement, c'est la quasi-totalité de la partie technique et esthétique du jeu qui est à revoir. En mode portable, le rendu est loin d'être époustouflant avec des textures baveuses, du clipping à outrance et une résolution très faible (540p voire 380p). Et que dire des phases à bord des créatures divines qui ne sont pas du tout adaptées au petit écran de la Switch. Il est donc vivement recommandé de parcourir cette aventure sur un téléviseur en mode docké (environ 810p) qui est bien moins susceptible d'être touché par ces errances techniques.

Les phases à bord des créatures divines sont intenses mais souvent confuses

La direction artistique de BOTW est cependant bien utilisée et parvient toujours à sublimer certains panoramas. Nous pouvons donc « revisiter » des lieux familiers qui ne manqueront pas d'attiser notre flamme nostalgique. Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau n'est peut-être pas un vrai Zelda dans sa forme mais il n'en conserve pas moins le charme envoûtant de la série de Nintendo. Que ce soit grâce à son univers, à ses musiques, à son casting de personnages attachants ou à ses cinématiques poignantes, ce titre émerveillera incontestablement les adorateurs des épopées de Link.

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau – l'avis de Clubic

Annoncé par Nintendo à la dernière minute, Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau est une bonne surprise. Malgré son côté répétitif, le jeu échappe au manque d'originalité qui frappe bien trop souvent les nombreux Musô (le premier Hyrule Warriors était tombé dans ce piège). Ici, nous sommes face à un jeu Zelda qui porte fièrement le lourd héritage d'un Breath of the Wild adulé par les joueurs du monde entier.

L'histoire, la patte artistique, la bande originale ou même les héros du jeu sont à la hauteur de la légende. Nous pouvons uniquement reprocher un manque de finition en terme de fluidité et pour le placement de la caméra. Si la progression est aussi un poil répétitive, cet écueil sera vite oublié par celles et ceux qui aiment la saga The Legend of Zelda pour tout ce qu'elle représente dans l'industrie du jeu vidéo.

Test réalisé sur Nintendo Switch à partir d'un code fourni par l'éditeur

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau

8

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau est une réussite incontestable. Il s'agit tout simplement de l'exclusivité majeure et inédite dont la Switch avait besoin en cette fin d'année. Si la copie n'est pas parfaite techniquement parlant, le titre de Koei Tecmo tire son épingle du jeu grâce à son contenu gargantuesque et à son histoire prenante. Cet Hyrule Warriors a décroché une place de choix aux côtés des plus grands opus de la licence The Legend of Zelda et ce n'est pas un mince exploit !

Les plus

  • Un prequel à BOTW avec une histoire intéressante
  • Le plaisir de retrouver certains lieux et personnages emblématiques
  • L'action jouissive avec un gameplay face à appréhender
  • Certains ennemis impressionnants par leur taille et leur puissance
  • Bande originale et voix françaises de qualité
  • Contenu extrêmement copieux
  • Une direction artistique qui fait mouche

Les moins

  • Mode portable à éviter (chute de framerate, clipping, faible résolution...)
  • Une caméra trop souvent à la rue
  • Batailles pas toujours lisibles avec beaucoup d'ennemis à l'écran
  • Une certaine répétitivité peut se faire sentir
3
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Idée cadeau de Noël : ce pack découverte Philips Hue à -40% chez Darty
Economisez plus de 200€ sur l'aspirateur robot Xiaomi Roborock S5 Max sur Rakuten
Boursorama Banque offre jusqu'à 130€ de prime pour le week-end du Black Friday !
YouTube fait la guerre aux antivax avec son algorithme
L'enceinte Ultimate Ears Megablast à un prix jamais vu avant le Black Friday
Forfaits mobiles : les offres Black Friday sont déjà disponibles sur les forfaits sans engagement
Les écouteurs sans fil Sony WF-XB700 sont à un très bon prix chez Boulanger
Test Samsung Galaxy A21s : que vaut ce
Besoin d'un nouveau smartphone ? Voici notre sélection des meilleurs prix sur Rakuten
Economisez près de 50 % du prix de cette enceinte JBL Xtrem 2 chez Cdiscount
Haut de page