Motorola accuse Huawei d'espionnage industriel

Huawei Spy
Selon le Wall Street Journal Motorola a déposé une plainte à l'encontre la société chinoise Huawei. Le fabricant américain accuse Huawei d'avoir mis en place plusieurs stratégies d'espionnage industriel depuis 2001.

Plus spécifiquement, une douzaine d'anciens employés de Motorola aurait été engagés par le PDG d'Huawei, Ren Zhengfei afin de retourner différents types d'informations confidentielles. Dans son dépôt de plainte le fabricant Motorola mentionne notamment l'un de ses employés Shaowei Pan. Après avoir démissionné en 2004, ce dernier a ouvert sa propre société baptisée Lemko, une initiative pas vraiment vue d'un bon oeil pour l'ex-employeur. Déjà accusé de piratage industriel, Shaowei Pan expliquait alors avoir inventé un certain nombre de technologies volées ensuite par Motorola.

Face à ces accusations, Charlie Chen, le vice-président d'Huawei déclare : « Cette plainte est sans fondement et sans mérite. Huawei n'a aucune relation avec Lemko si ce n'est un contrat de revendeur. Nous nous défendrons sans relâche contre ces accusations stériles ». Pour Lemko, les choses sont claires, Motorola souhaiterait affaiblir la société afin de racheter cette dernière.

Finalement l'affaire aurait pu en rester là si un juge n'avait pas formulé une requête obligeant M. Pan à restituer son ordinateur. Selon Motorola l'ex-employé aurait tenté d'utiliser un logiciel conçu pour effacer toute trace compromettante. Les experts auraient cependant réussi à récupérer un document de Motorola estampillé "confidentiel" et décrivant un produit de la société. Ce document se trouvait dans la boite email de M.Pan et avait été envoyé à Huawei.C'est une technologie de réseau sans fil qui est au coeur de cette affaire et plus particulièrement des spécificités techniques autour du système SC300 (CDMA 2000 1X).

Motorola fait également mention de Hanjuan Jin, une ingénieur recrutée en 1998 qui travaillait secrètement pour Huawei en 2004. Celle-ci aurait volé des informations confidentielles. En 2007 elle avait été arrêtée avec plus d'un millier de documents relatifs aux accords commerciaux de Motorola. Ce n'est pas la première fois qu'Huawei est accusé d'espionnage industriel. Cisco Systems avait également déposé une plainte en expliquant que la firme chinoise avait volé une partie du code source de ses routeurs.
Modifié le 12/07/2012 à 09h52
Commentaires