LibreOffice veut débarrasser OpenOffice de l'emprise d'Oracle

LibreOffice
OpenOffice.org ne veut plus dépendre à 100% d'Oracle. Les tenants de l'open-source à la source du projet, dont Oracle est devenu le principal contributeur en rachetant Sun, veulent marquer un peu plus leur indépendance et leur attachement à un modèle ouvert, après les récentes attaques d'Oracle contre les anciens produits open-source sa nouvelle filiale. Ils ont donc créé un fork, LibreOffice.

Même si la contribution d'Oracle n'est pas négligeable dans le projet, il semblerait que les contributeurs extérieurs ne veuillent plus faire confiance à l'éditeur. Ils ont fait acte d'indépendance en lançant un projet distinct, The Document Foundation.

Un schisme, ni plus ni moins, puisque la suite issue d'OpenOffice.org, que développera la fondation, sera elle aussi rebaptisée. Ses créateurs l'appellent pour l'instant LibreOffice. Logo sobre, et quelques principes de base qui doivent garantir un logiciel « réellement libre », selon ses fondateurs.

Entre l'épisode OpenSolaris et celui concernant Java, il ne manquait qu'une étincelle pour déclencher un projet de ce type. Elle a eu lieu, puisque l'éditeur Oracle a récemment dévoilé les prémices d'une suite bureautique basée sur le cloud. Et propriétaire.

Outre la communauté OpenOffice.org, LibreOffice a reçu le soutien de la Free Software Foundation, de Canonical (éditeur d'Ubuntu), de la fondation GNOME, entre autres. Oracle a été invité à rejoindre le mouvement de soutien - et à contribuer en autorisant l'utilisation de la marque OpenOffice, qui lui appartient. Pour l'heure, Oracle n'a donné aucune réponse, et le fork doit garder le nom de LibreOffice.

Une version beta est disponible en téléchargement pour Windows, GNU/Linux et Mac OS. Pour l'instant, elle n'est proposée qu'en anglais, et est à télécharger ici.
Modifié le 12/07/2012 à 09h45
Commentaires