le jeudi 14 janvier 2016

Qobuz : le streaming Hi-Res français est sauvé

Proche de la faillite, Qobuz a été sauvé de justesse par la société Xandrie, spécialisée dans la distribution multimédia. Le service de streaming audio Hi-Res ne changera pas d'ADN.

Qobuz est de retour. Sauvé de la faillite sur le fil par Xandrie, le service de streaming haute résolution français a convié la presse, jeudi 14 janvier, pour revenir brièvement sur ses mésaventures, et évoquer surtout son plan de développement. Yves Riesel, cofondateur de la société, s'est dit « soulagé » que le repreneur préserve la marque, le service, 90 % du personnel, et veuille poursuivre le développement.

Sur le placement en redressement judiciaire de l'entreprise, Yves Riesel a déclaré « avoir beaucoup appris, mais pas tout compris ». C'est un « accident incompréhensible que Qobuz n'ait pas trouvé une poignée de de millions pour se financer ». « Inacceptable » pour lui. Préférant quitter la société aujourd'hui, il dénonce le manque de soutien de l'État, en particulier de Bpifrance, qui a estimé qu'il n'y a « pas besoin de Qobuz ».

13 millions investis pour relancer Qobuz


Denis Thébaud, PDG fondateur de Xandrie, a déjà créé deux sociétés dans le domaine du multimédia : Innelec Multimedia, en 1983 (un distributeur de jeux vidéo, DVD, CD audio, etc.), et Numeric Pipeline en 2001, une société d'édition et de production. En créant Xandrie en 2012, l'ambition était de supporter le développement d'Allbrary, une « bibliothèque numérique » agrégeant films, musique, e-books, logiciels...



Qobuz



À l'exception de synergies au niveau technique (système d'information notamment), Qobuz ne sera pas dilué dans la nouvelle entité. Pour relancer le service de streaming, l'acquéreur investira 7 millions d'euros dans le marketing et 5 millions dans le produit. Sur ce plan, les chantiers ne s'étaient pas arrêtés durant l'année où Qobuz était en grande difficulté financière. Plusieurs annonces vont être effectuées au cours du semestre.

Une batterie de nouveautés cette année


Parmi elles, la plateforme renouvèlera son interface de développement (API v.3) afin d'ouvrir la porte à de nouvelles fonctionnalités : partages sociaux, recommandations plus poussées, une compatibilité avec un nombre d'appareils Hi-Fi étendu - Qobuz compte notamment sur Google Cast pour cela. Est aussi prévue une application éditoriale (Qobuz Magazine) et la négociation de contenu exclusif avec certains artistes.

Alors que le nombre d'abonnés a atteint un record en décembre, Qobuz compte surfer sur cette dynamique en faisant valoir ses atouts comparé aux concurrents Spotify, Apple Music ou Deezer, et mise sur l'étranger pour gagner de nouveaux abonnés. Son objectif est de multiplier par cinq ses recettes dans quatre ans.


À lire également :

Modifié le 14/01/2016 à 16h05
Commentaires