le mardi 12 janvier 2016

Grindr se fait racheter par un groupe chinois

La célèbre application de rencontres gays Grindr est reprise par le spécialiste chinois des jeux en ligne, Kunlun Tech, alors que le pays compte parmi les plus importants pour la start-up.

L'application de rencontres homosexuelles la plus connue, Grindr, passe sous pavillon chinois avec la prise d'une participation majoritaire de la société Kunlun Tech, spécialisée dans les jeux en ligne. Rappelons que l'homosexualité a été dépénalisée en 1997 en Chine, et considérée comme une maladie mentale jusqu'en 2001. En 2014, un tribunal pékinois condamnait une clinique prétendant la « soigner » aux électrochocs...

Grindr a vu le jour en 2009 et fondé une part de son succès sur la localisation des personnes, combinée à une application à l'interface simple. C'est Grindr qui inspirera Tinder, mais aussi le français Happn et même des applications d'autres secteurs comme la Matinale du Monde ou même celle pour le recrutement, Kudoz.

Un gros marché pour Grindr


Sur son blog officiel, le PDG de Grindr, Joel Simkhai, a expliqué que cette prise de participation était « une énorme marque de confiance dans (sa) vision de connecter encore davantage les hommes homosexuels au monde qui les entoure ». L'opération consiste en une prise de participation de 60 % du capital de Grindr, soit 93 millions de dollars. Cela valorise ainsi la start-up californienne à environ 155 millions de dollars.


Grindr


La Chine est dans les dix pays les plus actifs, parmi les 196 où Grindr est présent. L'application revendique 2 millions d'utilisateurs actifs par jour et un chiffre d'affaires annuel de 32 millions de dollars. Grindr devra malgré tout affronter la concurrence de deux applications locales très proches et populaires, Blued et Zank.

Kunlun Tech nommera trois des cinq membres du conseil d'administration de Grindr, parmi lesquels son président, le milliardaire Zhou Yahui. Le chinois s'est envolé de 10 % en bourse suite à cette annonce.


À lire également :

Modifié le 13/01/2016 à 09h55
Commentaires