le mardi 07 juillet 2015

Suivre le Tour de France depuis la selle de chaque coureur

Le Tour de France se met à l'Internet des objets. Cette année, un capteur est placé sous la selle de chaque concurrent pour envoyer des informations sur leur positionnement et leur vitesse.

Après les concurrents équipés de téléphones portables ou les mécaniciens dotés de caméras sur la tête, une nouveauté est à présent à l'œuvre sur le Tour de France. Il est possible de suivre les coureurs à la trace, d'obtenir des informations en temps réel sur la position de chaque cycliste.

Un spectateur ou un média peut donc à tout moment connaître le positionnement exact d'un coureur, sa situation par rapport à un autre concurrent ou sa vitesse, moyenne ou absolue. Pour y parvenir, une puce a été positionnée sous la selle de chaque vélo des 198 participants, appartenant aux 22 équipes en compétition.

L'équipement est en relation permanente avec une voiture suiveuse. Présente dans le peloton, elle opère en tant que relai de transmission vers une antenne, présente par exemple sur un hélicoptère. Les données sont par la suite analysées dans un car régie. Ce dernier est en mesure d'envoyer les données à l'ensemble des clients de Dimension Data, la société en charge du dispositif.

Tour de France Dimension Data

Pour ce faire, l'éditeur utilise ses propres services cloud ainsi qu'une base de données open source MongoDB. L'ensemble du dispositif est ensuite relié par le biais de la plateforme d'IBM InfoSphere Streams.

Des données précieuses pour les médias... et les équipes


Les médias, équipes et plateformes en ligne qui diffusent la grande boucle sont les cibles prioritaires de Dimension Data. Les diffuseurs du Tour peuvent ainsi reprendre des informations relatives à la composition des groupes, aux écarts exacts entre deux concurrents sans passer par le système du chronométrage classique.

Tour de France Dimension Data chute

Analyse de la baisse de la vitesse moyenne après la chute de coureurs


En ce qui concerne les cyclistes, le dispositif est invisible et met chaque concurrent sur un pied d'égalité. Le procédé remplace également la pratique du téléphone portable et des oreillettes Bluetooth, à présent interdite par l'Union cycliste internationale (UCI). Le recours aux terminaux mobiles a en effet été jugé dangereux car les coureurs ne tenaient plus leur guidon que d'une main. Après avoir pris plusieurs cyclistes la main dans le sac, les autorités ont sévi et délivrent désormais des amendes aux récalcitrants.

Un compte Twitter et un récapitulatif quotidien


Pour les internautes, le compte Twitter @letourdata livre quelques informations sur les moyennes de vitesse des participants. Davantage de données sont également disponibles deux heures après l'arrivée d'une étape. Dans un document, l'éditeur rassemble graphiques et statistiques ainsi que des détails relatifs à la moyenne du cycliste le plus rapide, le plus lent, la vitesse du meilleur grimpeur...

Après avoir été testé sur le Criterium du Dauphiné, la solution continuera d'être implémentée sur le Tour de France durant les quatre prochaines éditions de l'épreuve.

A lire également
Modifié le 07/07/2015 à 17h36
Commentaires