le vendredi 23 mars 2018

30 noms du jeu vidéo s’allient contre les comportements toxiques

Les grands développeurs de jeux vidéos en ligne, tels que Blizzard, Riot Games et la plateforme de streaming Twitch, se réunissent à l'occasion de la Game Developers Conference 2018 pour travailler ensemble contre les attitudes négatives de certains joueurs qui nuisent au plaisir des autres.

30 entreprises vont ainsi former l'Alliance pour le Fair Play, afin de mettre en place de nouvelles stratégies plus efficaces.

Apprendre de leurs erreurs


Cela fait des années que les développeurs de MMO ou de MOBA tentent de lutter contre les comportements négatifs de certains joueurs ou d'en limiter leurs effets, sans pour autant parvenir à des résultats probants. Riot Games et sa licence League of Legends sont notamment pointés du doigt pour avoir réuni l'une des communautés les plus toxiques des jeux en ligne. La compétition, placée au cœur de ce jeu, est l'un des facteurs mis en avant pour expliquer de telles attitudes. Avec des systèmes de signalement et la possibilité de masquer les messages des joueurs, l'entreprise américaine a réussi à limiter les dégâts, mais n'a pas répondu au problème jusqu'à présent.

Après de tels échecs, 30 développeurs ont alors décidé, lors du Game Developers Conference 2018 à San Francisco, de fonder une Alliance pour le Fair Play. Riot, Blizzard, Activision ou encore Epic Games seront les têtes d'affiche de ce projet et auront pour mission de mettre en commun leurs erreurs et leurs recherches pour combattre efficacement les attitudes toxiques. Le but serait de comprendre les problèmes sous-jacents et d'établir un ensemble de normes de comportement pour les entreprises de l'alliance, mais aussi aider pour les nouveaux développeurs.

league of legends


Pas de mesure concrète


La Fair Play Alliance ne dispose pour l'instant que d'un site web et les discussions entre les entreprises n'ont pas encore mené à des prises de position sur le sujet. Les développeurs doivent encore définir ce qu'est un « bon comportement » et faire face à l'épineux problème de la liberté d'expression. Ils ne souhaitent pas ainsi que des règles rigides viennent condamner certaines interactions entre des amis proches qui s'envoient des piques par exemple.

Les entreprises espèrent alors profiter de ces discussions pour créer une émulation entre développeurs, mais aussi avec les plateformes de streaming, en partie responsables de certains comportements. Twitch avait notamment été critiquée pour avoir laissé un streamer toxique comme Tyler1 devenir une star de la plateforme et donner un mauvais exemple pour la communauté.

Modifié le 23/03/2018 à 15h49
Commentaires