le vendredi 28 juin 2013

Google teste le protocole QUIC, à mi-chemin entre TCP et UDP

Google annonce avoir activé un nouveau protocole dans les versions expérimentales de son navigateur Chrome afin d'optimiser davantage les performances du surf.

network logo gb sq
En plus des travaux sur l'exécution JavaScript de son navigateur, Google souhaite aller un peu plus loin et revoir de manière drastique les protocoles Internet tels que nous les connaissons aujourd'hui. Ainsi depuis 2009, la société travaille sur les bases techniques du successeur de HTTP baptisé SPDY et permettant de compresser les requêtes d'une page web. Au fil du temps, Mozilla, Opera et plus récemment Microsoft ont choisi de l'implémenter au sein de leurs navigateurs. Google souhaite également faire évoluer les protocoles TCP et UDP.

L'année dernière, l'ingénieur Yuchung Cheng expliquait qu'actuellement pour contourner les limitations de TCP, le navigateur web ouvre plusieurs connexions parallèles ; un mécanisme qui résulterait cependant en plusieurs temps de latence. Le protocole procède en effet à une première vérification en envoyant tout d'abord trois paquets avant de finaliser l'intégralité du transfert.

Initialement Google envisageait d'augmenter ce nombre de paquets à 10 afin d'envoyer immédiatement une requête HTTP complète mais les travaux s'articulent désormais sur le protocole UDP ; ce dernier est plus rapide mais ne comporte cependant pas de mécanisme de vérification. Pour Google l'objectif est donc de prendre le meilleur de TCP (pour son mécanisme de vérification et ses possibilités de chiffrement) et d'UDP (pour la rapidité du transfert) avec la mise en place de QUIC (Quick UDP Internet Connections).

L'ingénieur Jim Roskind, prenant part à ces travaux, explique que QUIC résulte d'une combinaison d'UDP et d'une nouvelle version de TLS pour chiffrer le transfert. QUIC permettrait de n'effectuer aucun aller-retour pour l'envoi de fichiers et optimiserait la connexion depuis un terminal mobile. Google y a également intégré un mécanisme pour gérer l'état du trafic entre le navigateur et le serveur distant.

La firme explique avoir activé QUIC auprès d'un petit pourcentage d'utilisateurs de Chrome sur les canaux developer et canary lorsqu'ils enverront une requête aux serveurs de Google. Retrouvez davantage d'informations depuis cette page.


Commentaires
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )