le mercredi 14 janvier 2015

Facebook veut filtrer les contenus inappropriés, mais non les censurer

Pour répondre aux critiques concernant la censure de certains contenus et le maintien d'autres, pourtant jugés offensants, Facebook explique son intention de mettre en place des messages d'avertissement sur certaines publications.

facebook
Si le réseau social Facebook peut avoir la main leste en matière de censure - on ne compte plus les clichés supprimés pour des raisons parfois obscures - il arrive que certains contenus persistent sur la plateforme, alors qu'ils font scandale. On se souvient notamment d'une vidéo de décapitation que la plateforme s'est longtemps refusée à bannir de ses pages, malgré les critiques des médias et des utilisateurs.

Une situation d'autant plus difficile à justifier depuis l'arrivée de la lecture automatique des vidéos sur Facebook, sans le son, certes, mais un contenu choquant l'est souvent tout autant en silence. L'un des exemples les plus récents concerne les vidéos liées à l'attentat chez Charlie Hebdo : nombreux sont les utilisateurs de Facebook qui ont découvert des prises de vue parfois très violentes se lançant automatiquement dans leur flux d'actualité.

Facebook annonce cette semaine être en train de mettre en place des messages d'avertissement visant à alerter certaines catégories d'utilisateurs d'un contenu choquant. L'initiative a pour objectif d'éviter aux internautes de moins de 18 ans de visionner sans y être préparés, des vidéos qui auraient été signalées par la communauté. « Quand les gens partagent quelque chose sur Facebook, on attend d'eux qu'ils partagent de manière responsable, notamment en ciblant qui va pouvoir voir leurs contenus », explique un porte-parole de Facebook à l'AFP. « Dans les cas où des utilisateurs signaleront des contenus non appropriés, nous pourrons être amenés à mettre un message d'avertissement destiné aux adultes et nous pourrons empêcher les jeunes utilisateurs de voir ces contenus ».

Dans les faits, ces mesures sont en place pour un petit nombre d'utilisateurs depuis novembre dernier, mais leur usage va s'étendre à partir de ce début d'année. Les contenus concernés, majoritairement des vidéos, ne pourront plus se lancer automatiquement sans le consentement de l'utilisateur. Facebook n'écarte pas la possibilité d'offrir un paramétrage de cette fonctionnalité, pour l'utiliser au-delà des critères d'âge.
Modifié le 14/01/2015 à 17h27
Commentaires