le dimanche 24 décembre 2017

Une appli pour repérer les routes dégradées

L'association 40 millions d'Automobilistes a lancé lundi 18 décembre une application pour iOS et Android qui permet de recenser les routes en mauvais état. Sur le modèle participatif de Waze, l'utilisateur pourra signaler les dégradations aux autorités et être informé en temps réel de l'avancée des travaux.

40 Millions d'Automobilistes estime que près de la moitié des accidents sont liés à la vétusté des infrastructures routières.

Un outil simple pour alerter les autorités


Waze et son modèle collaboratif font décidément des petits dans le domaine des applications dédiées à la route. Toujours à la pointe du combat pour la défense des conducteurs, l'association 40 Millions d'Automobilistes vient de lancer lundi 18 décembre sur les marchés Google Play Store et App Store une application baptisée « J'ai mal à ma route ».

Elle permet à l'automobiliste de signaler en quelques clics toutes les dégradations habituellement constatées sur la route : nid de poule, dos d'âne non-réglementaires, panneaux illisibles ou abîmés, fissures dans l'asphalte, chaussées déformées, etc. Un outil que l'association décrit comme simple et dont elle espère qu'elle provoquera un sursaut des autorités.

01f4000008765816-photo-logo-turbo-1280-route-francaises.jpg


Déjà 30.000 signalements sur le site de l'association


L'application met en effet les collectivités, qu'il s'agisse des communes, des communautés de communes, des départements ou de l'Etat, au pied du mur. Chaque dégradation signalée par un usager envoie une notification à l'autorité compétente. Les problèmes s'affichent en temps réel sur la carte de l'application, qui permet aussi de suivre l'avancée (ou non, d'ailleurs) des travaux de réparation.

40 Millions d'Automobilistes anime depuis déjà deux ans une plateforme de signalement des routes en mauvais état sur son site internet. Elle a permis en deux ans de collecter plus de 30.000 signalements. L'arrivée sur mobile devrait faire exploser le compteur. Mais il en va de la sécurité routière, estime l'association, régulièrement accusée de défendre les chauffards dans son combat anti-radar. Elle estime que 47 % des accidents de la route sont liés, directement ou indirectement, à l'état de la chaussée. Un élément qui ne figure d'ailleurs jamais dans les rapports que remplissent les forces de l'ordre en cas d'accident.

Modifié le 14/02/2018 à 17h01
Commentaires