Judy : 36,5 millions d’appareils Android infectés

Google Play Store, qui permet aux utilisateurs de smartphones Android de télécharger leurs applications, a de nouveau été victime d'une campagne de malware. Selon la firme spécialisée dans la sécurité informatique Checkpoint, plusieurs applis ont passé les tests de sécurité de la firme de Mountain View et se sont avérées être infectées. Google a pris des mesures, mais des dizaines de millions d'utilisateurs auraient été infectés.

Checkpoint a appelé ce malware "Judy" du nom du jeu pour mobile Chef Judy infecté. Mais ce qui inquiète est la présence de ces applications sur le Play Store durant plusieurs mois.

36,5 millions d'appareils Android infectés par Judy


Le rapport de Checkpoint, publié sur le blog officiel de l'entreprise le 25 mai 2017, fait état d'un malware présent dans pas moins de 41 applications téléchargeables sur Google Play Store. La grande majorité de ces applications ont été développées par l'entreprise sud-coréenne spécialisée dans les jeux mobiles Enistudio. Le but du malware était néanmoins de nature purement monétaire : Judy créait de faux clics sur les publicités.

Il semblerait en effet qu'aucune donnée personnelle n'ait été compromise dans cette attaque contre le Play Store, ce qui devrait rassurer les victimes. Toutefois, elles sont nombreuses : les deux attaques distinctes par le malware Judy auraient infecté près de 36,5 millions d'appareils. Google a supprimé l'intégralité des applications infectées une fois l'attaque notifiée par Checkpoint.

Malware


Un téléchargement du malware en-dehors du Google Play Store


Les pirates à l'origine de l'attaque ont utilisé une technique sournoise pour contourner la sécurité de Google pour les applications : le malware n'était pas directement présent dans la version Google Play Store de l'application. Il semblerait qu'une fois téléchargées, les applications se mettaient à jour par le biais d'un téléchargement externe au Google Play Store. C'est ce téléchargement qui, selon Checkpoint, contenait le malware.

La découverte de Checkpoint a de quoi inquiéter, puisque l'application la plus ancienne présentant ce téléchargement malveillant avait reçu sa dernière mise à jour officielle en avril 2016. Pendant plus d'un an, donc, les téléchargements de cette appli, essentiellement des jeux très simples, a permis d'infecter des smartphones.

Modifié le 29/05/2017 à 09h31
Commentaires